Régis Lejonc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Régis Lejonc
Régis Lejonc.JPG
Régis Lejonc en 2012
Naissance
(51 ans)
Nationalité
Activités
auteur et illustrateur de livres jeunesse
Autres activités
graphiste
Distinctions

Régis Lejonc, né le , est un artiste français, peintre, illustrateur, graphiste et auteur de littérature jeunesse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Régis Lejonc vit et travaille à Bordeaux[1]. Après un Bac ES, il intègre Sciences Po[2], et au bout d'une année, intègre des études de gestion. Il peint en autodidacte[3] et fait plusieurs expositions, travaille pour la publicité[2] et l'illustration de presse, aux débuts des années 1990. Il commence ses travaux d'illustration pour des livres jeunesse, au milieu des années 1990, à l'époque où il devient père[2], aux éditions du Rouergue après sa rencontre avec Olivier Douzou[2],[4],[5], alors directeur de collection à ces éditions. Le premier ouvrage qu'il illustre est publié en 1995, Tour de manège, et le deuxième l'année suivante, Icare, tous deux écrits par Olivier Douzou. Régis Lejonc déclare vingt ans plus tard, en 2015 : « La rencontre avec Olivier Douzou a été déterminante. J’ai découvert mon métier avec ces deux livres[5] ».

Il a illustré plusieurs dizaines d'ouvrages, sur des textes de Rascal, Guillaume Guéraud, Franck Prévot, Olivier Ka ou Marcus Malte.

Il écrit également ses propres textes, qu'il illustre : Les deux géants en 2001, Ma voisine est amoureuse en 2003, ou Quelles couleurs ! en 2009, ouvrage pour lequel il indique : « Le temps réel de réalisation du livre a représenté environ 3 mois de travail acharné, mais tout le temps en amont, y compris celui passé à faire d’autres livres ou d’autres travaux d’illustration m’a énormément servi à faire mûrir ce livre qui ne quittait jamais mon esprit[6]. »

Il est publié par de nombreux éditeurs jeunesse réputés[6], dont les éditions du Rouergue, les éditions Thierry Magnier, Rue du Monde ou Didier jeunesse.

Il déclare en 2010 : « Toutes les narrations m’intéressent, que ce soit l’écrit, l’illustration ou la bande dessinée[6]. » Il est également scénariste et dessinateur de bandes dessinées. En 2001, aux éditions Delcourt, est publiée l'album Kid Korrigan, sur un scénario de Éric Corbeyran. Il indique : « La bande dessinée est une forme narrative qui découpe le temps du récit. Contrairement à l’illustration qui fige un instant de l’histoire. La BD permet l’étirement du temps ou bien sa précipitation en fonction de ce qu’on raconte[6]. »

Parallèlement, il travaille comme graphiste en agence de communication, et pour la publicité[2].

Il devient directeur de collections aux éditions du Rouergue, en 2002, pour la collection « Zig Zag »[2],[7], et aux éditions l’Édune[8], pour la collection «  L'ABéCéDaire »[9],[6],[10], et pour la collection « Empreinte »[11],[12],[6]. Il déclare : « Inventer et diriger une collection de livres correspond davantage à mon regard de lecteur en partageant avec d’autres une expérience éditoriale commune et individuelle à la fois[6]. »

Il partage un atelier à Bordeaux avec les auteurs et / ou illustrateurs Henri Meunier, Alfred, Olivier Latyk et Richard Guérineau[3], et a publié des collaborations avec les deux premiers.

Régis Lejonc a été récompensé de plusieurs prix[7], dont le Prix Baobab en 2002, et le Grand Prix de l'illustration en 2010. Pour ce Grand Prix, il indique : « Pour moi plus qu’une récompense, je vois ce prix comme une sorte de preuve d’estime, d’encouragement à persévérer encore, une très belle reconnaissance de mon travail d’illustrateur de la part de spécialistes[6]. »

En 2015, aux éditions Thierry Magnier, est publiée la première bande dessinée écrite par Thomas Scotto[13], qu'il a dessinée, Kodhja[14],[15]. Thomas Scotto avait écrit le texte il y a plus de 10 ans, et il avait alors été refusé par l'éditeur[13],[14]. L'album est né d'un travail de quatre années entre les deux auteurs[14]. L'ouvrage est « coup de cœur » 2016 du Centre national de la littérature pour la jeunesse (BnF), pour qui il est «  Une déambulation qui se révèle être un magnifique adieu à l'enfance[16] », et sélectionné par le site de référence jeunesse Ricochet[17], site de l'Institut suisse Jeunesse et Médias.

