Sekhmet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sekhmet
Divinité égyptienne
Statue de Sekhmet, environ -1370, Altes Museum, Berlin
Statue de Sekhmet, environ -1370,
Altes Museum, Berlin
Caractéristiques
Autre(s) nom(s) Bastet
Nom en hiéroglyphes
S42 G17 X1 I12

ou
S42 Aa1
X1
B1
[1]
Translittération Hannig Śḫm.t
Représentation femme à tête de lionne
Groupe divin triade de Memphis
Région de culte Égypte antique
Symboles
Attribut(s) lion le disque solaire, femme a tête de lionne
Animal lion
Couleur rouge

Sekhmet[2] la puissante est une déesse de la mythologie égyptienne. Elle est représentée par une femme à tête de lionne portant le disque solaire ; de sa bouche de lionne sortent les vents du désert.

Déesse guerrière personnifiant les ravages du soleil, elle est l'instrument de la vengeance de contre l'insurrection des hommes. Son corps brûlant et ses flèches incandescentes détruisent les ennemis du roi.

Elle est épouse de Ptah et mère de Néfertoum dans la triade Memphite. La déesse chatte Bastet s'identifie parfois à Sekhmet. Les prêtres de Sekhmet étaient reconnus comme spécialistes de la médecine vétérinaire.

Représentations[modifier | modifier le code]

Elle fut souvent représentée, assise ou debout, avec un corps de femme vêtue d’une longue tunique rouge et une tête de lionne. À partir de la XVIIIe dynastie elle acquit également les symboles divins tels que le disque solaire, l'uraeus et le sceptre ouas (w3s) et le signe de la vie Ânkh (anx). Plus rarement elle fut représentée comme une femme à tête de crocodile. Une fête était célébrée en son honneur dans la saison Akhet.

Culte[modifier | modifier le code]

Elle apporte les maladies par ses miasmes (entre autres durant les cinq derniers jours de l'année, avant le retour de l'année nouvelle). Afin d'éviter qu'elle ne tue tous les humains, Rê dut lui faire préparer un breuvage spécial de bière coloré de rouge pour apaiser sa soif de sang dans l'ivresse. De cette façon, elle est remplacée par Hathor. C'est cette histoire qui était répétée lors d'un festival de l'ancienne Égypte où le zythum était consommé de façon délibérément excessive[3].

Cependant, l'initié peut gagner ses faveurs à condition de vaincre ses propres peurs ; car malgré sa violence, la déesse a le pouvoir de guérison, ce qui l'a consacrée déesse des médecins.

Galerie d'images[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. R. Anthes, Die Felseninschriften von Hatnub, Untersuchungen zur Geschichte und Altertumskunde Ägyptens IX, Leipzig, 1929, 15, 2-3
  2. ou Sekhet, Sekhem, Shakti, Sachmet, Seschmet, Sachmis, Sejmet
  3. (en) Sex and booze figured in Egyptian rites, de MSNBC, 30 octobre 2006.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]