Pompier en Suisse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les sapeurs-pompiers sont chargés des missions de secours à victimes et de lutte contre l'incendie en Suisse. Ils sont plus de 90 000 volontaires et professionnels.

Le numéro d'appel des services du feu en Suisse est le 118. Le 117 et le 112, quant à eux sont gérés par les services de police. Le numéro d'appel pour les services sanitaires (ambulances, médecins) est le 144, la REGA le 1414, et Air Glaciers le 1415. Le service de toxicologie (TOX), le 145.

La devise des sapeurs-pompiers suisses est « Sécuriser, sauver, tenir, protéger, maîtriser »[1].

Missions[modifier | modifier le code]

En Suisse, les sapeurs-pompiers font partie du service coordonné de protection de la population. Ils ont de nombreuses missions :

Organisation[modifier | modifier le code]

L'organisation des pompiers en Suisse, bien qu'elle relève de la compétence cantonale, est chapeautée par la Coordination suisse des sapeurs-pompiers (CSSP) qui représente les intérêts des cantons, et par la Fédération suisse des sapeurs-pompiers (FSSP) qui représente les intérêts des sapeurs-pompiers.

L'effectif se montait, en 2013, à 93 867 sapeurs-pompiers dont 1 297 professionnels, incorporés dans 1 468 organisations dont 14 corps professionnels et 218 corps d'entreprise[2].

À l'exception des cantons de Zurich, Genève, Vaud et du Tessin, il existe une obligation pour les citoyens de servir dans un corps de sapeurs-pompiers. On s'acquitte de cette obligation, soit en faisant partie activement du corps local, soit en payant une taxe annuelle[1].

Formation[modifier | modifier le code]

Depuis février 2008, la profession de sapeur-pompier professionnel est officiellement reconnue en Suisse. Le titre de sapeur-pompier professionnel est donc protégé par la loi[3].

Au niveau volontaire, la FSSP chapeaute les différentes formations cantonales.

Genève[modifier | modifier le code]

Genève dispose de deux corps de sapeurs-pompiers professionnels :

La ville de Genève dispose également de 2 compagnies de sapeurs-pompiers volontaires (une sur chaque rive du Rhône).

Le reste du canton compte 43 compagnies communales divisées en arrondissements.

Il existe également 5 corps de sapeurs-pompiers d'entreprise : Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), Services industriels de Genève (SIG), Palexpo, Givaudan et le Train d'extinction et de sauvetage (TES) des Chemins de fer fédéraux (CFF).

Fribourg[modifier | modifier le code]

Le canton de Fribourg compte 85 corps de sapeurs pompiers communaux ou intercommunaux et une dizaine de corps d'entreprises.

Au total environ 4 800 sapeurs-pompiers et sapeuses-pompières volontaires sont en activité sur le canton.

Centres de renfort[modifier | modifier le code]

Les pompiers fribourgeois sont organisés autour de 7 centres de renfort (CR) équipés de moyens lourds et d'une formation plus poussée et couvrant chacun un district.

Les missions supplémentaires des centres de renfort sont, en plus de l'appui aux corps locaux, le secours routier avec désincarcération et la défense contre la pollution par hydrocarbures.

3 CR sont également désignés comme centres d'interventions chimiques et le CR de Fribourg assure la radioprotection pour tout le canton.

Répartition des secours[modifier | modifier le code]

Les appels au 118 et les alarmes automatiques sont réceptionnées par le centre d'engagement et d'alarme (CEA) de la police cantonale qui mobilise le corps de sapeurs-pompiers approprié.

Les interventions sanitaires ne sont pas effectuées par les sapeurs-pompiers mais sont gérées par le service sanitaire du 144.

Financement[modifier | modifier le code]

La gestion et le financement des corps de sapeurs pompiers est de la compétence des communes. Parallèlement l'établissement cantonal d'assurance des bâtiments (ECAB) subventionne la formation et l'achat et le renouvellement du matériel et en particulier de celui des centres de renfort.

Valais[modifier | modifier le code]

Organisation[modifier | modifier le code]

En Valais, les compagnies de sapeurs pompiers sont regroupées en différentes catégories :

  • Les CSI-A sont les 6 principaux centres qui viendront en renfort des autres en cas de besoin.
  • 16 CSI-B sont situés dans des zones clefs, pour intervenir avec de gros moyens plus rapidement que les CSI-A
  • CSI-C
  • CSP

Pour qu'un CSP existe encore et ne fusionne pas avec un autre corps, il doit posséder assez de points de charge. Cela est défini selon le nombre d'habitants et d'interventions de la dite commune

Alarmes[modifier | modifier le code]

Les alarmes sont regroupés en 3 couleurs:

  • Rouge : Feux de bâtiments, accidents chimiques, pollutions de cours d'eau
  • Jaune : Désincarcérations, feux de cheminée, feux de véhicules, inondations
  • Bleu : Petites alarmes diverses, nids de guêpes, alarmes automatiques

Vaud[modifier | modifier le code]

Organisation[modifier | modifier le code]

Les pompiers vaudois sont organisés en détachements de premier secours (DPS) et détachements d'appui (DAP). Les différents DPS sont de plus catégorisés de A à H, en fonction de leurs attributions en termes de missions (et donc de matériel). Les DPS A à G sont des corps de volontaires et le seul DPS H du canton est le corps professionnel de Lausanne. Les DPS sont l'épine dorsale de la défense incendie vaudoise, renforcés par les DAP, qui sont les corps villageois ou les unités de renfort des grands centres.

Cette répartition vient en plus du regroupement en services de défense incendie et secours (SDIS). Un SDIS regroupe souvent plusieurs DPS et DAP de différentes communes, pour des questions de rationalisation de l'instruction, du matériel et de l'administration (ex. : le SDIS du Nord-Vaudois regroupe les DPS d'Yverdon-les-Bains, Grandson, Yvonand et Concise)

Si chaque commune garde une certaine marge de manœuvre pour la gestion de son corps de pompier, tous les SDIS dépendent de l'Établissement d'assurance contre l'incendie et les éléments naturels du canton de Vaud (ECA) pour la majeure partie de leur équipement, pour l'instruction, l'organisation et le système d'alarme.

Alarmes[modifier | modifier le code]

L'ECA gère un centre de traitement des alarmes (CTA) à Pully. Ce centre reçoit tous les appels 118 du canton de Vaud et s'occupe d'alarmer les moyens nécessaires pour répondre aux différents évènements.

Pour assurer une réponse adaptée, les différents évènements ont été catégorisés en fonction de l'objet touchés (immeuble, villa, industrie, etc) et de la gravité. À chaque catégorie correspond ensuite un train de feu standard, indiquant les moyens en homme et en matériel à alarmer. Un système informatique sélectionne ensuite le ou les DPS les plus proches pouvant amener les moyens adaptés.

L'exemple typique est un feu de villa sur le territoire d'un DPS dépourvu d'échelle automobile (EA). Le train de feu standard étant une tonne-pompe, un véhicule d'accompagnement et une EA. Le système alarmera la tonne-pompe et le véhicule d'accompagnement locaux et l'EA la plus proche, donc un second DPS.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Faits sur les sapeurs-pompiers », sur www.swissfire.ch (consulté en décembre 2014)
  2. « Statistiques des sapeurs-pompiers », sur www.feukos.ch (consulté en décembre 2014)
  3. « Examen professionnel », sur www.swissfire.ch (consulté en décembre 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :