Provirus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Un provirus, ou encore prophage dans le cas des bactéries, est une séquence virale incorporée dans le génome de la cellule hôte après virolage de celle-ci.

Conditions[modifier | modifier le code]

Afin de réaliser ce virolage et plus particulièrement l'intégration au génome hôte, il faut que la cellule soit ) la fois :

  • vivante,
  • sensible (c'est-à-dire qu'à sa surface il y ait des protéines et en particulier des récepteurs membranaires),
  • permissive (que son métabolisme permette l'ensemble du cycle de reproduction virale à savoir : l'entrée, la réplication et la sortie des nouveaux virions).

Mécanismes[modifier | modifier le code]

Il faut que le génome viral soit sous forme d'ADN afin d'être incorporé dans le génome de la cellule hôte. Les virus à ADN peuvent ainsi être incorporés plus ou moins directement.

Au moment de l'entrée du génome dans le cytoplasme, une partie du génome est parfois immédiatement transcrite (ex : cas des bactériophages) afin de préparer la cellule aux autres étapes du virolage. La cellule va alors synthétiser des protéines virales qui permettront soit le début de la réplication virale, soit l'intégration au génome hôte grâce à une intégrase.

Pour les virus à ARN, leur génome doit d'abord être rétrotranscrit en ADN. Seuls les rétrovirus et les pararétrovirus peuvent rétrotranscrire leur génome grâce à une enzyme appelée la rétrotranscriptase (aussi appelée ADN polymérase ARN dépendante). L'ADN nouvellement retranscrit intègre ensuite le génome hôte (ex : VIH[1]).

Effets[modifier | modifier le code]

Le virus ayant intégré le génome hôte peut entrer en "phase dormante", entamer un cycle lysogénique, ou débuter le cycle lytique et détourner le métabolisme hôte pour produire activement de nouvelles particules virales.

Chez les eucaryotes supérieurs et en particulier dans les cellules ultradifférenciées devenues incapables de faire la mitose (ex : neurone), la phase dormante consiste simplement à intégrer le génome hôte avant qu'un stress ne déclenche la transcription du génome viral et le début du cyle lytique (ex : zona).

Dans les cellules eucaryotes effectuant des mitoses et chez les bactéries, c'est la lysogénie qui tient lieu de "phase dormante" -- on parle aussi de transmission virale verticale, à opposer à la transfection dite transmission virale horizontale.

Parmi les conséquences inhérentes à l'intégration des provirus, certains transmettent à l'hôte des facteurs de virulences ou (uniquement pour les eucaryotes supérieurs) des facteurs oncogènes (ex : HPV provoque beaucoup des cancers des parties génitales diagnostiqués, d'où la création d'un vaccin).

Réfrénces[modifier | modifier le code]

  1. (en) « provirus :: Molecules of HIV », sur www.mcld.co.uk (consulté le 28 juin 2016)