Photographie de rue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la photographie
Cet article est une ébauche concernant la photographie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Une photographie de rue à Times Square le 8 mai 1945 (En fait, il s'agit d'une photo mise en scène.)

La photographie de rue (« Street Photography » en anglais) est une branche de la photographie dont le sujet principal est une présence humaine, directe ou indirecte, dans des situations spontanées et dans des lieux publics comme la rue, les parcs, les plages, les grands magasins ou les manifestations.

L'origine du qualificatif « de rue » se réfère plus à une époque révolue qu'à un espace : une époque où les femmes étendirent leurs libertés, où les travailleurs étaient récompensés par du temps libre, et où la société quitta l'intimité des foyers, rendant publiques les interactions entre individus au profit du photographe.

Cadrage et déclenchement sont deux composantes décisives de cet art, dans le but de créer des images à un moment décisif ou percutant. Ces aspects sont maintenant largement considérés, d'un point de vue stylistique et subjectif, du fait que la photographie de rue est pratiquée depuis la fin du XIXe siècle jusqu'à aujourd'hui.

Origines[modifier | modifier le code]

Héritière d'une technologie, et plus encore, d'un certain art de voir, la photographie de rue s'inscrit dans une longue tradition qu'ont progressivement forgée d'autres arts, et notamment la littérature. Son attention et sa réceptivité à la vie, dans toute sa spontanéité et sa poésie, peut ainsi se lire comme une étape dans l'évolution d'une certaine tradition de l'écriture photographique[1].

Europe[modifier | modifier le code]

Du fait de sa modernité et de l'héritage laissé par les impressionnistes[2], Paris est communément qualifiée de berceau pour la photographie de rue[réf. nécessaire]. Cette ville cosmopolite lui a permis d'être définie et enrichie, tout comme la photographie de rue l'a modelée par ses vues caractéristiques.

Henri Cartier-Bresson est un photographe du XXe siècle dont le style poétique se concentrait sur les activités humaines. Il est par ailleurs à l'origine de la notion de « l'instant décisif » pour la prise d'un cliché. Son penchant pour les arts picturaux ainsi que son désir de devenir peintre peuvent s'observer dans sa capacité à joindre technique et réactivité[3].

États-Unis d'Amérique[modifier | modifier le code]

Les débuts de la photographie de rue aux États-Unis peuvent être mis en parallèle avec ceux du jazz en musique, tous deux exprimant franchement une représentation de la vie quotidienne. Ce lien est visible dans les travaux de l'école de photographie de New York, qui n'était pas une institution formelle mais plutôt un courant de pensée constitué de groupes de photographes new-yorkais du milieu du XXe siècle.

Un de ses photographes les plus éminents, Robert Frank, faisait partie du mouvement vibrant tourné vers les Noirs-américains et les contre-cultures. Il s'est fait connaître en partie grâce à son livre célèbre, Les Américains, dans lequel ses images brutes, sans mise au point permanente, interrogent les courants dominants en photographie de son époque, comme par exemple les paysages d'Ansel Adams. La communauté de photographes dominants aux États-Unis avait alors violemment rejeté les travaux de Robert Frank. Mais avec le temps, ceux-ci sont devenus une référence pour les nouveaux photographes cherchant à échapper au carcan de l'ancienne école.

Quelques photographes de rue notoires[modifier | modifier le code]

Cette section semble contenir un travail inédit ou des déclarations non vérifiées (mai 2016). Vous pouvez aider en ajoutant des références.

La photographie de rue est un concept mal défini, qui recoupe celui de photographie documentaire et de photographie sociale. Par ailleurs, certains auteurs ne distinguent pas la photographie de rue et la photographie de rues (comme celle que pratiquait par exemple Eugène Atget). D'autres encore assimilent toutes les photographies prises dans les rues à des photographies de rue, catégorisant alors Henri Cartier-Bresson comme faisant de la photographie de rue alors que, si l'on se réfère à sa définition célèbre de la photographie, il n'en faisait pas. En attendant une définition rigoureuse et consensuelle de la photographie de rue, voici quelques photographes donnés par des sources concordantes comme étant des « photographes de rue » ou faisant de la « photographie de rue » :

Références[modifier | modifier le code]

  1. BEHUE, Jean, Vue sur scènes. Une promenade parisienne.,‎ (lire en ligne)
  2. Scot, Clive. Street Photography: From Atget to Cartier-Bresson. London : I. B. Tauris - ISBN 978-6-0000-1944-0.
  3. (en) Timothy Gleason, The Communicative Roles of Street and Social Landscape Photography, Simile vol. 8, no. 4 (n.d.), p. 1–13.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Colin Westerbeck, Joel Meyerowitz, Bystander : A History of Street Photography with a new Afterword on SP since the 1970s (1994), Bullfinch, 2001.
  • Clive Scott, Street Photography. From Atget to Cartier-Bresson, I. B. Tauris, 2007.
  • Bernard Jolivalt, La Photo sur le vif, Paris, Pearson,‎ , 256 p. (ISBN 978-2-7440-9370-8)
  • (en) Sophie Howarth, Stephen McLaren, Street Photography Now, Thames & Hudson, 2012.
  • Tanya Nagar (trad. Charles Robert), Street Photo : Manuel des photographes urbains, Eyrolles,‎ , 176 p. (ISBN 978-2212135985)
  • (en) David Gibson, The Street Photographer's Manual, Thames & Hudson, 2014.
  • (en) Eric Kim, Street Photography. 50 Ways to Capture Better Shots of Ordinary Life, Dext, 2015.
  • (en) Gordon Lewis, Street Photography. The Art of Capturing the Candid Moment, Rocky Nook, 2015.