Pema Tseden

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pema Tseden
Description de cette image, également commentée ci-après

Pema Tseden durant les Rencontres avec les réalisateurs lors du Festival international du film de La Rochelle 2012.

Naissance (47 ans)
Thrika, Guide, Qinghai (Amdo)
Nationalité chinoise
Profession écrivain, réalisateur, scénariste, producteur
Films notables Le Silence des pierres sacrées (2005)
Sur la route (2009)
Tharlo (2015)

Pema Tseden (tibétain : པད་མ་ཚེ་བརྟན།, Wylie : pad ma tshe brtan) ou Wanma Tsaidan (chinois simplifié : 万玛才旦 ; chinois traditionnel : 萬瑪才旦 ; pinyin : Wàn mǎ cái dàn)[1], est un écrivain, réalisateur, scénariste et producteur chinois d’origine tibétaine[2],[3],[4],[5],[6],[7],[8], né en décembre 1969 dans une famille de nomades tibétains à Thrika, un village de Guide dans l'Amdo, ancienne province tibétaine devenue le Qinghai, en Chine[9].

Il « fait aujourd’hui figure », d'après la journaliste Brigitte Duzan, « de premier réalisateur tibétain en Chine et précurseur de ce qui pourrait être un futur cinéma tibétain »[10]. Le magazine canadien de cinéma Cinémascope la fait figurer, en 2012, parmi les 50 meilleurs réalisateurs de moins de 50 ans[11].

Son arrestation et sa détention en juin 2016 pour des allégations de trouble à l'ordre public ont déclenché de vives réactions concernant l'usage excessif de la force par les forces de l'ordre sur les ressortissants issues des minorités ethniques en Chine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Pema Tseden est né en décembre 1969 à Thrika, un village de la préfecture autonome tibétaine de Hainan[12],[11], dans la province du Qinghai (l'ancienne province tibétaine de l'Amdo), à l'époque de la révolution culturelle. Son grand-père lui apprend ses premiers mots de tibétain[13].

Pour la tibétologue Françoise Robin, les seuls films vus dans son enfance étaient des films de propagande nord-coréens ou albanais[11]. « Il y avait des projections de temps en temps à Dzona », son village natal, déclare Pema Tseden. Il adorait cela. Il a vu, par exemple, Les Temps modernes de Chaplin[13].

Études et débuts professionnels[modifier | modifier le code]

Il est diplômé de l’Institut du Nord-Ouest pour les nationalités (en), à Lanzhou (Gansu), où il a fait des études bilingues tibétain-chinois[10], se spécialisant en littérature tibétaine et traduction.

Il a été instituteur dans une école primaire[14], et traducteur tibétain-chinois. À partir de 1991, il a publié des articles sur la littérature et l’art tibétain dans diverses revues.

Arrestation, détention et hospitalisation (2016)[modifier | modifier le code]

Le 25 juin 2016 [15], Pema Tseden est arrêté à l'aéroport de Xining (Qinghai) [16],[17] en raison « d'un incident mineur avec la police locale sur une affaire de bagages » [18]. Deux jours après son arrestation, il est hospitalisé le 27 juin[19], souffrant de nombreuses blessures aux mains et aux poignets, hypertension, douleurs dans la poitrine et au cœur, ainsi qu'une insensibilité dans plusieurs doigts[20].

Le 29 juin, la guilde des réalisateurs de cinéma de Chine publie une lettre ouverte exprimant son inquiétude au sujet de l'arrestation de Pema et la dégradation de son état de santé durant sa détention[21]. La guilde appelle les autorités à dévoiler les détails de son arrestation et à déterminer si le recours à la force durant son arrestation n'a pas été excessivement violent[21].

La nouvelle de l'arrestation de Pema Tseden a été l'objet d'un large écho sur les réseaux sociaux chinois[22],[23], dans les média internationaux[24],[25],[17],[26],[27],[28],[29],[30], parmi les groupements de défenses des droits humains et la communauté tibétaine en exil[31],[32],[33],[34],[35],[36], ainsi que dans les milieux académiques, artistiques et cinématographiques[22],[37],[38],[39].

Pour Francoise Robin, professeur d'études tibétaines à l'Institut national des langues et civilisations orientales, les allégations de mauvais traitement à l'encontre de Pema Tseden reflètent la façon dont les Tibétains sont traité par les autorités chinoises et démontre que la Chine n'est pas un état de droit[24].

