Rue des Blancs-Manteaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Blancs-Manteaux.
4e arrt
Rue des Blancs-Manteaux
Vue depuis la rue du Temple
Vue depuis la rue du Temple
Situation
Arrondissement 4e
Quartier Saint-Gervais, Saint-Merri
Début no 51 rue Vieille-du-Temple
Fin no 40 rue du Temple
Morphologie
Longueur 330 m
Largeur 10 m
Historique
Ancien nom Rue de la Petite Parcheminerie
Rue de la Vieille Parcheminerie
Rue de la Parcheminerie
Géocodification
Ville de Paris 1023
DGI 1013

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue des Blancs-Manteaux
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue des Blancs-Manteaux est une rue, ancienne, de Paris située dans le IVe arrondissement, dans le Marais, quartiers Saint-Gervais et Saint-Merri.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

L'origine du nom de la rue vient du fait que moines mendiants de l'ordre des Servites de Marie, qui s'établirent à l'endroit où est désormais une église, portaient des habits de couleur blanche.

Situation[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle, la rue des Blancs-Manteaux, d'une longueur de 330 mètres, qui était située dans l'ancien 7e arrondissement, quartier du Mont-de-Piété, commençait aux nos 53-55 rue Vieille-du-Temple et finissait aux nos 22-24 rue Sainte-Avoye[1].
Les numéros de la rue étaient rouges[2]. Le dernier numéro impair était le no 43 et le dernier numéro pair était le no 46.


Actuellement, la rue des Blancs-Manteaux, d'une longueur de 330 mètres, est située dans le 4e arrondissement, quartiers Saint-Gervais et Saint-Merri, et commence au no 51 rue Vieille-du-Temple et finit au no 40 rue du Temple.

Historique[modifier | modifier le code]

Au XIIIe siècle cette voie était connue sous les noms de rue de la Petite-Parcheminerie, rue de la Vieille-Parcheminerie  ou plus simplement rue de la Parcheminerie, à cause des établissements où l'on préparait la peau des parchemins [3].

Elle reçut son nom définitif vers 1289, en raison de l'installation des moines mendiants de l'ordre des Servites de Marie, qui s'établirent en 1258 dans le couvent des Blancs-Manteaux voisin.

Elle est citée dans Le Dit des rues de Paris de Guillot de Paris sous le nom de rue des Blans-Mantiaus.

Une décision ministérielle, du 22 prairial an V (), signée Bénézech, fixe la largeur de cette voie publique à 8 mètres[4].

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Arts[modifier | modifier le code]

Juliette Gréco et les Frères Jacques ont chanté Dans la rue des Blancs-Manteaux, chanson écrite par Jean-Paul Sartre et composée par Joseph Kosma. La chanson évoque les exécutions capitales qui y eurent lieu pendant la Révolution.

Extrait :

Dans la rue des Blancs-Manteaux
Le bourreau s'est levé tôt
C'est qu'il avait du boulot
Faut qu'il coupe des généraux
Des évêques, des amiraux,
Dans la rue des Blancs-Manteaux

Accès[modifier | modifier le code]

Ce site est desservi par les stations de métro Hôtel de Ville et Rambuteau.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. Cadastre de Paris par îlot (1810-1836), plan 26e quartier « Mont de Piété », îlot no 2, F/31/85/23, îlots nos 11 et 12, F/31/85/24, îlot no 13, F/31/85/25, îlots nos 14 et 15, F/31/85/26, îlots nos 16 et 17, F/31/85/27
  2. Jean de La Tynna : Dictionnaire topographique, étymologique et historique des rues de Paris (1817)
  3. Pierre Kjellberg, Le Nouveau Guide du Marais, La Bibliothèque des Arts, 1986, p. 46
  4. Félix et Louis Lazare : Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments
  5. Cf. Jacques Hillairet, Connaissance du Vieux Paris, Payot/Rivages, 1993.
  6. « Fontaine des Guillemites », notice no PA00086267, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  7. « Monastère des Blancs-Manteaux », notice no PA00086472, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  8. Kjellberg, op. cité, p. 49