Canton d'Heiltz-le-Maurupt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Canton de Heiltz-le-Maurupt)
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un canton français
Cet article est une ébauche concernant un canton français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Canton de Heiltz-le-Maurupt
Situation du canton de Heiltz-le-Maurupt dans le département Marne
Situation du canton de Heiltz-le-Maurupt dans le département Marne
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Marne
Arrondissement(s) Arrondissement de Vitry-le-François
Chef-lieu Heiltz-le-Maurupt
Conseiller général Charles de Courson
2008-2014
Code canton 51 15
Démographie
Population 3 517 hab. (1999)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Superficie 281,13 km2
Subdivisions
Communes 22

Le canton de Heiltz-le-Maurupt est un ancien canton français situé dans le département de la Marne et la région Champagne-Ardenne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ce canton était organisé autour de Heiltz-le-Maurupt dans l'arrondissement de Vitry-le-François.

Histoire[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des conseillers généraux successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1848 1861 M. Gillet   Président du Tribunal civil de Vitry-le-Français
1861 1871 Louis Victor Périnet[1]   Propriétaire, ancien avoué, juge honoraire
Conseiller municipal de Vitry-le-François
1871 1877 Nicolas François Frappart[2] Droite Ancien juge de paix
Maire de Vernancourt et d'Alliancelles
1877 1907 Marcel Périn Républicain Banquier à Vitry-le-François
Maire de Blacy puis de Loisy-sur-Marne
1907 1934 Ernest Haudos[3] Rad. Avocat, juge de paix
Député (1910-1925)
Sénateur de la Marne (1925-1933)
1934 1940 Eugène Bichat Rad. Vétérinaire
Maire de Heiltz-le-Maurupt[4]
1945 1958 Eugène Bichat Rad. Maire de Heiltz-le-Maurupt
1958 1985
(décès)
Comte
Aymard de Courson
MRP puis
CD puis UDF-CDS
Maire de Vanault-les-Dames
1986 2015 Charles de Courson
(fils du précédent)
UDF puis NC
puis UDI
Député depuis 1993
Maire de Vanault-les-Dames depuis 1986
Vice-Président du Conseil Général

Composition[modifier | modifier le code]

Le canton de Heiltz-le-Maurupt regroupait 22 communes et comptait 3 517 habitants (recensement de 1999 sans doubles comptes).

Communes Population
(2012)
Code
postal
Code
Insee
Alliancelles 132 51250 51006
Bassu 129 51300 51039
Bassuet 347 51300 51040
Bettancourt-la-Longue 72 51330 51057
Bussy-le-Repos 106 51330 51098
Changy 144 51300 51122
Charmont 231 51330 51130
Val-de-Vière 129 51340 51218
Heiltz-le-Maurupt 383 51340 51289
Heiltz-l'Évêque 285 51340 51290
Jussecourt-Minecourt 194 51340 51311
Outrepont 84 51300 51420
Possesse 145 51330 51442
Saint-Jean-devant-Possesse 37 51330 51489
Sogny-en-l'Angle 57 51340 51539
Vanault-le-Châtel 155 51330 51589
Vanault-les-Dames 331 51340 51590
Vavray-le-Grand 194 51300 51601
Vavray-le-Petit 58 51300 51602
Vernancourt 78 51330 51608
Villers-le-Sec 97 51250 51635
Vroil 129 51330 51658

Démographie[modifier | modifier le code]

1962 1968 1975 1982 1990 1999 2009
3 811 4 286 3 879 3 793 3 641 3 517 -
Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes.
Population municipale à partir de 2006
(Sources : INSEE et cassini)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. PÉRINET (Louis Victor). Chevalier de la Légion d’honneur, ancien avoué, juge honoraire à Vitry-le-François, est né en cette ville en 1802 ; il y est décédé en novembre 1876, après avoir rempli dans sa ville natale une carrière longue et toujours utile à ses concitoyens, ce qui a fait dire à M. le président Philippe, en terminant le discours qu’il a prononcé sur sa tombe : « Il a passé en faisant le bien. » Après avoir fait de brillantes études au collège de Vitry, le jeune Périnet alla à Paris faire son droit et son stage, puis revint au foyer paternel. Nommé avoué dans la même ville, il fut pendant de longues années une autorité dans les questions judiciaires. Nommé en 1842 juge suppléant près le tribunal de Vitry, il céda son étude d’avoué, l’année suivante, pour exercer les fonctions de juge de paix du canton jusqu’en 1848. En 1859, il était nommé juge titulaire de ce même tribu¬nal. Enfin, en 1872, la limite d’âge l’ayant condamné au repos, il fut nommé juge honoraire. Non content de rem¬plir ses devoirs professionnels, il s’occupa des intérêts de la ville de Vitry en acceptant de ses concitoyens le mandat de conseiller municipal et de membre du bureau de bienfaisance. Allié à une des familles les plus honorables du canton de Heiltz-le-Maurupt, il fut élu pendant plus de 20 ans membre du Conseil d’arrondissement, puis du Conseil géné¬ral, par les électeurs de ce canton, dont les intérêts lui furent toujours chers. En un mot, comme officier ministériel, comme juge et comme administrateur, il avait acquis une grande notoriété, et aussi l’on a pu dire après sa mort qu’il avait bien mérité de son pays natal. C. R. Source : AMB 1878.(source : https://sites.google.com/site/lavieremoise/notices-necrologiques/notices-par-ordre-alphabetique/notices-necrologiques---p)
  2. FRAPPART (Nicolas François). Ancien maire de Vernancourt et d’Alliancelles, ancien juge de paix du canton d’Heiltz-le-Maurupt et de celui de Vitry-le-François, ancien membre du Conseil général de la Marne, né à Vernancourt en 1802, décédé à Vitry-le-François, le 2 septembre 1893. Son père était notaire et pendant de longues années le fils dirigea l’étude, sans jamais vouloir en prendre la charge. Son influence fut dès cette époque très grande dans son pays natal dont il fut longtemps maire et dans le canton d’Heiltz-le-Maurupt où il exerça les fonctions de juge de paix pendant dix ans. En 1848, il fut nommé juge de paix à Vitry-le-François, et après quelques années il donna sa démission pour revenir habiter Alliancelles dont il fut bientôt nommé maire. Il avait acquis comme maire la réputation d’un bon administrateur, et les intérêts des deux communes qu’il dirigea prospérèrent à souhait. Comme juge de paix, il était pour la conciliation et excellait dans cette tâche, aussi toutes ces qualités firent que dans son canton l’on ne jurait plus que par lui. Il fut élu et réélu membre du Conseil général, jusqu’à ce que la vieillesse arrivant, i1 jugea à propos de se livrer au repos qu’il employait encore jusqu’à ses dernières années, à obliger ses compatriotes par de bons conseils. Retiré à Vitry depuis une vingtaine d’années, il y mourut le 2 septembre 1893, dans sa 91e année, et dans la plénitude de ses facultés. Charles Remy. AMB 1894. (source : https://sites.google.com/site/lavieremoise/notices-necrologiques/notices-par-ordre-alphabetique/notices-necrologiques---f)
  3. Rapports et délibérations du Conseil général de la Marne, Châlons-sur-Marne, Conseil général de la Marne,‎ (ISSN 1262-490X, notice BnF no FRBNF34438116, lire en ligne)
  4. Rapports et délibérations du Conseil général de la Marne, Châlons-sur-Marne, Conseil général de la Marne,‎ (ISSN 1262-490X, notice BnF no FRBNF34438116, lire en ligne), p. 4