Rakaposhi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Rakaposhi
image illustrative de l’article Rakaposhi
Géographie
Altitude 7 788 m
Massif Monts Rakaposhi-Haramosh (Karakoram)
Coordonnées 36° 08′ 32″ nord, 74° 29′ 25″ est
Administration
Pays Drapeau du Pakistan Pakistan
Zone Gilgit-Baltistan
Districts Hunza-Nagar, District de Gilgit
Ascension
Première 1958 par Mike Banks et Tom Patey

Géolocalisation sur la carte : Pakistan

(Voir situation sur carte : Pakistan)
Rakaposhi

Le Rakaposhi (littéralement « Mur brillant »), également connu sous le nom de Dumani (« La mère des brouillards ») est le 27e plus haut sommet du monde (12e du Pakistan). Il se trouve dans la vallée de Nagar, à environ 100 km au nord de Gilgit, dans le Karakoram. Il doit sa réputation à sa beauté et ce malgré son rang modeste.

La première ascension eut lieu en 1958 par Mike Banks et Tom Patey, membres d'une expédition britanno-pakistanaise, par l'arête sud-ouest. Ils souffrirent tous les deux de gelures ; un autre grimpeur fit une chute et mourut durant la nuit.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le Rakaposhi présente la plus haute face du monde[réf. nécessaire] dont l'inclinaison moyenne dépasse 50 % ou 28 degrés. Il s'élève directement de presque 5 900 m pour à peine plus de 11 km de distance depuis une moraine de la vallée de la Hunza. Par comparaison, l'Everest s'élève à moins de 4 000 mètres au-dessus de sa base, et le Nanga Parbat présente un dénivelé de 7 000 mètres sur une distance de 25 kilomètres. Le Rakaposhi est bien visible de la route du Karakorum. Un belvédère de la ville de Ghulmat, appelé Zero Point of Rakaposhi (« point zéro du Rakaposhi ») est le point de vue le plus proche de la montagne.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • 1892 : William Martin Conway explore la face sud du Rakaposhi.
  • 1938 : M. Vyvyan et R. Campbell Secord font la première reconnaissance et grimpent sur le sommet nord-est à 6 858 m par l'arête nord.
  • 1947 : Secord revient avec Bill Tilman et deux grimpeurs suisses ; ils montent par le glacier Gunti jusqu'à 5 800 m sur l'arête sud-ouest.
  • 1954 : une équipe de l'université de Cambridge, menée par Alfred Tissières, tente l'ascension via l'arête sud-ouest, mais atteint seulement 6 340 m. Une expédition austro-allemande, menée par Mathias Rebitsch, tente la même voie.
  • 1956 : une expédition américano-anglaise atteint l'altitude de 7 163 m au-dessus du glacier Kunti.
  • 1958 : Mike Banks (en) et Tom Patey réussissent la première ascension lors d'une expédition britannique. Elle fut considérée comme l'une des voies les plus dures de l'époque.
  • 1964 : une expédition irlandaise tente l'arête nord-ouest, longue et difficile.
  • 1971 : Karl Herrligkoffer mène une tentative sur l'éperon nord, élégant mais difficile.
  • 1973 : Herrligkoffer revient sur l'arête nord, mais échoue à cause des délais et de la météo.
  • 1979 : une expédition polono-pakistanaise réalise l'ascension de l'arête nord-ouest.
  • 1979 : première ascension de l'éperon nord par une expédition japonaise de l'université Waseda. Parviennent au sommet Ohtani et Matsushi Yamashita. Cette ascension a été effectuée avec 5 000 m de cordes fixes.
  • 1983 : ascension par l'arête Sud-Ouest d'une équipe du Club Alpin Belge. Jacques Collaer était chef de l'expédition.
  • 1984 : une équipe canadienne réussit une ascension de l'éperon nord en style semi-alpin, en utilisant beaucoup moins de cordes fixes que les Japonais. L'équipe était composée de Barry Blanchard, David Cheesmond, Kevin Doyle.
  • 1985-1987 : diverses tentatives infructueuses sur la longue arête est.
  • 1986 : une équipe néerlandaise réalise une variation de l'arête nord-ouest.
  • 1995 : une ascension par l'arête nord-ouest.
  • 1997 : une ascension par l'arête sud-ouest (peut-être la voie originale).
  • 2000 : tentative via la face est (glacier Bagrot).

Voies d'ascension[modifier | modifier le code]

Rakaposhi depuis le camp de base.

Les itinéraires parcourus jusqu'à présent avec succès sont :

  • l'arête sud-ouest (voie de la première ascension), qui a été répétée ;
  • l'arête nord-ouest, longue et plus difficile que l'arête sud-ouest, répétée ;
  • l'éperon nord, plus court mais plus beaucoup plus difficile techniquement. L'itinéraire a été répété, partiellement en style alpin.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jill Neate, High Asia: An Illustrated History of the 7000 Metre Peaks, (ISBN 0-89886-238-8)
  • Andy Fanshawe and Stephen Venables, Himalaya Alpine-Style, Hodder and Stoughton, 1995 (ISBN 0-89886-456-9)
  • Jean-Claude Legros, Flap - Flap, Éditions Labor - Biblio, Liège, 1983. (Jacques Collaer chef d'expédition) (ISBN 2-8259-0290-X)

Liens externes[modifier | modifier le code]