Puer natus in Bethlehem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Puer natus in Bethlehem est une hymne en monodie, chantée à la fête de Noël.

Texte[modifier | modifier le code]

verset latin[ll 1] français[ll 1]
1 Puer natus in Bethlehem, alleluia, Unde gaudet Ierusalem, alleluia, alleluia. Un enfant est né à Bethléem, alléluia, Jérusalem s'en réjouit, alléluia, alléluia.
répons latin[ll 1] français[ll 1]
(en refrain) In cordis iubilo Christum natum adoremus, Com novo cantico. Dans la joie du cœur, adorons le Christ qui est né, avec un nouveau cantique.
verset latin[ll 2] français[ll 3]
2 - 14 II. Assumpsit carnem Filius, alleluia, Dei Patris altissimus, alleluia, alleluia
III. Per Gabrielem nuntium, alleluia, Virgo concepit Filium, alleluia, alleluia.
IV. Tamquam sponsus de thalamo, alleluia, Processit Matris utero, alleluia, alleluia.
V. Hic iacet in præsepio, alleluia, Qui regnat sine termino, alleluia, alleluia.
VI. Et Angelus pastoribus, alleluia, Revelat quod sit Dominus, alleluia, alleluia.
VII. Reges de Saba veniunt, alleluia, Aurum, thus, myrrham offerunt, alleluia, alleluia.
VIII. Intrantes domum invicem, alleluia, Novum salutant Principem, alleluia, allluia.
IX. De Matre natus Virgine, alleluia, Qui lumen est de lumine, alleluia, alleluia.
X. Sine serpentis vulnere, alleluia, De nostro venit sanguine, alleluia, alleluia.
XI. In carne nobis similis, alleluia, Peccato sed dissimilis, alleluia, alleluia.
XII. Ut redderet nos homines, alleluia, Deo et sibi similes, alleluia, alleluia.
XIII. In hoc natali gaudio, alleluiia, Benedicamus Domino, alleluia, alleluia.
XIV. Laudetur sancta Trinitas, alleluia, Deo dicamus gratias, alleluia, alleluia.
2. Le Fils s'est revêtu de la chair, alléluia, Dieu très-haut, le Père, alléluia, alléluia.
3. Par le messager Gabriel, alléluia, la Vierge conçoit son Fils, alléluia, alléluia.
4. Comme un époux [quitte] la chambre nuptiale, alléluia, il naît du sein de sa Mère, alléluia, alléluia.
5. Ici il est couché dans une crèche, alléluia, celui qui règne sans fin, alléluia, alléluia.
6. Et l'ange aux bergers, alléluia, révèle qu'il est le Seigneur, alléluia, alléluia.
7. Les rois de Saba viennent, alléluia, offrir l'or, l'encens et la myrrhe, alléluia, alléluia.
8. Ils entrent tour à tour dans la maison, alléluia, saluer le nouveau Prince, alléluia, alléluia.
9. D'une Mère Vierge il est né, alléluia, celui qui est la lumière de la lumière, alléluia, alléluia.
10. Sans la blessure du serpent, alléluia, il vient de notre sang, alléluia, alléluia.
11. Par la chair à nous semblable, alléluia, mais par le péché dissemblable, alléluia, alléluia.
12. Afin de nous rendre nous les hommes, alléluia, à Dieu et à lui semblables, alléluia, alléluia.
13. En cette joyeuse naissance, alléluia, bénissons le Seigneur, alléluia, alléluia.
14. Louée soit la sainte Trinité, alléluia, à Dieu rendons grâces, alléluia, alléluia.

Partition[modifier | modifier le code]

Caractéristique[modifier | modifier le code]

Plain-chant dans le répertoire du chant grégorien[modifier | modifier le code]

Il n'existe aucun manuscrit en tant que chant grégorien authentique et ancien[1].

Aussi semble-t-il que le chant ait été créé pour enrichir le répertoire du chant grégorien, ou moins vraisemblablement afin de remplacer l'introït grégorien Puer natus est nobis. D'une part, traditionnellement cette hymne Puer natus in Bethlehem se présentait en notation musicale grégorienne, à savoir en quatre lignes (voir la partition). D'autre part, les premiers mots respectent la tradition catholique ancienne, avec le terme Puer tel l'introït authentique. À vrai dire le texte Puer natus est nobis était issu du vieux-latin, et non celui de la Vulgate « Parvulus enim natus est nobis »[2]. Sans doute, avec cette façon et sans autorisation concrète, la pièce se glissa-t-elle dans le répertoire de chants de Noël.

Ce type de chant dans les livres de chant, manquant de texte biblique et d'autorisation, telle la séquence, fut condamné par le concile provincial de Cologne en 1538[3]. Puis, le concile de Trente décida de faire l'exclure dans les livres de chant de l'Église, surtout le missel romain. Cela serait la raison pour laquelle il reste peu de manuscrits d'après la liturgie catholique en latin tandis que les protestants officialisèrent son usage.

Caractères musicaux[modifier | modifier le code]

La partition se caractérise de son style, monodique, syllabique et en refrain, lequel se trouve dans les genres de l'hymne ainsi que de la séquence. Il s'agit d'une œuvre facile à chanter. On y compte 14 versets dans un certain nombre de manuscrits et la notation actuellement publiée[ll 4], qui est convenable à la procession lors de la célébration.

B.molle.gif

Composé tardivement, son mode reste ambigu, car le chant ne respectait pas nécessairement les anciens modes. D'où, on lui attribuait le premier mode (I, voir la partition) tandis que l'édition de Solesmes adopte le deuxième mode (II)[ll 1]. En réalité, avec le phénomène bémolisation, le chant approchait au mode mineur qui se caractérise de la note finale la.

On y distingue cependant une apparence ancienne ; hormis la mélodie ascendante attribuée aux mots iubilo Christum, le chant ne se compose que cinq notes. Les degrés aussi se limitent, en deux ou trois. Ces caractères se trouvent très fréquemment dans la psalmodie ancienne.

Utilisation liturgique[modifier | modifier le code]

Son usage reste, même aujourd'hui, dans le répertoire grégorien, tel le Credo III composé au XVIIe siècle[ll 5]. En effet, sa popularité demeure dans de nombreux pays. Or, il est indiscutable qu'il s'agisse de l'introït Puer natus est nobis en faveur de la célébration authentique et solennelle de Noël auprès de l'Église catholique romaine. Cette œuvre est tout à fait issue d'une vraie tradition papale à Rome, à origine celle du chant vieux-romain.

Historique[modifier | modifier le code]

L'origine de ce chant n'est pas encore identifiée. Les études récentes indiquent que les prototypes du chant étaient pratiqués auprès des monastères féminins. Une version de Puer natus in Bethlehem était chantée par les moniales, au début du XIVe siècle auprès de l'abbaye cistercienne d'Alt-Medingen (Bad Bevensen), afin de célébrer la fête du 28 décembre en mémoire du massacre des Innocents, tués à Bethléem et alentour[4].

L'un des manuscrits les plus anciens et les plus célébres est un plain-chant (en notation messine en quatre lignes et en premier mode) dans un livret de l'ordre bénédictin datant du XIVe siècle. Il s'agit d'un manuscrit conservé à la bibliothèque nationale de la République tchèque, graduel dit de Saint-Georges, manuscrit VI G 10a, folio 115v (vers 1340)[5]. Si la fonction des pièces à partir du folio 114 reste dans le flou, le livre se composait essentiellement des chants de la procession[6]. Sans doute adaptait à cet usage la structure en alternance, entre le soliste et le chœur[5],[7]. Cependant, le plain-chant ne se constituait initialement que de trois versets[8]. Le bréviaire de Hereford (1505) en comptait 10 tandis que 14 versets se trouvent dans les Piæ cantiones (1582)[8].

Ce nouveau-né devint rapidement très connu. Car il adaptait effectivement à la tendance de l'époque, laquelle modifia la mentalité des religieux. Ces derniers préféraient, à la suite du mouvement de la Renaissance, les œuvres en homophonie à la base de la pièce Puer natus in Bethlehem, assez simples et faciles à chanter, à la pratique du Puer natus est nobis[9]. En admettant que ce dernier fût encore en usage (par exemple, partition de Lucas Lossius (1579) [manuscrit en ligne]), d'une part déformé et dénaturé, le chant perdait sa qualité et sa solennité, devenu plain-chant. D'autre part, on jugeait que ce genre soit archaïque.

« ... C'est que les mélodies grégoriennes modifiées dans leur rythme se trouvent comme effacées, absorbées, noyées dans ce contrepoint unicolore et impersonnel. C'est pourquoi, plus récemment, d'autres auteurs en tenant compte du caractère populaire, simple, naïf de la fête et du mystère de Noël, ont jugé préférable de recourir au style homophone au moins pour certains motets, et d'harmoniser simplement des séquences et d'autres chants légués par le moyen âge, tel que Puer natus in Bethleem (sic), Flos de radice Jesse[9]. »

— Dom Hugues Gaisser, La Fête de Noël et la Musique (1901)

Des créations musicales pour la liturgie catholique étaient surtout tenues, dans les pays catholiques germanophones telles l'Autriche, la Hongrie. Ainsi, on comptait les compositeurs Pál Esterházy, Michael Haydn. En fait, la première traduction en allemand était déjà effectuée en 1429[10].

Auprès des luthériens et des anglicans[modifier | modifier le code]

Cependant, le chant trouva, après la réforme protestante, ses exécutants les plus fidèles auprès des luthériens. En effet, la composition de la pièce, syllabique et en refrain, adaptait aisément à leur besoin liturgique, sans aucune modification musicale. De surcroît, les langues germaniques possèdent une forte caractéristique syllabique[11]. Le phénomène profitait de l'évolution de la publication du livre de chant, à partir de la Renaissance. De nombreux livres de partitions sortis au XVIe siècle restent dans les archives européennes.

Il n'est pas étrange que quelques partitions gardassent les deux langues, latine et allemande. En effet, à la différence de Jean Calvin, Luther recommandait le latin à condition qu'il s'agît des écoles et des universités[11]. Par conséquent, la partition de Lucas Lossius (1553) conservait son texte bilangue (voir ci-dessous). Le chant syllabique en refrain n'empêchait pas de tout cette pratique.

Pour la même raison, le chant syllabique en anglais demeure toujours en usage au sein de la tradition anglicane [partition en ligne (version 1982)].

Évolution[modifier | modifier le code]

D'où, l'usage de ce chant connaissait une immense expansion. L'œuvre était diffusée non seulement dans les pays germaniques mais aussi auprès des pays baltes ainsi que des pays nordiques. Il existe également la version russe. L'exécutant était parfois remplacé par l'organiste ; des compositeurs tel Dietrich Buxtehude écrivirent leurs œuvres en faveur de cet instrument orgue. Même de nos jours, Marie-Agnès Grall-Menet, organiste française, présenta ses variations d'après ce chant, en célébrant la fête de Noël 2013. En outre, la mélodie se développait en tant que pièces pour l'ensemble instrumental.

Version en langue vulgaire[modifier | modifier le code]

Chant très largement diffusé, la tradition connaissait plusieurs versions différentes en langue vulgaire et en composition musicale.

Une version en danois et à 4 voix[bb 1].

Composition tardive[modifier | modifier le code]

Après la Renaissance, de nombreux musiciens effectuèrent leur composition, principalement en polyphonie. Une liste plus complète fut publiée en 2010 par Bruno Antonio Buike[bb 14].

La création musicale se continue par quelques compositeurs contemporaines.

Références bibliographiques[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e p.  98
  2. p. 98 - 101
  3. p. 101 - 102
  4. p. 98 - 102
  5. p.  53 - 56
  • Bruno Antonio Buike, Puer natus in Bethlehem - Ein Kind gebor'n zu Bethlehem - A child was born / A boy was born (with introitus " Puer natus est nobis" ) ; Research exposee And Bibliographical Survay From Catholic Gregorian chant to crip-play, from Protestant Germany to Scandinavia, (Polish-)Lithuania, Poland and North America, Buike Music and Science Publishing, Neuss 2010, 211 p. [lire en ligne]
  1. a et b p. 150 - 152
  2. p. 178 - 182
  3. p. 152 - 160
  4. p. 193
  5. p. 160 - 177
  6. p. 178
  7. p. 182 - 188
  8. p. 188 - 189
  9. p. 189
  10. p. 190
  11. p. 190 - 192
  12. p. 192
  13. p. 194
  14. p. 196 - 205 ; l'auteur et son équipe précisaient et excusaient que leurs études restent personnelles, et parfois non critiques, ne soient pas encore complètes et il fallait qu'elle soient évoluées, précisées et perfectionnées (p. 1). Cependant, on constante qu'avec la comparaison de nombreuses sources, par exemple celles de la bibliothèque nationale de France, leurs études demeurent assez correctes et fiables.
  15. p. 89 - 92 (partition)
  16. p.  141
  17. p. 67
  18. p. 69 - 74 (partition)
  19. a et b p. 146
  20. p. 93 - 109(y compris partition à 8 voix en double chœur)
  21. p.  201
  22. p. 136 - 141 (partition)
  23. p. 43 et 44 (partition)
  24. p. 29
  25. p. 128 - 135 (partition)
  26. p. 120 - 127 (partition)
  27. p. 127 et 128
  28. p. 54 - 67 (partition)
  29. p. 53 - 54 (partition)
  30. p. 74 - 77
  31. p. 78
  32. p. 110 - 120 (partition) ; il s'agit de l'opus 118 n°6 et non n°5.
  33. p. 78 - 81 (notation)
  34. a et b p.  148
  35. nortation p. 143 - 146

