Possesse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Possesse
Possesse
La place de la Mairie, avec au centre le Monument aux morts.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Marne
Arrondissement Vitry-le-François
Intercommunalité Communauté de communes Côtes de Champagne et Val de Saulx
Maire
Mandat
Régine Labroche
2020-2026
Code postal 51330
Code commune 51442
Démographie
Gentilé Possessiens
Population
municipale
137 hab. (2019 en diminution de 22,16 % par rapport à 2013)
Densité 3,8 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 53′ 19″ nord, 4° 48′ 19″ est
Altitude Min. 127 m
Max. 193 m
Superficie 35,87 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Châlons-en-Champagne
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Sermaize-les-Bains
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Possesse
Géolocalisation sur la carte : Marne
Voir sur la carte topographique de la Marne
City locator 14.svg
Possesse
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Possesse
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Possesse

Possesse est une commune française située dans le département de la Marne et la région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Possesse est située sur la D 982 à 23,7 km de Vitry-le-François et 22,9 km de Sainte-Menehould. La commune est aussi desservie par la D 1 à 36 km de Châlons-en-Champagne et par l'ancienne voie romaine la D 994 à l'est.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la rivière la Vière qui est rejoint au milieu du village par le Pinsoie.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Possesse est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Châlons-en-Champagne dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 97 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (52,9 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (53,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (45,1 %), terres arables (39,8 %), prairies (10,9 %), zones agricoles hétérogènes (2,2 %), eaux continentales[Note 3] (1,1 %), zones urbanisées (0,9 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Blason de la famille de Garlande.

La commune est un site néolithique occupé par les Gaulois puis par les Romains.

L'histoire de l'origine de ce bourg n'est pas facile à élucider. Certains s'accordent, sans vraiment le prouver, à reconnaitre cette paroisse sous la désignation de Pistoe dans l'itinéraire d'Antonin. C'était sans doute, dès l'époque carolingienne, une localité assez importante pour qu'il s'y soit tenu un concile en 862. Mais elle doit surtout son développement à la proximité de l'abbaye de Monstiers, transféré vers 1150 sur son territoire et à l'influence de la famille de Garlande (Gallande), qui en posséda la seigneurie dès la fin du XIIe siècle. Elle relevait auparavant au Comte de Champagne.

Possesse sur la carte de Cassini.

En 1168, Adam de Possesse fit construire un hôpital, réuni à celui de Vitry en 1600.

En 1224, Anselme de Garlande augmenta la dot du prieuré de Saint-Crépin, fondé au début du XIIe siècle, sous la dépendance de l'abbaye de Saint-Pierre-aux-Monts.

Au Moyen Âge, le territoire de Possesse était couvert d'habitations et il était considérablement plus grand. En direction de Contault, s'étendait la paroisse de Maison-Vigny qui formait une cure au XIIIe siècle et avait des seigneurs particuliers. Ce site fut ruiné par des bandes allemandes sous Louis XIV, et ne constitua plus qu'un fief qui appartenait, avec un château moderne, à la famille Haudos au moment de la Révolution.

En 1806, la commune absorbe celle voisine de Moutiers[8] ; cette dernière porta provisoirement, au cours de la Révolution française, le nom de Yonval[9].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de la commune, est composé de onze élus.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune, antérieurement membre de la communauté de communes des Côtes de Champagne, est membre, depuis le , de la communauté de communes Côtes de Champagne et Saulx.

En effet, conformément aux prévisions du schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) de la Marne du [10], les quatre petites intercommunalités :
- communauté de communes de Saint-Amand-sur-Fion,
- communauté de communes des Côtes de Champagne,
- communauté de communes des Trois Rivières
- communauté de communes de Champagne et Saulx
ont fusionné le , en intégrant la commune isolée de Merlaut, pour former la nouvelle communauté de communes Côtes de Champagne et Saulx[11].

Dans le cadre des prévisions du nouveau schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) de la Marne du [12], celle-ci fusionne le avec cinq des sept communes de Saulx et Bruxenelle (Étrepy, Pargny-sur-Saulx, Blesme, Saint-Lumier-la-Populeuse, Sermaize-les-Bains) pour former la nouvelle communauté de communes Côtes de Champagne et Val de Saulx, dont Possesse est désormais membre.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[13]
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1791 M. Nicaise    
1791 1792 M. Rollet    
1792 An III M. Nicaise    
An III An VII Jean Etienne    
An VII 1805 M. Pélican    
1805 1825 Pierre Pélican   médecin
1825 1870 Jean Baptiste Théodore Delaunay    
1871 1876 Pierre Jules Pélican    
1876 1908 Pierre François Jules Guillemin    
1908 1925 Georges Maulvaux    
1925 1945 Pierre Maulvaux    
1945 1989 Jean Rémy    
1989 2008 Maud Lemal    
2008 2015[14] Pierre Palamaringue[15]   Mandat écourté par une motion de défiance du conseil municipal
2015 mai 2020[14] Laurent Gyurica[16]    
mai 2020[17] En cours
(au 15 juin 2020)
Régine Labroche    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[19].

