Pigeons voyageurs de l'armée française pendant la Première Guerre mondiale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (février 2012).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Pigeon équipé en 1914 par l'armée allemande d'un appareil photo à obturateur programmé.

Durant la Première Guerre mondiale, des pigeons voyageurs ont été utilisés par l'armée française pour communiquer sur le front.

Contexte[modifier | modifier le code]

Avant la Première Guerre mondiale, lors du siège de Paris par les Prussiens en 1870, des pigeons ont permis au nouveau gouvernement évacué de continuer à communiquer efficacement avec la capitale. À la suite de cette expérience, l'armée française, à Coëtquidan et Montoire a créé de nouveaux centres d'instruction colombophile militaire. Ceux-ci seront utiles et utilisés de 1914 à 1919.

En 1903, Dix ans avant leur utilisation sur le champ de bataille, l'hebdomadaire Les Nouvelles illustrées consacrait ainsi un article aux pigeons de guerre dans l'armée allemande, illustré de deux photographies[1].

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

La Première Guerre mondiale a d'abord été caractérisée par la mobilité des troupes, qui se sont enlisées dès 1915 et pour trois ans dans une guerre de position et de tranchées. L'information et la désinformation sont alors devenues vitales et stratégiques, ainsi donc que les moyens de communication.

Bien que ce soit l'époque du développement de la téléphonie, il était fréquent que des unités soient isolées ou que des messages doivent être envoyés rapidement sur de grandes distances. Pour cela, les deux camps utilisèrent largement les pigeons voyageurs qu'ils élevèrent et transportèrent dans des unités mobiles de campagne, camions spéciaux se déplaçant au gré des besoins sur différents fronts.

Un bus à impériale de Berliet (dit Araba) fut transformé en pigeonnier roulant. Le bas de caisse contenait une réserve de grain et d'eau, ainsi qu'un logement pour le soigneur, et le haut du véhicule constituait le pigeonnier. En 1916, les Alliés fabriquent aussi en France seize pigeonniers sur remorque.

Les pigeons ont principalement été utilisés par les unités au sol, mais parfois aussi lancés à partir d'avions ou de navires.

Reconnaissance[modifier | modifier le code]

Monument « Au pigeon soldat », situé dans le parc Astrid à Charleroi en Belgique.

Ces pigeons-soldats faisaient l'objet d'une attention toute particulière. Ainsi, ces pigeons-héros ont aussi leur monument, érigé près de l’entrée de la citadelle fortifiée de Lille, dans une région éminemment colombophile, à l’entrée du Champ de Mars. Certains monuments aux morts évoquent aussi le pigeon messager.

Exposés aux mêmes dangers et risques que les hommes, certains ont été décorés comme des soldats. Ce fut le cas du célèbre Vaillant (matricule 787.15)[2], dernier pigeon du fort de Vaux, lâché le 4 juin 1916 à 11 h 30 pour apporter à Verdun un ultime message du commandant Raynal. Il eut le privilège d'être cité à l'ordre de la Nation — un fac-similé de cette distinction est conservé au colombier militaire du Mont-Valérien — pour avoir transporté au travers des fumées toxiques et des tirs ennemis le message suivant :

« Nous tenons toujours, mais nous subissons une attaque par les gaz et les fumées très dangereuses. Il y a urgence à nous dégager. Faites-nous donner de suite toute communication optique par Souville, qui ne répond pas à nos appels. C'est mon dernier pigeon. Signé : Raynal. »

Gravement intoxiqué par les gaz de combat, le pigeon arriva mourant au colombier mais vécut encore quelques années.

Dans son livre Lorette, une bataille de 12 mois, octobre 1914 - septembre 1915, le capitaine René écrit :

« Une unité de chasseurs à pied, engagée à fond, s'est trouvée en pointe et coupée des autres unités. Tous les moyens pour aviser le commandement de cette situation étaient fauchés par les bombardements ou le tir des mitrailleuses. Le téléphone était coupé et la liaison optique impossible en raison de la fumée des éclatements. C'est alors que les chasseurs qui avaient emportés quelques pigeons voyageurs obtinrent de les lâcher avec le message suivant : “Sommes sous le Souchez. Subissons lourdes pertes, mais le moral est très élevé. Vive la France !” Du colombier, le message fut transmis à l'artillerie qui allongea le tir, protégeant ainsi nos chasseurs d'une contre-attaque allemande. Ainsi Souchez fut libéré. »

Réaction des Allemands[modifier | modifier le code]

Dans les zones occupées, les Allemands veillent à interdire aux civils le lâcher de pigeons. Ainsi, dès décembre 1915, dans le nord de la France, pays des coulonneux, le Bulletin de Lille de la semaine suivante rappelle aux Lillois qu'il est interdit, sous peine de mort, de lâcher des pigeons voyageurs, et précise que les personnes « qui trouveraient des pigeons voyageurs [...] sont tenues de les remettre à l'autorité militaire la plus proche, faute de quoi elles seront suspectées d'espionnage et s'exposeront à des poursuites ; les infractions commises par négligence seront punies d'un emprisonnement pouvant atteindre 3 ans ou d'une amende pouvant s'élever jusqu'à 10 000 marks »[3].

Théorie sur la grippe espagnole[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2016).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

On peut rétrospectivement se demander si le pigeon-soldat n'a pas joué un rôle dans la diffusion de la grippe espagnole, qui semble s'être particulièrement développée dans les tranchées et parmi les armées, dès 1917 peut-être selon certains indices, dans le Pas-de-Calais dans le camp d'entrainement anglais d'Etaples.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « pigeons de guerre dans l'armée allemande », Les Nouvelles illustrées, no 38,‎
  2. Vaillant, pigeon de combat !, un film d'animation des studios Vanguard en hommage à ce pigeon est sorti en 2005 ; ce pigeon-soldat y jouait le rôle de transporteur des messages.
  3. Actes de l'autorité allemande, Bulletin de Lille no 115, 19 décembre 1915.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Michel Derex, Le pigeon Vaillant, héros de Verdun, Éditions Pierre de Taillac, , 32 p. (ISBN 9782364450691)

Articles connexes[modifier | modifier le code]