Des média chinois et des milieux proches des exilés tibétains affirment que Pema Tseden a été soumis durant sa détention à la méthode d'interrogation de la chaise du Tigre[40],[41],[42], un dispositif de torture[43]. Son arrestation arbitraire et l'usage excessif de la force seraient symptomatiques de l'oppression et la discrimination quotidienne subie par les Tibétains sous le joug chinois[33],[34]. Sa détention a mis en lumière le profilage racial et les difficultés énormes dont font face les Tibétains et autres minorités ethniques lors de l'exercice de leur liberté de mouvement et de voyager[31].

Hao Jian, professeur à l'Université de cinéma de Pékin[44], et qui décrit Pema Tseden comme une personnalité très courtoise n'élevant jamais la voix[45], pense également que la réaction excessive de la police est due au fait que Pema Tseden est Tibétain[35],[29]. Pour le commentateur politique hongkongais Johnny Lau Yui-siu, la renommée internationale de Tseden, à l'instar de celle de Liu Xiaobo et Ai Weiwei, pourrait avoir contribué à ses problèmes, car plus vous êtes connu internationalement, plus vous êtes un menace pour la Chine[39].

Dans la soirée du 29 juin, les autorités publient un rapport de police[46] confirmant l'arrestation de Pema Tseden le 25 juin, son hospitalisation le 27 juin et sa condamnation à 5 jours de détention pour trouble à l'ordre public[46],[19],[47]. Selon le Bureau de le la sécurité publique, il existerait de preuves concluantes démontrant qu'il s'est comporté de manière illégale en retournant dans la zone de collecte des bagages après s'être rendu compte qu'il avait oublié un sac, qu'il s'est querellé avec les employés en service et qu'il a ignoré toutes les injonctions et tentatives d'explications faites par les services de sécurité et la police appelée en renfort, obligeant ces dernières à intervenir en faisant usage de la force[46],[19]. La version des autorités est contradictoire avec un rapport publié plus tôt dans la journée, selon lesquels Pema Tseden ne se serait pas départi de son calme et qu'il se serait se serait heurté au mutisme des policiers dépêchés sur place pour procéder à son arrestation[48],[49].

Des proches de Pema Tseden ont demandé aux autorités de publier les vidéos de surveillance de l'incident[50]. Encore hospitalisé le 12 juillet, Pema Tseden demande aux autorités d'enquêter pour éclaircir l'incident relatif à son arrestation et son traitement[51].

Carrière littéraire[modifier | modifier le code]

Un recueil de nouvelles intitulé Neige a été publié en janvier 2013 aux éditions Philippe Picquier traduit par Françoise Robin et Brigitte Duzan (ISBN 978-2-8097-0392-4). L'ouvrage comprend : Tharlo, Le Neuvième Homme, Les Dents d'Urgyän, Huit moutons, Hommes et chiens, Neige, L'Interview d'Akhu Thöpa.

Carrière cinématographique[modifier | modifier le code]

Pema Tseden vit à Pékin et réalise ses films au Tibet[52]. Bilingue, il a d'abord signé ses films de son nom en chinois avant d'opter pour l'emploi de son nom en tibétain. Il est membre de l'association des réalisateurs chinois, de l'association des cinéastes chinois et de l'association de la littérature cinématographique chinoise[53]. Ses films sont un travail d’équipe d’où se distinguent deux noms : son directeur de la photographie Sonthar Gyal et son directeur du son Dukar Tserang[11].

Décidé à se reconvertir dans la cinématographie, Pema Tseden obtient, en 2003, une bourse d'une ONG, la Trace Foundation, pour entrer à l’Université de cinéma de Pékin[1] et y suivre un programme de doctorat d’un an en réalisation cinématographique et littérature. À la fin de l’année, il bénéficie d'une bourse supplémentaire pour tourner son film de fin d’études, un court métrage de 22 minutes qu'il intitule « Grassland » (rTswa thang). Sorti en 2004, le film se voit couronné par de nombreux prix, tant en Chine qu’à l’étranger. C'est le début de sa carrière de réalisateur[10].

