Église Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle de Paris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Église Notre-Dame, Notre-Dame et Bonne-Nouvelle.

Église
Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle
image illustrative de l’article Église Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle de Paris
Présentation
Culte Catholique romain
Type Église
Rattachement Diocèse de Paris
Début de la construction 1823
Fin des travaux 1830
Style dominant Néoclassique
Protection Logo monument historique Classé MH (1983)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Ville Paris
Coordonnées 48° 52′ 10,5″ nord, 2° 20′ 59,5″ est

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
ÉgliseNotre-Dame-de-Bonne-Nouvelle

Géolocalisation sur la carte : 2e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 2e arrondissement de Paris)
ÉgliseNotre-Dame-de-Bonne-Nouvelle

L’église Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle, située 25, rue de la Lune, dans le 2e arrondissement de Paris, est une église paroissiale catholique construite entre 1823 et 1830. Elle a donné son nom au quartier de Bonne-Nouvelle, au boulevard voisin ainsi qu'à une station de métro. Cette église fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [1].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'église actuelle est le troisième lieu de culte élevé sur le site. En 1551, une première chapelle est édifiée, dédiée à Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle en souvenir de l'Annonciation et détruite en 1591 par la Ligue lors du siège de Paris par Henri IV. En avril 1628, la reine Anne d'Autriche pose la première pierre d'une nouvelle église, érigée en paroisse en 1673.

En 1790, l'église Notre-Dame de Bonne-Nouvelle est le siège de l'une des 52 paroisses urbaines du diocèse de Paris. Son curé depuis 1787, l'abbé Jacques-François Favre[2], refuse de prêter le serment constitutionnel au contraire de ses 11 confrères prêtres de cette paroisse[3].

Devenu bien national en 1791, l'édifice est vendu en 1797 à trois paroissiens, puis rachetée par la ville de Paris en 1803. Suite aux outrages subis lors de la Révolution, elle menace de tomber en ruine et la décision de la reconstruire est prise. Étienne-Hippolyte Godde, architecte de la municipalité parisienne, auteur également dans la capitale française, entre autres, des églises Saint-Denys-du-Saint-Sacrement et Saint-Pierre-du-Gros-Caillou, reçoit la commande pour la reconstruction. Il semble établi que l'église soit la seule (avec Notre-Dame-de-Paris) à être fondée sur pilotis.

Le père Antoine de Monicault (mort en 2015) y a été nommé curé en 1979[4]. Avant lui, il y eut M. l'abbé Laudes issu de Saint Germain l'Auxerrois et M. l'abbé Dumail, docteur en théologie, professeur de français, latin, grec classique, espagnol et allemand. Notre Dame de Bonne Nouvelle est la sainte patronne de la radio. Le père Diego Sánchez Alcolea, ancient vice-recteur du séminaire Redemptoris Mater de la Galilée, y a été nommé curé janvier 2016.

La paroisse Notre-Dame de Bonne Nouvelle est confiée au Chemin néocatéchuménal.

Architecture[modifier | modifier le code]

Nef et chœur

L'Église est de style néoclassique, bâtie selon un plan basilical, sans transept et déambulatoire, avec une nef centrale terminée par une abside en cul-de-four, flanquée de deux bas-côtés.

La façade, très simple, comprend un péristyle, formant le porche, à quatre colonnes doriques, couronné d'un fronton triangulaire. Le clocher, seul vestige du second édifice du XVIIe siècle, a été harmonieusement intégré à la nouvelle construction et se trouve à l'angle du mur sud-est.

La nef est séparée des bas-côtés par des colonnes doriques réunies par des arcs en plein cintre. Le vaisseau central est couvert d'une voûte en berceau.

Au cœur de l'église, un baptistère de forme octogonale a récemment été creusé dans le sol. Accessible par sept marches, un rappel aux sept péchés capitaux, il est destiné au baptême par immersion totale afin de renouer avec les traditions et les pratiques de l'Église primitive.

L'orgue[modifier | modifier le code]

L'orgue actuel a été conçu par le facteur d'orgue John Abbey à la fin du XIXe siècle, restauré par les facteurs Joseph Gutschenritter, en 1950 et Jean-Marc Cicchero, en 1988.

À voir[modifier | modifier le code]

Sélection d'œuvres peintes[modifier | modifier le code]

Chœur[modifier | modifier le code]

Bas-côtés[modifier | modifier le code]

Chapelle de la Vierge[modifier | modifier le code]

Sculptures[modifier | modifier le code]

Accès[modifier | modifier le code]

Ce site est desservi par les stations de métro Bonne-Nouvelle et Strasbourg - Saint-Denis. Il l'est également par les (BUS) RATP 20 39.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice no PA00086016, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Debure, gendre de feu d'Houry, Almanach Royal pour l'année 1789, Paris, Imp. Veuve d'Houry, s. d., p. 103). Consulter en ligne.
  3. Abbé Delarc, L'Église de Paris pendant la Révolution Française, 1789-1801, Paris, Desclées de Brouwer, s. d. (ca 1900), t. 1, chapitre VII, p. 298-299. Consulter en ligne.
  4. «Une initiation chrétienne à une foi adulte», lacroix.com, 1er mars 2011

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sources & Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :