Samouil Marchak

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Samouil Marchak
1987 CPA 5886.jpg

Timbre soviétique à l'effigie de S. Ia. Marchak, 1987

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
MoscouVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Pseudonymes
Доктор Фрикен
Уэллер
С. КучумовVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activités
Linguiste, poète, écrivain, scénariste, dramaturge, critique littéraire, auteur de littérature pour la jeunesseVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Genre artistique
Distinctions
Prix StalineVoir et modifier les données sur Wikidata
Liste détaillée
Prix Staline
Ordre du Drapeau rouge du Travail
Médaille du Mérite au travail de la Grande Guerre patriotique (en)
Ordre de la Guerre patriotique de 1re classe (d)
Ordre de Lénine
Prix LénineVoir et modifier les données sur Wikidata
signature de Samouil Marchak

signature

Samouil Iakovlevitch Marchak (en russe Самуи́л Я́ковлевич Марша́к) né le à Voronej, mort le à Moscou) est un poète, dramaturge, critique littéraire et soviétique russe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Samuel Marchak est né dans une famille nombreuse. Son père change souvent de travail. Curieux, facétieux et inventif, le jeune Marchak s'adonne très jeune à la poésie. En 1902, il se rend à Saint-Pétersbourg, où il fait deux rencontres décisives: le critique d'art Vladimir Stassov, qui remarque son talent, et Maxime Gorki, dont il sera « un ami pour la vie ». En 1912, étudiant à Londres, il explore l'Angleterre. À son retour en Russie, il se met à écrire des histoires pour enfants. À la fin des années 1920, il retourne à Léningrad et se laisse accaparer par le théâtre. En 1923, il devient rédacteur en chef d'une publication pour les enfants, Vorobéï (« Le Moineau »).

Œuvres[modifier | modifier le code]

Œuvres les plus connues[modifier | modifier le code]

  • Mister Twister, 1933
  • Douze mois, 1943
  • La bague jolie

Œuvres traduites en français[modifier | modifier le code]

De la traduction la plus récente à la plus ancienne :

  • Qui craint la misère jamais ne prospère, traduction de Isabelle Kolitcheff, 2016
  • Quand la poésie jonglait avec l'image, éditions MeMo, Collection Les Trois Ourses, 2005
  • Le Grand Nigaud de Portobello, Éditions Autrement, 1999
  • Le Souriceau pas sot, adaptation de Pierre Gamarra, Éditions de la Farandole, 1972
  • Le Chat qui se cacha, adaptation de Pierre Gamarra, Éditions de la Farandole, 1964
  • La bague jolie ... et autres poésies Editions du Progrès, Moscou illustrations de Mai Mitouritch

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]