Son premier long métrage, du genre dramatique, The Silent Holy Stones (Le Silence des pierres sacrées) (Lhing vjags kyi ma ni rdo vbum) est tourné en 2005, dans l'Amdo, dans la langue locale, avec des acteurs non professionnels. Il obtient quatre prix, dont le Coq d'or[10].

Son long métrage The Search (Sur la route ou À la recherche de Drimé Kunden), produit grâce au cinéaste chinois Tian Zhuangzhuang[54], est présenté en première mondiale au 62e Festival international du film de Locarno en Suisse[55]. Ce film est né de l’envie qu’avait Pema Tseden de développer sa réflexion sur les difficultés rencontrées par la culture tibétaine traditionnelle dans sa confrontation avec la modernité[56].

Son film Old Dog (Le Vieux chien) est couronné du Golden Digital Award au Festival international du film de Hong Kong, le 30 mars 2011[57].

Pour Pema Tseden, si Le Silence des pierres sacrées est perçu par les Tibétains comme un portrait fidèle du Tibet, ces derniers, n'ayant aucune culture du cinéma, trouvent que c'est sans intérêt[13].

Le 40e Festival international du film de La Rochelle de 2012 lui rend hommage, un festival auquel il participe[58].

Il reçoit en 2016 le Cyclo d'or et le prix INALCO du Festival international des cinémas d'Asie de Vesoul pour son film Tharlo[59]. Pema Tseden indique : « Tharlo est le reflet de l’actuelle génération de Tibétains. Cette histoire montre à quel point ils sont confus et désorientés. Le film a été tourné en noir et blanc comme si la rugosité des images traduisait la situation et l’ambiance de ce vaste territoire du Tibet et l’état d’esprit de Tharlo »[60].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Film Année Genre Fonction
Pâturages (The Grassland) (rTswa thang) 2004 réalisateur, scénariste
The Last Tibetan Shamen 2004 réalisateur, scénariste
Le Silence des pierres sacrées (The Silent Holy Stones) (Lhing vjags kyi ma ni rdo vbum) 2005 dramatique réalisateur, scénariste
The Gyuto Monlam 2007 réalisateur, scénariste
Snow on the Bayan Har Mountain 2008 réalisateur, scénariste
Samyé 2008 réalisateur, scénariste
The Guanyin Hole in the Wutai Mountain 2008 réalisateur, scénariste
Sur la route, ou encore À la recherche de Drimé Kunden (The Search) (‘Tshol ba) 2009 road movie réalisateur, scénariste
Le Vieux Chien (Old Dog (2011 film) (en)) 2011 réalisateur, scénariste
The Sacred Arrow 2014 réalisateur, scénariste
Tharlo 2015 réalisateur, scénariste

Récompenses et nominations[modifier | modifier le code]

Année Prix Catégorie Œuvre Résultat Notes
2005 Coq d'or Meilleur début Le Silence des pierres sacrées Lauréat
Festival international du film de Busan New Currents Award Nomination
2006 Festival international du film de Shanghai Asian New Talent Award for Best Director Lauréat
Festival du film de Changchun Best Director Nomination
Special Jury Award Lauréat
Beijing College Student Film Festival (en) Meilleur début Lauréat
2007 Chinese Film Media Award Best New Director Nomination
2009 Festival international du film de Shanghai Golden Goblet Sur la route Nomination
Grand prix du jury Lauréat
2011 Tokyo Future International Film Festival Best Picture Old Dog (2011 film) (en) Lauréat
Festival international du film de Hong Kong Golden Digital Award Lauréat
2012 Brooklyn Film Festival (en) Best Narrative Feature Lauréat [61],[62]
2014 Festival international du film de Shanghai Golden Goblet The Sacred Arrow Nomination
2015 Festival international du film de Venise Golden Lion Tharlo Nomination
Golden Horse Film Festival and Awards Best Director Nomination
Best Adapted Screenplay Lauréat
Best Feature Film Nomination
2016 Beijing College Student Film Festival (en) Artistic Exploration Award Lauréat
Best Picture Nomination
Best Director Nomination
Festival international des cinémas d'Asie de Vesoul Cyclo d'or Lauréat [59]
Film Festival della Lessinia (it) Meilleur réalisateur Lauréat [63]

Producteur[modifier | modifier le code]

En 2016, il est producteur exécutif du film The Summer is gone réalisé par Zhang Dalei[64].

