Queyssac-les-Vignes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Queyssac-les-Vignes
Queyssac-les-Vignes
Église de Queyssac-les-Vignes.
Blason de Queyssac-les-Vignes
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Corrèze
Arrondissement Brive-la-Gaillarde
Intercommunalité Communauté de communes Midi Corrézien
Maire
Mandat
Geneviève Soursac
2014-2020
Code postal 19120
Code commune 19170
Démographie
Gentilé Queyssacois
Population
municipale
203 hab. (2017 en diminution de 6,45 % par rapport à 2012)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 58′ 01″ nord, 1° 46′ 05″ est
Altitude 310 m
Min. 134 m
Max. 343 m
Superficie 11,13 km2
Élections
Départementales Canton du Midi corrézien
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Queyssac-les-Vignes
Géolocalisation sur la carte : Corrèze
Voir sur la carte topographique de la Corrèze
City locator 14.svg
Queyssac-les-Vignes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Queyssac-les-Vignes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Queyssac-les-Vignes
Liens
Site web Queyssac-les-Vignes

Queyssac-les-Vignes (Caissac en occitan) est une commune française située dans le département de la Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine.

Les habitants de Queyssac-les-Vignes sont des « Queyssacois ».

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Queyssac-les-Vignes est située dans le bassin de Brive.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune est limitrophe du département du Lot.


Communes limitrophes de Queyssac-les-Vignes[1]
Végennes
Queyssac-les-Vignes[1] Sioniac
Bétaille
(Lot)
Bilhac

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Son relief chahuté traduit la diversité de ses origines.

Le point culminant de la commune est au Puy Lachaud, butte témoin calcaire à 341 m d'altitude. Le point le plus bas se trouve à 130 m d'altitude, dans la vallée du Palsou, à la limite de la commune de Bétaille.

La géologie est particulièrement diversifiée. Les sols primaires affleurent au pont des Bothies, le "brasier" domine à l'est et le calcaire du Lias à l'ouest. Le Palsou suit une faille ancienne, parallèle à celle d'Argentat.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Palsou et le ruisseau de l'Escadrouillère arrosent la commune.

Histoire[modifier | modifier le code]

On trouve çà et là des outils du paléolithique (La Chapelle-aux-Saints est toute proche) et du néolithique. La toponymie indique la présence de villae gallo-romaines à Queyssac et à Sennac.

Au Moyen-Âge, Queyssac appartient à la vicairie civile du Puy d'Arnac et à la vicomté de Turenne.

La châtellenie de Queyssac est créée au profit d'Olivier de Bort après la guerre de Cent ans par démembrement de celle de Curemonte.

La famille de Corn, entrée à Queyssac par alliance avec les Veyrac, va y rester jusqu'au XIXe siècle. La commune a pris les armes de cette famille originaire du Quercy.

La vigne faisait la richesse et la renommée de Queyssac jusqu'aux atteintes du phylloxéra dans les années 1880. Queyssac avait plus de 700 habitants au XIXe siècle. Son vin paillé est resté réputé jusqu'à nos jours.

L'église de Queyssac-Haut a été entièrement reconstruite sous le Second Empire. Celle de Queyssac-Bas, Saint-Blaise, date de l'époque romane.

Queyssac est devenu Queyssac-les-Vignes en 1929 sans doute pour qu'on ne la confonde plus avec son homonyme périgourdin.

Gabriel Gleize fut maire de Queyssac de 1904 à 1956 et conseiller général du canton de Beaulieu de 1913 à 1956.

La culture de la fraise, la noyeraie, l'élevage et le vignoble sont aujourd'hui les principales productions de la commune.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Queyssac-les-Vignes (Corrèze).svg

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

Écartelé, au 1 et 4 d'azur à deux cors de chasse d'or liés et virolés de gueules, au 2 et 3 bandé d'argent et de gueules.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Végennes Sioniac Rose des vents
N
O    Queyssac-les-Vignes    E
S
Bétaille Bilhac

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 En cours Geneviève Soursac   Agricultrice

Délégués[modifier | modifier le code]

Délégués à la communauté des communes ; membres du C.C.A.S. ; délégués à la bascule de Bétaille ; délégués à la commission d'appels d'offres.

Commissions communales[modifier | modifier le code]

1 . commission bâtiments ; 2 . commission voirie ; 3 . commission bulletin municipal ; 4 . commission affaires scolaires ; 5 . commission urbanisme.>

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[3].

En 2017, la commune comptait 203 habitants[Note 1], en diminution de 6,45 % par rapport à 2012 (Corrèze : +0,09 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
617672626731758775715710728
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
783787776718705739656598564
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
509543537446403380360321319
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
303253222213191180187214198
2017 - - - - - - - -
203--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Le vin paillé[modifier | modifier le code]

Vinpaille.jpg

Ce vin particulier est produit par 18 viticulteurs dans une petite zone viticole autour de Queyssac-les-vignes, sur les coteaux de la vallée de la Dordogne. Son élaboration doit respecter un cahier des charges bien précis (vendanges à la main, séchage, pressurage, fermentation) afin d'obtenir son appellation "Vin paillé" validée par une commission d'agrément. Les cépages utilisés sont le cabernet franc et le cabernet sauvignon pour les rouges, et le chardonnay et le sauvignon pour les blancs[6].

Agriculture[modifier | modifier le code]

D'autres productions traditionnelles sont aussi développées : le veau élevé sous la mère, la noix, la pêche et la fraise[7] notamment.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Saint Blaise sa fête étant souhaitée chaque année une petite chapelle porte son nom à Queyssac-Bas.

Risques et catasphrophes[8][modifier | modifier le code]

Risque sismique sur la commune :

  • très faible.

Risques naturels et technologiques possibles sur la commune :

  • rupture de barrage.

Catastrophes naturelles passées à Queyssac-les-Vignes :

  • inondations et coulées de boue le  ;
  • inondations et coulées de boue du 5 au  ;
  • inondations, coulées de boue et mouvements de terrain du 25 au  ;
  • inondations et coulées de boue du 21 au  ;
  • tempête du 6 au .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]