En 2018, pour son travail d'illustration, il est par deux fois lauréat du Prix Sorcières[18], dans deux catégories différentes, avec les ouvrages Le jardin du dedans-dehors, sur un texte de Chiara Mezzalama, et Cœur de bois, sur un texte de Henri Meunier. Cet album Cœur de bois est leur cinquième collaboration en quinze ans[19]. Pour Régis Lejonc : « Le sujet profond de ce livre est celui de la résilience : comment se construit-on après avoir subi des atrocités. Il ne s'agit surtout pas de pardon, et évidemment pas d'oubli[19]. » L'ouvrage est également « coup de cœur » 2017 du Centre national de la littérature pour la jeunesse (BnF), qui écrit dans son avis critique : « Dans un langage subtil à décoder, justement parce qu'ils se jouent des codes, les auteurs nous entraînent sur les terres de l'intime. L'illustration est puissante, sombre[20] ». Selon l'avis critique du site de référence Ricochet, « Malgré les maltraitances subies, [l'héroïne] a réussi à pardonner l'impardonnable et à construire sa vie. Un magnifique récit, à l'écriture soignée et aux illustrations hyperréalistes, sur la résilience, l'amour et le pardon[21]. »

Œuvres[modifier | modifier le code]

Années 1990 et 2000[modifier | modifier le code]

  1. Les goûts et les couleurs
  2. L'oeuf mystérieux
  3. Les enfants de la balle

Années 2010[modifier | modifier le code]

  • L'arbre et l'enfant, texte de Jean-Luc Coudray, illustrations de Régis Lejonc, éd. L'édune, 2010
  • Le golem, texte d’Anne Jonas, ill. Régis Lejonc, éd. Nathan, 2010
  • Le Petit Chaperon rouge ou La petite fille aux habits de fer-blanc : un conte, écrit par Jean-Jacques Fdida, illustré par Régis Lejonc, préface de Bernadette Bricout, graphisme de Célestin, Didier jeunesse, 2010
  • La carotte aux étoiles, scénario de Régis Lejonc, dessin de Riff Reb's ; d'après une histoire originale de Thierry Murat, Éditions de la Gouttière, 2010
  • Obstinément chocolat, texte d’Olivier Ka, ill. Régis Lejonc, éd. L’édune, Rêve et ris, 2011
  • Le dragon d'étoiles : un conte tsigane, écrit par Jean-Jacques Fdida, illustré par Régis Lejonc, Dider jeunesse, 2011
  • Le grillon plus fort que lion, Albéna Ivanovitch-Lair, illustrations Régis Lejonc, Flammarion, 2011
  • La rue qui ne se traverse pas, Henri Meunier, Régis Lejonc, Notari, 2011
  • Thélonius et Lola : théâtre, Serge Kribus, illustrations de Régis Lejonc, Actes sud papiers, 2011
  • Le lac des cygnes de Piotr Tchaïkovski, comp. [adapté par] Élodie Fondacci, ill. de Régis Lejonc, raconté par Élodie Fondacci, Gautier-Languereau, 2012 - album accompagné d'un CD
  • L'arbre de paix, texte de Anne Jonas, ill. Régis Lejonc, Père Castor-Flammarion, 2013
  • Le bestiaire fabuleux, Maxime Derouen, Régis Lejonc, Gautier-Languereau, 2013
  • Hansel et Gretel, J. et W. Grimm, illustrations de Régis Lejonc , Gautier-Languereau, 2013
  • Pochoirs Kawaï : l'atelier Gautier-Languereau, Régis Lejonc, Gautier-Languereau, 2013
  • Loup ?, textes et illustrations collectifs, éd. Mange-Livres, 2013
  • La promesse de l’ogre, texte de Rascal, ill. Régis Lejonc, éd. L’école des Loisirs, 2015
  • Lumières : l'"Encyclopédie" revisitée, 1713-2013[23], textes de Franck Prévot, illustrations de onze illustrateurs dont Martin Jarrie, Régis Lejonc, Charles Dutertre, Éd. l'Édune, 2013 - Publié pour le tricentenaire de la naissance de Denis Diderot - Fait l'objet d'une exposition au même nom.
  • Kodhja[13],[15],[16],[17], scénario de Thomas Scotto, dessins de Régis Lejonc, éd. Thierry Magnier, 2015
  • Peter Pan de James Matthew Barrie, illustré par Régis Lejonc, traduit de l'anglais par Michel Laporte, Gautier-Languereau, 2015
  • La poupée de Ting-Ting, texte de Ghislaine Roman, illustrations de Régis Lejonc, Seuil jeunesse, 2015
  • L’ogre Babborco et autres contes, texte de Muriel Bloch, ill. Régis Lejonc, éd. Seuil Jeunesse, 2015
  • Bagdan et la louve aux yeux d'or, Ghislaine Roman, Régis Lejonc, Seuil jeunesse, 2016
  • Le lac des Cygnes, Piotr Tchaïkovski, Elodie Fondacci, ill. Régis Lejonc, Gautier-Languereau, 2016 - album accompagné d'un CD
  • Qu’ils y restent, texte de Régis Lejonc, avec Pascal Mériaux, illustrations de Riff Reb’s, Les éditions de la Gouttière, 2016
  • Cœur de bois[19],[20],[21], texte de Henri Meunier, illustrations Régis Lejonc, Notari, 2016
    Prix Sorcières 2018[18], catégorie Carrément Sorcières - Fiction
  • Le jardin du dedans-dehors, texte de Chiara Mezzalama, illustrations Régis Lejonc, éditions des éléphants, 2017
    Prix Sorcières 2018[18], catégorie Carrément Beau - Maxi
  • Tu seras ma princesse, texte de Marcus Malte, ill. Régis Lejonc, Sarbacane, 2017

Directeur de collection[modifier | modifier le code]

Aux éditions du Rouergue[modifier | modifier le code]

  • Collection « Zig Zag »[2],[7], depuis 2002

Aux éditions l’Édune[modifier | modifier le code]

  • Collection « Empreinte »[11],[12],[6], en 2009 et 2010
  • Collection «  L'ABéCéDaire »[9],[10], une collection de 20 imagiers[24],[6], conçue et dirigée par Régis Lejonc, en 2007
Un ouvrage pour chaque lettre de l'alphabet, ou parfois deux, illustré chacun par un illustrateur, dont Rascal, Alfred, Martin Jarrie, Marc Boutavant, Frédérique Bertrand ou Olivier Tallec. Régis Lejonc a réalisé U comme 1, V comme 20.

Quelques expositions[modifier | modifier le code]

  • 2013 : « Lumières : l'"Encyclopédie" revisitée, 1713-2013 », d'après l'ouvrage éponyme, textes de Franck Prévot, illustrations de onze illustrateurs dont Martin Jarrie, Régis Lejonc, Charles Dutertre, Éd. l'Édune, 2013 (Publié pour le tricentenaire de la naissance de Denis Diderot), Galerie Michel Lagarde.
  • 2015 : Exposition personnelle pour les 20 ans de ses travaux d'illustration[5], Escale du livre, Bordeaux

Adaptation de son œuvre[modifier | modifier le code]

En spectacle
  • La mélopée du phare : le conte du dernier gardien[25], d'après l'ouvrage Le phare des sirènes, texte de Rascal, illustrations Régis Lejonc, publié en 2007 ; conception Fabien Bondil ; adaptation Brice Berthoud ; musique Gabriel Fabing ; scénographie Brice Berthoud ; marionnettes Yseult Welschinger ; coproduction Compagnie la Valise, l'Illiade à Illkirch, l'Hectare de Vendôme... et al. ; avec Fabien Bondil ; création 2013