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Selon le réalisateur tibétain en exil Tenzing Sonam, Pema Tseden, pour pouvoir travailler, doit trouver un équilibre entre un gouvernement autoritaire et ses positions personnelles tout comme son modèle, Abbas Kiarostami, un cinéaste iranien[65],[52].

Pour Martine Bulard du Monde diplomatique, Pema Tseden, en guise de résistance, a choisi de faire connaître « l’identité tibétaine, loin des oripeaux folkloriques dont les dirigeants chinois autant que les Occidentaux l’ont affublée »[66].

Points de vue[modifier | modifier le code]

Pema Tseden est d’avis que le Tibet a toujours été mythifié et idolâtré par les gens qui ne sont pas du Tibet, et rendu de plus en plus lointain, et que ceux-ci, étant obnubilés par le passé, ne comprennent pas le nouveau Tibet[67].

Il déclare également que la culture du Tibet est en train de disparaître sous les coups de boutoir de la modernisation[68]. S'il ne pense pas que le cinéma puisse sauver une culture, il croit toutefois que celui-ci peut contribuer à sa mémoire[13].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Tenzin Dickyi, The Grasslands - a film by Pema Tsetan, site Where Tibetans Write, 28 juillet 2010.
  2. Thomas Sotinel, Au milieu d'une avalanche de tragédies, deux films illuminent Locarno, Le Monde, 16 août 2009 : « du Chinois né au Tibet Pema Tseden. »
  3. Projection de ’’The Search’’ et discussion avec le réalisateur Pema Tseden, le 3 juillet au CCF, site Faguowenhua : « Egalement connu sous le nom de Wanma Caidan, Pema Tseden est un réalisateur et scénariste chinois d’origine tibétaine. »
  4. (en) Pema Tseden : « Profile - Name: Pema Tseden - Chinese: 万玛才旦 - Born: 1969 - Birthplace: Hainan Tibetan Autonomous Prefecture of Qinghai Province. »
  5. Charlotte Garson, Sur la route, découverte, Cahiers du cinéma, no 647, p. 58-59. « le Tibétain Pema Tseden »
  6. La Rochelle : Anouk Aimée pour les 40 ans du festival, La Nouvelle République, 30 juin 2012, « le premier cinéaste tibétain en République populaire de Chine, Pema Tseden. »
  7. Arnaud Schawrtz, La Rochelle, une autre idée du cinéma, La Croix, 30 juin 2012 « du Tibétain Pema Tseden »
  8. (en) Shelley Kraicer, Pema Tseden, sur le site Cinemascope : « Known also as Wanma Caidan, Pema Tseden was born in 1969 [...] And he is the first director of Chinese nationality to do this. »
  9. Pema Tseden
  10. a, b, c et d Brigitte Duzan, Pema Tseden : naissance d’un cinéma tibétain ?, site Chinese Movies, 7 octobre 2011 : « Pema Tseden a d’abord signé ses films Wanma Caidan (chinois : 万玛才旦), transcription phonétique de son nom en chinois. Le changement de nom n’a rien d’anecdotique, c’est une affirmation identitaire. »
  11. a, b, c et d Françoise Robin, Pema Tseden, site du Festival international du film de La Rochelle, 2012.
  12. (en) Pema Tseden: Tibetan Films for Tibetan People, Asia Society, 10 avril 2010
  13. a, b, c et d Christiane Poulin, Pema Tseden, l'homme qui écrit le roman tibétain, Sud-Ouest, 6 juillet 2012
  14. (en) Louisa Lim, Director Seeks To Capture Life In Modern Tibet, site NPR : « He [...] worked first as a primary school teacher in his hometown. »
  15. http://m.china.caixin.com/m/2016-06-29/100960285.html?from=timeline&isappinstalled=0
  16. Associated Press Tibetan Director Pema Tseden Hospitalized After Scuffle New York Times, 29 juin 2016
  17. a et b http://bx1.be/depeches/chine-un-realisateur-tibetain-prime-en-france-interpelle-par-la-police/
  18. Un réalisateur tibétain arrêté par la police chinoise Swissinfo,
  19. a, b et c https://triciakehoe.com/2016/06/30/police-report-on-pema-tsedens-detention-in-xining/
  20. Tom Phillips, Tibetan director 'injured in Chinese police custody', the guardian, 29 juin 2016 : « Coco, the Tibetan film-maker’s producer, who is also known as Sonam, told the Guardian that the director had been detained following an altercation with airport security officers. / Police subsequently asked the director to sign a confession admitting he had “disturbed the social order”. When he refused, a police officer told him “disobedient” people like him would be detained. / Coco said he visited the director two days after at a detention centre in Xining and saw “many injuries to his wrist and hand” caused by handcuffs. Tseden complained of high blood pressure, pains in his chest and heart, and losing feeling in several fingers, the producer claimed. »
  21. a et b https://triciakehoe.com/2016/06/29/a-statement-from-film-directors-guild-of-china-on-detention-and-assault-of-pema-tseden/
  22. a et b http://chinafilminsider.com/china-film-community-alarmed-detention-tibetan-director/
  23. http://focustaiwan.tw/news/acs/201606290028.aspx
  24. a et b https://www.theguardian.com/world/2016/jun/29/tibetan-director-injuries-police-custody-china-pema-tseden-hospital-detained-airport
  25. http://www.nytimes.com/aponline/2016/06/29/world/asia/ap-as-china-director-detained.html?_r=0
  26. http://www.swissinfo.ch/fre/un-r%C3%A9alisateur-tib%C3%A9tain-arr%C3%AAt%C3%A9-par-la-police-chinoise/42261026
  27. http://www.voatibetanenglish.com/a/3396947.html
  28. http://www.ctpost.com/entertainment/article/Tibetan-director-Pema-Tseden-hospitalized-after-8331273.php
  29. a et b http://www.rfa.org/english/news/tibet/tibet-filmmaker-06292016144859.html
  30. http://time.com/4430293/china-tibet-tourism/
  31. a et b http://www.tchrd.org/tchrd-condemns-detention-and-ill-treatment-of-noted-tibetan-director-pema-tseden/
  32. http://www.phayul.com/news/article.aspx?id=37751&article=Ace+Tibetan+director+arrested%2c+tortured
  33. a et b https://www.studentsforafreetibet.org/news/sfts-statement-in-response-to-pema-tsedens-arrest
  34. a et b http://www.freetibet.org/news-media/pr/pema-tseden-arrest
  35. a et b http://www.tibetanreview.net/tibetans-routinely-suffer-ill-treatment-meted-out-by-chinese-police-on-famed-tibetan-film-director/
  36. http://tibet.net/2016/06/tibetan-filmmaker-pema-tseden-detained-by-chinese-police-hospitalised/
  37. http://www.filmingfortibet.org/2016/06/29/statement-on-arrest-and-detention-of-tibetan-filmmaker-pema-tseden/
  38. http://www.hollywoodreporter.com/news/tibetan-filmmaker-pema-tseden-hospitalized-907281
  39. a et b http://variety.com/2016/film/asia/explanation-needed-for-arrest-of-tibets-pema-tseden-1201806418/
  40. http://china.caixin.com/2016-06-29/100960285.html
  41. https://theinitium.com/article/20160629-dailynews-Pema-Tseden/
  42. http://www.tchrd.org/tchrd-condemns-detention-and-ill-treatment-of-noted-tibetan-director-pema-tseden
  43. http://www.bbc.com/news/world-asia-china-34786336
  44. http://www.bjreview.com.cn/culture/txt/2008-11/04/content_160931_2.htm
  45. http://m.china.caixin.com/m/2016-06-29/100960285.html?cxw=IOS&Sfrom=Wechat&from=singlemessage&isappinstalled=1
  46. a, b et c http://www.legaldaily.com.cn/index/content/2016-06/29/content_6694299.htm?node=20908
  47. http://www.globaltimes.cn/content/991374.shtml
  48. http://ent.sina.cn/film/chinese/2016-06-29/detail-ifxtmweh2775906.d.html?from=timeline&isappinstalled=0
  49. https://triciakehoe.com/2016/06/29/update-on-pema-tseden-from-sina-entertainment-witness-responds-to-pema-tseden-incident/
  50. https://twitter.com/triciamkehoe/status/748821461163315200
  51. (en) Tenzin Dharpo, From hospital bed, Tibetan filmmaker demands probe, Phayul.com, 12 juillet 2016
  52. a et b Tenzin Sonam, Road-movie dans l'Amdo, Rangzen, article traduit par le Courrier international, 28 juillet 2011.
