Bruno Tackels

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bruno Tackels
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (52 ans)
Nationalité
Activité

Bruno Tackels, né le 27 novembre 1965[1], est un philosophe et critique de théâtre français d'origine belge.

Repères biographiques[modifier | modifier le code]

Docteur en philosophie de l'Université de Strasbourg, où il travaillait sous la direction de Philippe Lacoue-Labarthe, il est un spécialiste de Walter Benjamin et de la théorie moderne de l'œuvre d'art. De 1995 à 2000, il a enseigné l'esthétique au département des arts du spectacle de l'Université de Rennes II.

Il est critique de théâtre pour la revue Mouvement, dont il est membre du comité éditorial, et sur la chaîne de radio publique France Culture, où il est également producteur d'émissions. De 2008 à 2012, il est responsable d'une émission mensuelle, Autour du Plateau, diffusée sur France Culture chaque deuxième jeudi du mois de 22h15 à 23h30. Figure importante des éditions Les Solitaires intempestifs, il y dirige la collection « Essais », qu'il a créée en 2000.

En 2014, il travaillait à la Direction générale de la Création artistique au Ministère de la culture.[réf. nécessaire]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Walter Benjamin. Une introduction, Presses universitaires de Strasbourg, 1992.
  • A vues. Ecrits sur le théâtre aujourd'hui, Bourgois, 1997.
  • L'Œuvre d'art à l'époque de W. Benjamin. Histoire d'aura, L'Harmattan, 2000.
  • Petite introduction à Walter Benjamin, L'Harmattan, 2001.
  • Fragments d'un théâtre amoureux, Les Solitaires Intempestifs, 2001.
  • Avec Gabily, voyant de la langue, suivi d'un entretien avec Didier-Georges Gabily, Actes Sud, 2003.
  • Avec Georges Banu, Le cas Avignon 2005, regards critique, éditions l'Entretemps, 2005
  • Écrivains de plateau, Les Solitaires intempestifs :
  • Walter Benjamin, une vie dans les textes. Essai biographique, Actes Sud, 2009.

Notes et références[modifier | modifier le code]