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Deux de ses ouvrages illustrés font partie de la « Bibliothèque idéale » du Centre national de la littérature pour la jeunesse (BnF)[22] : L'arbre qui pense, sur un texte de Raymond Queneau (2002) et Hélena, Ivan et les oies, sur un texte de Muriel Bloch (2002).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche de Régis Lejonc, sur le site de son éditeur, L'Ecole des loisirs.
  2. a, b, c, d, e, f, g, h et i « Régis Lejonc : l'art de l'enfance », article du journal La Dépêche, du 29 novembre 2002.
  3. a et b Rencontre avec Régis Lejonc, site ricochet-jeunes.org, du 23 avril 2008.
  4. Fiche de Régis Lejonc, sur le site de son éditeur, Delcourt.
  5. a, b et c « Régis Lejonc, illustre malgré lui », article du journal Sud Ouest, du 27 mars 2015.
  6. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l Charlotte Javaux, rencontre avec Régis Lejonc, site Ricochet-jeunes.org, 22 juin 2010.
  7. a, b, c, d, e et f Fiche de Régis Lejonc, sur le site confluences.org.
  8. a, b et c Fiche de Régis Lejonc, site du Printemps du livre 2014, de la BM de Grenoble.
  9. a et b Notice BnF de la collection «  L'ABéCéDaire » des éditions l'Édune.
  10. a et b La collection « L'Abécédaire » sur le site des éditions l'Édune.
  11. a et b La collection « Empreinte » sur le site des éditions l'Édune.
  12. a et b Notice BnF de la collection « Empreinte » des éditions l'Édune.
  13. a, b et c « Démarrer l'année 2017... Avec deux auteurs-illustrateurs jeunesse adorés des jeunes ! Claudine Desmarteau & Thomas Scotto », émission « Le Temps buissonnier » par Aline Pailler, radio France Culture, 8 janvier 2017.
  14. a, b et c Nathalie Wyss, « Thomas Scotto : " Continuer de rencontrer, beaucoup, de partager, pareil, trouver les mots, pour dire, longtemps… " », site ricochet-jeunes.org, du 2 août 2016.
  15. a et b «  Kodhja : l'interview de Thomas Scotto et Régis Lejonc », article du site des Librairies Sorcières du 7 mars 2017.
  16. a et b Notice de l'ouvrage Kodhja, et avis critique (« coup de cœur ») du Centre National de Littérature pour la Jeunesse (CNLJ), sur le site de la BnF.
  17. a et b L'album Kodhja et avis critique, site ricochet-jeunes.org.
  18. a, b, c, d et e Lauréats 2018 du Prix Sorcières, site officiel abf.asso.fr.
  19. a, b et c «  Régis Lejonc et Henri Meunier : «Nous avons une confiance totale l'un envers l'autre.» », article du site des Librairies Sorcières, du 29 août 2017.
  20. a et b Notice de l'ouvrage Cœur de bois, et avis critique (« coup de cœur ») du Centre National de Littérature pour la Jeunesse (CNLJ), sur le site de la BnF.
  21. a et b Emmanuelle Pelot, avis critique de l'ouvrage Coeur de bois, site ricochet-jeunes.org.
  22. a, b et c Les ouvrages de Régis Lejonc dans la « Bibliothèque idéale », site de la BnF.
  23. Fiche BnF de l'ouvrage, et avis critique (« Coup de coeur ») du Infos du Centre national de la littérature pour la jeunesse (CNLJ), site de la BnF.
  24. Fiche BnF du premier ouvrage, et avis du Centre National de la Littérature pour la jeunesse (« Coup de coeur »), site de la BnF.
  25. Notice BnF du spectacle.
  26. Fiche de Régis Lejonc, sur le site des éditions du Rouergue.
  27. Lauréats du Prix Chrétien de Troyes, site ricochet-jeunes.org.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]