Denis Urubko

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Denis Urubko
Description de l'image Denis Urubko.jpg.
Biographie
Nationalité

Drapeau de la Russie Russie,

Drapeau de la Pologne Pologne
Naissance (48 ans),
Nevinnomyssk (Russie)
Carrière
Disciplines Himalayisme
Ascensions notables voies nouvelles au Cho Oyu, au Manaslu et au Broad Peak ; Makalu et Gasherbrum II en hiver

14 sommets de plus de 8 000 mètres

Denis Urubko (Денис Викторович Урубко en russe), né le à Nevinnomyssk (Russie), est un alpiniste russe et polonais. Il avait auparavant la nationalité kazakhe de 1991 à 2012. En 2009, il devient la quinzième personne à avoir escaladé les 14 sommets de plus de 8 000 m d'altitude.

En 2006, il gagne la compétition de speed climbing sur l'Elbrouz en h 55 min 58 s pour une ascension de la station Azau au sommet, soit 3 250 mètres. Il arriva presque 40 minutes en avance sur le second[1]. Il a aussi gagné le Mountain Festival de Khan Tengri où il a fait un aller-retour du camp de base à 4 200 mètres au sommet à 7 010 mètres en 12 heures et 21 minutes, gagnant avec 3 heures d'avance[2].

Il a gravi 2 sommets de 8 000 mètres en hivernal : le Makalu en 2009 avec Simone Moro et le Gasherbrum II en 2011 avec Cory Richards et Simone Moro. Il a aussi ouvert de nouvelles voies sur le Cho Oyu, le Manaslu et le Broad Peak[3]. Il a réussi 22 ascensions sur des sommets de plus de 8 000 mètres[4]. Il est le récipiendaire du prix Léopard des Neiges et a le record de l'épreuve pour avoir fait les 5 sommets de 7 000 m de l'ancienne URSS en 42 jours en 1999.

Avec Adam Bielecki, il a mené l'opération de sauvetage d'Élisabeth Revol et de Tomasz Mackiewicz, le , sur le Nanga Parbat, au Pakistan. Gravissant environ 1 200 mètres de dénivelé, de nuit et dans des conditions difficiles en seulement huit heures, l'expédition parvient à secourir l'alpiniste française mais doit renoncer au sauvetage de Mackiewicz, resté à environ 7 200 mètres d'altitude, dans la tempête[5].

Il escalade sans apport artificiel d'oxygène, inspiré par Messner[6].

Il décide de mettre fin à sa carrière et l'himalayisme extrême en , suscitant quelques commentaires polémiques au passage[7].

Publications[modifier | modifier le code]

  • SOS Himalaya, Paris, Éditions Paulsen, coll. « Guérin », , 224 p. (ISBN 978235221-3123).

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Urubko Crushes Mt. Elbrus Course, climbing.com
  2. (en) King of the hill in Kazakhstan, 2camels.com
  3. (en) Climbers who have reached the summit of all 14 eight-thousanders, 8000ers.com
  4. Montagnes, « Himalayisme extrême : clap de fin pour Urubko ? », sur Montagnes Magazine : actu montagne, Himalaya et test de matériel d’alpinisme, ski rando et de randonnée (consulté le )
  5. Marie-Violette Bernard, « Le sauvetage hors norme de l'alpiniste française Elisabeth Revol sur la "montagne tueuse" », sur francetv.info, (consulté le )
  6. Montagnes, « Denis Urubko, à 8000 à l'heure », sur Montagnes Magazine : actu montagne, Himalaya et test de matériel d’alpinisme, ski rando et de randonnée (consulté le )
  7. Expéditions Live, « La polémique Denis Urubko - Simone Moro continue ! », sur Altitude News, (consulté le )