  53. (en) Old Dog, Brooklyn Film Festival : « He is a member of the Chinese Film Directors' Association, Chinese Filmmakers' Association and Chinese Film Literature Association ».
  54. (en) Film Series: Soul-Searching in Tibet, Asia Society and Museum, 10 et 15 avril 2010 : « with production support from renowned Chinese 5th Generation filmmaker Tian Zhuangzhuang. »
  55. Kèoprasith Souvannavong, « The Search » ou la quête de la culture tibétaine, 12/08/2009.
  56. Charlotte Garson, Sur la route, découverte, Cahiers du cinéma, no 647, p. 58-59 : « L’inspiration principale de Sur la route m’est venue pendant le repérage du Silence des pierres sacrées (2005). J’étais impressionné par mon voyage préparatoire : j’ai pris alors conscience que la culture tibétaine traditionnelle rencontrait de nombreuses difficultés dans sa confrontation avec la modernité. Cette situation m’a fait réfléchir. J’avais envie de développer ma réflexion dans un film. »
  57. Brigitte Duzan, Trois prix pour Pema Tseden au festival du Cinéma Digital de Séoul, Chinese Movies, 24 août 2011.
  58. Pascal Paradou, « 40e édition du Festival International du Film de La Rochelle », RFI, 29 juin 2012 (interview de Prune Engler, directrice du festival, 19 min).
  59. a et b Sophie Courageot, « Le cyclo d'or est attribué au film Tharlo du Chinois Pema Tseden » sur France 3 le
  60. Tharlo Festival International des Cinémas d'Asie
  61. (en) « Tibetan filmmaker wins 'Best Feature' at Brooklyn Film Festival », Catholic Online,‎ (lire en ligne)
  62. (en) Tibetan filmmaker wins ‘Best Feature’ at Brooklyn Film Festival, Phayul.com, 11 juin 2012
  63. (it) « Film Festival della Lessinia », sur http://www.radiopopolareverona.com/, (consulté le 2 septembre 2016)
  64. http://www.hollywoodreporter.com/review/summer-is-gone-ba-yue-914912
  65. (en) Tenzing Sonam, The Search. Some Thoughts on Pema Tseden’s new film, Phayul.com, 19 juin 2010, reproduit [1] sur le site Rangzen Alliance, 17 août 2010.
  66. Martine Bulard Le Tibet sans manichéisme Monde diplomatique, mars 2013 : « En guise de résistance, le cinéaste et romancier Pema Tseden a choisi de faire connaître l’identité tibétaine, loin des oripeaux folkloriques dont les dirigeants chinois autant que les Occidentaux l’ont affublée. Maniant la plume avec autant de bonheur que la caméra (Old Dog, 2011), il livre sept nouvelles écrites entre 1994 et 2011, bijoux d’humour et de poésie (2), qui déconstruisent les dogmes chinois (formidable berger récitant d’une seule traite « Servir le peuple » de Mao Zedong devant des bureaucrates médusés), mais aussi les croyances tibétaines (irrésistibles découvertes autour de la réincarnation d’un ami d’enfance) ou les mythes occidentaux (ineffable bobo américain dans la steppe). Une culture tibétaine en pleine mutation. »
  67. (en) Louisa Lim, Director Seeks To Capture Life In Modern Tibet, NPR, 30 juin 2009 : « In his first interview with a Western media outlet, the 40-year-old filmmaker […] tells NPR that for too many years, Tibet has been depicted by outsiders who pander to their own imagination. "I think Tibet has always been mythologized and worshipped, and made more remote," he says. "People's psychological expectations and experiences of Tibet are stuck in the past. They don't understand the new Tibet." »
  68. Louisa Lim, op. cit. : « Pema Tseden says that, on one level, the film reflects a search for Tibet's disappearing culture. "It's being buffeted by modernization." »

Autre lecture[modifier | modifier le code]

  • Tenzing Sonam, Une tempête tranquille: Pema Tseden et l'émergence du cinéma tibétain, Monde chinois no 31 (Automne 2012) Tibet : créer pour résister