Radis noir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Radis et Raifort.

Le radis noir, ou radis d'Espagne, radis d'hiver, raifort des Parisiens, raifort cultivé [1] (Raphanus sativus var. niger (Mill.) J.Kern.) est une plante de la famille des brassicacées à racine pivotante, utilisée dans l'alimentation humaine et en phytothérapie.

Description[modifier | modifier le code]

Le radis noir est une plante présentant des tiges florales très ramifiées, pouvant atteindre une hauteur de 60 à 80 cm. Ses feuilles sont velues. Sa racine pivotante peut mesurer jusqu'à 20 cm.

Culture[modifier | modifier le code]

Le radis noir se cultive, comme toutes les plantes pivotantes, uniquement par semis, pratiqués de mai à début août, et se récolte deux mois après. Comme les autres radis, il est d'autant plus fort qu'il a manqué d'eau.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Composition[modifier | modifier le code]

Le radis noir est riche en isothiocyanates et en glucosinolates. L'étude de ses effets sur le cancer est directement liée aux études des propriétés anti-carcinogènes et anti-mutagènes de cette dernière molécule. Il contient par ailleurs de la raphanine, aux propriétés antiseptiques et antibactériennes, ainsi qu'une quantité importante de vitamine C[2] (114 mg/100 g) et du potassium (554 mg/100 g).

Alimentation et phytothérapie[modifier | modifier le code]

En raison de sa teneur importante en glucides 11 g/100 g, le radis noir est assez calorique pour un légume : 58 kcal/100 g. Il se consomme cru, pelé et coupé en lamelles ou râpé. Le jus peut être extrait pour des préparations en phytothérapie. Il est commercialisé sous forme d'ampoules ou de gélules.

Le radis noir a des effets cholagogues, et est prescrit en cas de troubles biliaires. Il ne doit toutefois pas être utilisé en cas de calculs biliaires installés[2]

Apéritif et diurétique, sa consommation serait réputée bénéfique pour les échanges métaboliques, le foie, les poumons et la vessie[3].

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. À ne pas confondre avec le raifort
  2. a et b Gérard Chenuet et al., Phytothérapie : la santé par les plantes, Vidal - Sélection du reader's digest,‎ 2007, 320 p. (ISBN 978-2-7098-1851-3)
  3. Médecine naturelle