En 2019, la commune comptait 137 habitants[Note 4], en diminution de 22,16 % par rapport à 2013 (Marne : −0,55 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
477553617577571634637640680
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
630634601550523484496464434
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
438435413334375359346313311
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
283247195162142145144158185
2014 2019 - - - - - - -
167137-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vestiges préhistoriques et antiques[modifier | modifier le code]

  • Vestiges de camp romain.
  • Station sur la voie romaine Reims-Bar-le-Duc Ariola, aujourd'hui La Vadivière (vadum veriœ, gué sur la Vière). Latitude : N 48° 54′ 16,27″ Longitude : E 4° 53′ 30,44″. Les spécialistes ne sont pas tous d'accord sur la localisation de la station romaine d'Ariola. Une partie d'entre eux la voient plutôt à « Maison du Val », commune de Noyers-Auzécourt.

Architecture civile[modifier | modifier le code]

  • Motte féodale.
  • Vestiges de fortifications.
  • Château du Bois des Bourgeois.

Architecture sacrée[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Symphorien XVIe siècle : chœur rectangulaire, clés de voûte, nef avec collatéraux.
  • Pierre tombale seigneuriale 1622.
  • Ruines de l'abbaye cistercienne de Monthiers-en-Argonne. Une abbaye de chanoines réguliers de l'ordre de saint Augustin fut fondée au Vieux-Montiers (entre Sommeilles et Laheycourt, commune de Noyers-Auzécourt) par l'abbé Eustache vers 1135. Elle devint cistercienne en 1147 sous l'influence de l'abbaye de Trois-Fontaines. Le site fût jugé trop exposé dans sa large plaine alluviale de la Chée et l'abbaye fut transférée à son emplacement actuel vers 1168, dans la vallée de la Vière en pleine forêt de Tremblay. Le site primitif fut transformé en grange (ferme) et pris le nom significatif de Vieux-Monthier. La construction de l’abbaye définitive et de l’église fut dès lors engagée, favorisée par l’accroissement des revenus provenant de nombreux dons. L'église abbatiale ne fût terminée qu'en 1215 ainsi que le cloître, une aile des convers, un colombier et des grands aménagements hydrauliques (aqueduc, latrines, évacuations). A la Révolution, en 1791 et 1792, les biens de Montiers furent vendus, les bâtiments comme carrière de pierre pour 90 000 Frs[21].
  • Croix, dite Croix de Dom Georges ou Croix-Saint-Georges, construite sous Louis XII, près de Saint-Mard-sur-le-Mont. Ce calvaire est situé sur la commune de Possesse, au bord de la RD 994 (ancienne voie romaine Reims-Metz), offrant une vue panoramique sur le village de Saint-Mard-sur-le-Mont. Latitude : N 48° 54' 25.39" ; longitude : E 4° 51' 52.60".

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Moutiers », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le ).
  10. « Schéma départemental de coopération intercommunale de la marne » [PDF], Tout savoir sur votre SDCI, Association nationale des Pôles d'équilibre territoriaux et ruraux et des Pays (ANPP), (consulté le ), p. 2.
  11. « Arrêté préfectoral du 29 mai 2013 portant création du nouvel Établissement public de coopération Intercommunale issu de la fusion de la Communauté de communes Champagne et Saulx, de la Communauté de communes des Côtes de Champagne, de la Communauté de communes de Saint-Amand-sur-Fion et de la Communauté de communes des Trois Rivières en y incluant la commune isolée de Merlaut », Bulletin d'information et recueil des actes administratifs de la préfecture de la Marne, no 5 ter,‎ , p. 8-14 (lire en ligne).
  12. « Schéma départemental de coopération intercommunale de la marne » [PDF], (consulté en ).
  13. « Les maires de Possesse », sur http://www.francegenweb.org (consulté le ).
  14. a et b Antoine Déchoz, « Maire de Possesse, Laurent Gyurica souhaite passer la main en 2020 : Suite à une motion de défiance, l’élu a été propulsé maire en 2015. Après plusieurs années passées à s’investir, il encourage ses équipes à prendre le relais dans sa commune, située à 25 km au nord-est de Vitry-le-François. », L'Union,‎ 23/10/2019" (lire en ligne, consulté le ).
  15. Réélu pour le mandat 2014-2020 : « Liste des maires du département de la Marne » [PDF], Renouvellement des exécutifs locaux, Préfecture de la Marne, (consulté le ).
  16. Laurent Gyurica sur le site LesBiographies.com
  17. « Régine Labroche avait posé une condition avant de devenir maire de Possesse : La maire du village aborde son mandat sans stress. Son équipe mélange expérience et jeunesse. », L'Union,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  21. Christophe Wissemberg, « Ancienne abbaye de Montiers-en-Argonne », sur http://inventaire-patrimoine.cr-champagne-ardenne.fr (consulté le ).