Alfred (auteur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Lionel Papagalli
un homme avec de petites lunettes rondes parle devant un rayon de bibliothèque
Alfred en interview en 2014.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (46 ans)
GrenobleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Lionel PapagalliVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonymes
Pacifou, AlfredVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
A travaillé pour
signature d'Alfred (auteur)
Signature

Lionel Papagalli, dit Alfred, né à Grenoble le , est un auteur de bande dessinée français. Ses œuvres les plus notables sont Pourquoi j'ai tué Pierre et Come Prima.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans une famille de comédiens de théâtre (son père est le comédien Serge Papagalli, connu pour son rôle de Guethenoc, le paysan râleur dans la série Kaamelott[1]), il obtient un baccalauréat littéraire et devient dessinateur de bande dessinée en autodidacte. Il commence par publier dans des fanzines confidentiels avant de créer avec des amis Scalp !.

En 1995, il crée « Ciel Ether », une structure d'auto-édition visant à faire connaître son travail. Cela lui permet de rencontrer Éric Corbeyran qui lui écrit quelques histoires courtes avant La Digue, album publié chez Delcourt.

Il rencontre le scénariste David Chauvel en 2000, avec qui il réalise la série Octave (entre 2003 et 2006).

En 2004, il adapte le roman Café Panique de Roland Topor (Éditions Charrette)[2].

En 2007, avec Olivier Ka, il publie l'album Pourquoi j’ai tué Pierre[3] qui est récompensé du Prix du Public et figure parmi les Essentiels du festival de la BD d'Angoulême [4]. En 2008, il participe à l'album collectif Premières fois (éditions Delcourt), sous la direction de David Chauvel[5].

Avec Olivier Ka, il joue sur scène des spectacles au sein du duo Crumble Club, dans lequel il chante, raconte et joue de divers instruments.

En 2014, son album Come Prima, un road-movie mettant en scène deux frères dont le père vient de mourir dans l'Italie du début des années 60[6] rencontre un accueil favorable dans la presse, il fait d'ailleurs partie, en janvier 2014, de la bédéthèque idéale de la rédaction du magazine Télérama[7]. Dans la foulée, l'album obtient le Fauve d'or : prix du meilleur album au Festival d'Angoulême[8],[9].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

  • La Chatte de la vieille dame (dessin), avec Numa Sadoul (scénario), Ciel Ether, 1995.
  • Home sweet home, Ciel Ether, 1996.
  • L'Ogreraie (dessin), avec Éric Corbeyran (scénario), Ciel Ether, 1996.
  • Horreur de jeunesse (dessin) avec Éric Corbeyran (scénario), Ciel Ether, 1996.
  • Pet en gueule (dessin), avec Éric Corbeyran (scénario), Ciel Ether, 1996.
  • Anatole dans Anatole & Roue libre, Ciel Ether, 1997.
  • Le Chant du coq, Le Cycliste, 1998[10].
  • La Digue (dessin), avec Éric Corbeyran (scénario), Delcourt, 1998.
  • Abraxas (dessin), avec Éric Corbeyran (scénario), Delcourt, coll. « Conquistador » :
  1. Le Brouet sapide, 2000.
  2. Le Rideau gris, 2001.
  1. Monsieur Rouge entre en scène, 2002.
  2. Monsieur Rouge fait ses valises, 2003.
  3. Monsieur Rouge contre Docteur Slip, 2004.
  1. Octave et le Cachalot, 2003[11].
  2. Octave et la Daurade royale, 2004.
  3. Octave et le Manchot papou, 2005.
  4. Octave et le Fou de bassan, 2006.
  1. La Nuit des lucioles, 2006.
  2. Le Désert d'épaves, 2007.

Récits courts[modifier | modifier le code]

  • Quand Shlemiel s'en fut à Varsovie (dessin), avec Yohan Radomski (scénario), Je Bouquine no 263, .
  • Participation aux collectifs Déjà (1996), L’Ascenseur (1997), Le Dedans de l'intérieur (1997), Le Dedans de l'intérieur, Paroles de taulards (1999), Chansons de Higelin en bandes dessinées (2000), Poèmes de Baudelaire en bandes dessinées (2001), Poèmes de Victor Hugo en bandes dessinées (2002), Chansons de Téléphone en Bandes Dessinées (2002)[15], Cases départs (2003), Rire contre le racisme (2006), Paroles de tox (2006), Paroles sans papiers (2007), Tous coupables (2007), Yannick Noah traits métis (2007), Premières fois (2008), Bob Dylan revisited (2008), Summer of the 80's (Dargaud, 2009)[16],[17], Les nouvelles aventures de Dupa Grave et de la petite chatte Mimine (Débrouille, 2010, Tranches napolitaines (Dargaud, 2010)[18], La Galerie des illustres (Dupuis, 2013), Rencontres inattendues (Dupuis, 2014)