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://gregorien.info/chant/id/6543/0/fr
  2. http://eglisedusaintsacrementliege.hautetfort.com/archive/2012/11/19/quand-l-universite-s-interesse-au-chant-gregorien-de-là-theo.html
  3. https://books.google.fr/books?id=Ar4MAAAAIAAJ&pg=RA1-PA601
  4. (en)https://books.google.fr/books?id=wzXs2f4YA9kC&pg=PA434 ; ainsi que Maria Kohle, Das Paderborner Gesangbuch 1609, p. 226 (2004), consulté en ligne le 6 mars 2019
  5. a et b (en)https://books.google.fr/books?id=HFNXXiTD0iEC&pg=PA130
  6. (en)https://www.diamm.ac.uk/sources/1297/#/
  7. (en)https://books.google.fr/books?id=reh7ZY-TXVwC&pg=RA1-PA79 note en bas
  8. a et b (en)https://books.google.fr/books?id=OSuXAAAAQBAJ&pg=PA49
  9. a et b http://bluemountain.princeton.edu/bluemtn/?a=d&d=bmtnabj190112-01.2.2& p. 430
  10. a et b https://books.google.fr/books?id=43W_cwcQJQIC&pg=PA58
  11. a et b (en)https://books.google.fr/books?id=la_H-7231NAC&pg=PA179
  12. https://books.google.fr/books?id=joxk5E9nGxUC&pg=PA242 (notation)
  13. https://data.bnf.fr/fr/14827129/bartholomaus_gesius/
  14. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1280009k/f50.item
  15. https://books.google.fr/books?id=soFLAAAAYAAJ&pg=PR16
  16. (de)http://www.musicanet.org/bdd/de/partitur/153650-puer-natus-in-bethlehem-melchior-vulpius
  17. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb148271265
  18. https://data.bnf.fr/13917167/michael_praetorius_puer_natus_in_bethlehem/
  19. https://data.bnf.fr/14002757/johann_stadlmayr_puer_natus/
  20. (de)https://www.lwl.org/westfaelische-geschichte/txt/wz-9541.pdf
  21. (de)https://www.stretta-music.com/michael-puer-natus-in-bethlehem-nr-413821.html
  22. https://data.bnf.fr/16253579/samuel_scheidt_surrexit_christus_hodie__sswv_18/
  23. https://data.bnf.fr/14016687/samuel_scheidt_puer_natus_in_bethlehem/
  24. https://data.bnf.fr/fr/14010213/pal_esterhazy_harmonia_caelestis/
  25. https://data.bnf.fr/fr/16725305/esaias_reusner/
  26. https://data.bnf.fr/13909340/dietrich_buxtehude_puer_natus_in_bethlehem__buxwv_217/
  27. https://data.bnf.fr/13909722/johann_sebastian_bach_puer_natus_in_bethlehem__bwv_603/
  28. Un choral de Jean-Sébastien Bach, en sol mineur, pour un clavier et pédalier. La pièce est issue de l'Orgelbüchlein (le « petit livre d'orgue »). Son motif principal est un tremblement décomposé en quatre croches, que l'on retrouve très fréquemment à l'alto et au ténor. Le choral se clôt par une tierce picarde. Discographie : Luc-André Marcel, Bach, éditions du Seuil, collection « Microcosme », 1979
    45 chorals de l'Orgelbüchlein par G.C.Baker
    45 chorals de l'Orgelbüchlein par Chapuis, Valois
    45 chorals de l'Orgelbüchlein par Litaize, Decca
  29. https://data.bnf.fr/15891536/michael_haydn_puer_natus_in_bethlehem/
  30. https://data.bnf.fr/14021353/joseph_rheinberger_puer_natus_in_bethlehem__op__118__no_6/
  31. https://data.bnf.fr/fr/17709852/marie-agnes_grall-menet_puer_natus_ion_bethlehem/
  32. http://www.tulliovisioli.it/materiali/partiture/puer.pdf (notation)