Abbaye de Monthiers-en-Argonne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Monthiers et Argonne.

Abbaye de
Monthiers-en-Argonne
image de l'abbaye
Article à illustrer

Diocèse Diocèse de Châlons-en-Champagne
Patronage Saint Nicolas
Notre-Dame
Numéro d'ordre (selon Janauschek) CXCIV (194)[1]
Fondation 1134
Cistercien depuis 30 mai 1144
Dissolution 1791
Abbaye-mère Abbaye de Trois-Fontaines
Lignée de Abbaye de Clairvaux
Abbayes-filles Aucune
Congrégation Augustins (1134-1144)
Cisterciens (1144-1791)
Période ou style

Coordonnées 48° 53′ 55″ nord, 4° 52′ 40″ est[2]
Pays Drapeau de la France France
Province Comté de Champagne
Région Champagne-Ardenne
Département Marne
Commune Possesse

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye de Monthiers-en-Argonne

Géolocalisation sur la carte : Champagne-Ardenne

(Voir situation sur carte : Champagne-Ardenne)
Abbaye de Monthiers-en-Argonne

Géolocalisation sur la carte : Marne

(Voir situation sur carte : Marne)
Abbaye de Monthiers-en-Argonne

L'abbaye de Monthiers-en-Argonne est une ancienne abbaye cistercienne située à Possesse (Marne) en France, dans le diocèse de Châlons-sur-Marne.

Historique[modifier | modifier le code]

en haut à droite sur la carte.

Une abbaye de chanoines augustins fut fondée au Vieux Montiers, c'est à mi-chemin entre Noyers-Auzécourt et Sommeilles, par l'abbé Eustache vers 1135. Elle devint cistercienne en 1147 et fut transférée à son emplacement actuel vers 1155. Elle eut à sa tête deux abbés, Eustaches et Gervais, qui accrurent considérablement le temporel de la communauté. Elle connut aussi des moments difficiles avec la déposition d'Amédée qui correspondait avec des affrontements aux seigneurs de Possesse et Dampierre. Elle est sous la protection de l'évêque de Châlons.

Les bâtiments conventuels ne sont finis qu'au cours du XIIIe siècle. Actuellement, il ne reste que des bâtiments modernes, fermes, sur les lieux des bâtiments de l'abbaye.

Description[modifier | modifier le code]

Dom Guyon[3] :

  • L'église n'a point de clocher. On dit qu'elle n'en a jamais eu. Elle est bien bastie, sans être finie, mal saine, verte et mal propre, élevée, large ; chœur ancien, bonne boisure et sculture ; douze staulx de chaque côté, non compris les trois dossiers. Entre les places de l'abbé et du prieur à vespres, sont deux grands paillassons qui en ferment l'entrée. On y voit des ouvrages de saint Bernard, dans lesquels on fait letures avant complies.
  • Il y a au premier feuillet un portrait de saint Bernard, qui est assez revenant, mais je n'avois pas encore vu nulle part.
  • Les chaises des célébrant et ministres dans le sanctuaire sont au nombre de quatre comme à Clairvaux. Un long tabernacle revètu d'argent en feuilles ouvragées, six gros chandeliers et une moindre croix d'argent ; belle croix à deux croisans, qui renferme un morceau considérable de la vraye croix, couvert d'une lame de vermeil à charnière, ornée d'un beau filigrane, devant et derrière ; on ne l'expose qu'aux grandes fêtes. De chaque côté du grand autel, un grand cartouche, au pilier portant armoiries, inscriptes au bas : Armandus Gasto cardinalis de Rohan 1729.Près du dit grand autel, est une grande et belle piscine ; sacristie en son lieu ordinaire, de plain-pied à l'église, ayant jour à l'orient et au midy, belle, voutée, propre ; bel ornement blanc complet ; trois calices d'argent dont l'un fort bien cizelé et sculté ; autre belle argenterie, trois cloches.
Blason de l'Abbaye de Monthiers-en-Argonne (Marne).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Les armes de l'abbaye se blasonnent ainsi :

De gueules au chêne chargé d'une couronne d'épines au naturel accompagné de deux fleurs de lys d'or.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (la) Leopold Janauschek, Originum Cisterciensium : in quo, praemissis congregationum domiciliis adjectisque tabulis chronologico-genealogicis, veterum abbatiarum a monachis habitatarum fundationes ad fidem antiquissimorum fontium primus descripsit, t. I, Vienne, , 491 p. (lire en ligne), p. 172.
  2. « Monthiers-en-Argonne », sur http://www.cistercensi.info, Ordre cistercien (consulté le 19 novembre 2013).
  3. Voyage littéraire de don Guyon en Champagne (1744-1749), Paris, 1889

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Édouard de Barthélemy, Diocèse ancien de Châlons-sur-Marne (2 volumes), 1861.
  • Charles Rémy, L'Abbaye de Notre-Dame de Montiers en Argonne ; analyse du cartulaire dans Congrès archéologique de France, 42e session, Châlons-sur-Marne, 1875, p. 267-351.
  • Charles Rémy, Notes historiques sur Possesse suivies d'un résumé sur les communes du Canton de Heiltz-le-Maurupt, 1883.
  • Anne-Marie Turcan-Verkerk, Les manuscrits de la Charité, Cheminon et Montier-en-Argonne : collections cisterciennes et voies de transmission des textes (IXe-XIXe siècles), Paris, CNRS , 2000.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Voir l'article détaillé : Liste d'abbayes cisterciennes de France.

Liens externes[modifier | modifier le code]