Illustration[modifier | modifier le code]

  • Carnevale, Le 9e Monde, 2002 - Portfolio, 222 exemplaires numérotés et signés
  • Olivier Ka, Les Contes imbéciles, Éditions l'Édune, 2009
  • Rascal, Paul Honfleur, Éditions l'Édune, 2009
  • Annie Agopian, Le Trou, Le Rouergue, 2010
  • Rascal, Angie Monde, Éditions l'Édune, 2010
  • Boulevard des sms, maximes de Brigitte Fontaine illustrées par Alfred, Casterman,

Prix[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Angoulême prime « Come prima », du Bordelais Alfred », sur rue89bordeaux.com, (consulté le ).
  2. Nicolas Fréret, « Café Panique - Alfred - Editions Charrette », sur Actua BD, .
  3. Loleck, « Pourquoi j’ai tué Pierre, de Alfred & Olivier Ka », sur Du9,
  4. a et b Didier Pasamonik, François Peneaud, David Taugis, « un palmarès qui fait la part belle aux indépendants », sur Actua BD, (consulté le ).
  5. Laurent Boileau, Premières fois - par Sibylline et 10 auteurs - Delcourt sur Actua BD, 30 mai 2008
  6. François Lestavel, « Festival BD Angoulême. Notre chronique de "Come Prima" », sur Paris Match,
  7. Laurence Le Saux, « La bédéthèque idéale #38 : Les frères fâchés d'Alfred dans “Come Prima” », sur Télérama,
  8. Benjamin Roure, « Angoulême 2014 : le palmarès », sur bodoi.info, (consulté le ).
  9. a et b Didier Pasamonik, « "Come Prima" par Alfred, Prix du meilleur album Angoulême 2014 », sur Actua BD,
  10. Frédéric Bosser, « Tant qu'il y aura des Coqs... », BoDoï, no 11,‎ , p. 35.
  11. Olivier Maltret, « Monstres et Compagnie », BoDoï, no 60,‎ , p. 15.
  12. Jean-Laurent Truc, « Petite Bédéthèque des savoirs, le cinéma, le tatouage, le hasard et le droit d’auteur complètent la collection », sur Ligne claire, (consulté le )
  13. Frédéric Grivaud, « La nuit est à nous », ZOO, no 74,‎ , p. 16.
  14. « Politique de l'intime », sur Franceinfo, (consulté le ).
  15. Rédaction, « Petit à Petit construit son nid », sur BDZoom,
  16. L.Gianati, « Summer of the 80's », sur BD Gest',
  17. Manuel F. Picaud, « Summer of the 80’s », sur Auracan,
  18. Henri Filippini, « Tranches napolitaines : un quatuor cent pour cent nouvelle génération », dBD, no 42,‎ , p. 80.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Fanzine Strip !, no 1, , rubrique Petit Four (Interview de 1 page).
  • Fanzine Fun en Bulles, no 35, automne 1998 (Interview de 3 pages).
  • Géné, no 44, / (Interview de 1 page).
  • Pavillon Rouge, no 11.
  • BoDoï, no 73, .
  • Bandes Dessinées Magazine, no 10.
  • BD en classe, Festival BD Boum de Blois, Ed. Scérén, 2005.
  • dBD, no 6, .
  • dBD, no 25, juillet-.
  • Patrick Gaumer, « Alfred », dans Dictionnaire mondial de la BD, Paris, Larousse, (ISBN 9782035843319), p. 15-16.
  • Vanessa Fize, « L'auteur de bandes-dessinées Alfred offre un "Regard 9" sur son art à Bordeaux », France Info,‎ (lire en ligne)
  • Antoine de Baecke, « Alfred dessine en italiques », Sud Ouest,‎
  • Céline Musseau et Éric Audebert, « La BD sort de ses cases », Sud Ouest,‎
  • « Alfred, maudit soit Pierre », dBD, no 7,‎ , p. 54-57.
  • Alfred (interviewé), « Alfred, l'enfant de la balle », dBD, no 25,‎ , p. 30-33.
  • Alfred (interviewé) et Sonia Déchamps, « J'te plais, tu me plais... », Casemate, no 129,‎ , p. 70-75.
  • Alfred (int.) et Cathia Engelbach, « L'homme qui fait parler les hommes », dBD, no 139,‎ décembre 2019 - janvier 2020, p. 72-77
  • Cathia Engelbach, « Senso : rendez-vous en terres italiennes », dBD, no 139,‎ décembre 2019 - janvier 2020, p. 106.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :