Rue des Blancs-Manteaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Blancs-Manteaux.
4e arrt
Rue des Blancs-Manteaux
Vue depuis la rue du Temple
Vue depuis la rue du Temple
Situation
Arrondissement 4e
Quartier Saint-Gervais, Saint-Merri
Début 51, rue Vieille-du-Temple
Fin 40, rue du Temple
Morphologie
Longueur 330 m
Largeur 10 m
Historique
Ancien nom Rue de la Petite Parcheminerie
rue de la Vieille Parcheminerie
rue de la Parcheminerie
Géocodification
Ville de Paris 1023
DGI 1013

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue des Blancs-Manteaux
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue des Blancs-Manteaux est une rue ancienne de Paris, située dans le 4e arrondissement, dans le Marais, quartiers Saint-Gervais et Saint-Merri.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

L'origine du nom de la rue vient du fait que les moines mendiants de l'Ordre des Servites de Marie, qui s'établirent à l'endroit où est désormais une église, portaient des habits de couleur blanche.

Situation[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle, la rue des Blancs-Manteaux, d'une longueur de 330 mètres, qui était située dans l'ancien 7e arrondissement, quartier du Mont-de-Piété, commençait aux nos 53-55 rue Vieille-du-Temple et finissait aux nos 22-24 rue Sainte-Avoye[1].
Les numéros de la rue étaient rouges[2]. Le dernier numéro impair était le no 43 et le dernier numéro pair était le no 46.


Actuellement, la rue des Blancs-Manteaux, d'une longueur de 330 mètres, est située dans le 4e arrondissement, quartiers Saint-Gervais et Saint-Merri, et commence au no 51 rue Vieille-du-Temple et finit au no 40, rue du Temple.

Historique[modifier | modifier le code]

Au XIIIe siècle, cette voie était connue sous les noms de « rue de la Petite-Parcheminerie », « rue de la Vieille-Parcheminerie » ou plus simplement « rue de la Parcheminerie », à cause des établissements où l'on préparait la peau des parchemins [3].

Elle reçut son nom définitif vers 1289, en raison de l'installation des moines mendiants de l'Ordre des Servites de Marie, qui s'établirent en 1258 dans le couvent des Blancs-Manteaux voisin.

Elle est citée dans Le Dit des rues de Paris de Guillot de Paris sous le nom de « rue des Blans-Mantiaus ».

Une décision ministérielle du 22 prairial an V () signée Bénézech, fixe la largeur de cette voie publique à 8 mètres[4].

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Arts[modifier | modifier le code]

Juliette Gréco et les Frères Jacques ont chanté Dans la rue des Blancs-Manteaux, chanson écrite par Jean-Paul Sartre et composée par Joseph Kosma. La chanson évoque les exécutions capitales qui y eurent lieu pendant la Révolution.

Extrait :

Dans la rue des Blancs-Manteaux
Le bourreau s'est levé tôt
C'est qu'il avait du boulot
Faut qu'il coupe des généraux
Des évêques, des amiraux,
Dans la rue des Blancs-Manteaux

Accès[modifier | modifier le code]

Ce site est desservi par les stations de métro Hôtel de Ville et Rambuteau.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. Cadastre de Paris par îlot (1810-1836), plan 26e quartier « Mont de Piété », îlot no 2, F/31/85/23, îlots nos 11 et 12, F/31/85/24, îlot no 13, F/31/85/25, îlots nos 14 et 15, F/31/85/26, îlots nos 16 et 17, F/31/85/27
  2. Jean de La Tynna, Dictionnaire topographique, étymologique et historique des rues de Paris, 1817.
  3. Pierre Kjellberg, Le Nouveau Guide du Marais, La Bibliothèque des Arts, 1986, p. 46.
  4. Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments.
  5. Jacques Hillairet, Connaissance du Vieux Paris, Payot & Rivages, 1993.
  6. « Fontaine des Guillemites », notice no PA00086267, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  7. « Monastère des Blancs-Manteaux », notice no PA00086472, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  8. Pierre Kjellberg, Le Nouveau Guide du Marais, p. 49.