Paule Gobillard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Paule Gobillard
Image dans Infobox.
Berthe Morisot: Paule Gobillard en robe de bal (1887), collection privée
Biographie
Naissance
Décès
(à 78 ans)
Paris 16e
Nom de naissance
Paule Marie Gobillard
Nationalité
Activités
Mère
Yves Elisabeth Morisot (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Jeannie Gobillard (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Domaine
Mouvement
Maître
Genres artistiques
Influencée par
Archives conservées par

Paule Marie Gobillard, née à Quimperlé le et morte à Paris 16e le [1], est une peintre post-impressionniste française.

Elle est à plusieurs reprises modèle pour sa tante Berthe Morisot et pour Renoir[Note 1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Paule est l'aînée des enfants de Théodore Gobillard et de son épouse Yves, née Morisot, à Quimperlé (Finistère). Son frère Marcel (1872-1922) et sa sœur Jeannie (1877-1970) sont ses cadets. La peintre Berthe Morisot est sa tante, elle-même belle-sœur du peintre Édouard Manet. L'environnement artistique de la famille comprend également Edgar Degas qui peint sa mère Yves Gobillard en 1869.

Théodore Gobillard meurt en 1879. Après la mort de sa mère en 1893, Paule s'installe avec son frère et sa sœur dans la maison de sa tante Berthe Morisot. Sa cousine Julie Manet a consigné de nombreux détails sur la vie de ces années dans son journal publié postérieurement[2].

Berthe Morisot peint Paule Gobillard à plusieurs reprises. Elle lui donne également des cours de peinture, ainsi qu'à sa sœur Jeannie et à Julie Manet. Suivant les conseils de Berthe Morisot, Paule Gobillard prend également des cours auprès du peintre Henri Gervex et copie des tableaux au musée du Louvre. Avec sa sœur Jeannie, elle rend visite à Renoir en 1894 à Cagnes-sur-Mer, qui lui donne également des cours de peinture. Il existe ainsi plusieurs portraits de Paule Gobillard signés de Renoir.

Après la mort de Berthe Morisot en 1895, elle vit avec sa sœur et sa cousine Julie Manet dans un appartement au 40, rue de Villejust[3] à Paris. Le cercle d'amis de la famille comprend l'écrivain Stéphane Mallarmé, dont Paule Gobillard fera un portrait, l'écrivain André Gide et le peintre Odilon Redon. Par l'intermédiaire d'Edgar Degas, une rencontre avec l'écrivain Paul Valéry a lieu en 1898. En 1900, Valéry épouse sa sœur Jeannie Gobillard tandis que sa cousine Julie Manet épouse le peintre Ernest Rouart.

Paule Gobillard quant à elle reste célibataire. Elle vit avec les Valéry après le mariage de sa sœur. Dès lors, elle se consacre entièrement à la peinture et produit des peintures à l'huile, aquarelles et pastels. Elle a peint des portraits, des scènes de genre, des paysages et des natures mortes. Son style est clairement inspiré de celui de Berthe Morisot[4],[5],[6].

Elle expose ses œuvres au Salon des Indépendants de 1894 à 1912, au Salon d'automne de 1904 à 1946, et participe au Salon des Tuileries à partir de 1926.

Paule Gobillard meurt à Paris en 1946[7],[8],[9].

Postérité[modifier | modifier le code]

  • En , Imelda Marcos fait l'acquisition d'une série de 52 œuvres de l'artiste à New-York[10].
  • Le , la collection de François Valéry, le neveu de Paule Gobillard, a été mise aux enchères par l'étude Calmels-Cohen[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La date de naissance 1867 est tirée du journal intime de Julie Manet, sa cousine, qui vécut parmi les proches de Paule Gobillard pendant plusieurs années. L'année de naissance 1869 n'apparaît que dans le catalogue de l'exposition de ses œuvres à la galerie Scot à Paris en 1999.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Archives de Paris, acte de décès no 502, vue 21 / 31
  2. Julie Manet, Journal, 1893-1899 : sa jeunesse parmi les peintres impressionnistes et les hommes de lettres, Paris, Librairie C. Klincksieck, 1979, 292 p.
  3. Aujourd'hui rue Paul-Valéry.
  4. Voir Comœdia, 17 avril 1923.
  5. Voir Gil Blas 7 novembre 1913.
  6. Voir Le Monde illustré, 11 novembre 1922.
  7. (en) « Paule Gobillard », extrait de la notice dans le dictionnaire Bénézit, sur Oxford Art Online, (ISBN 9780199773787).
  8. (en) Findlay Galleries.
  9. (en) Roughtongalleries.com.
  10. (en) Jane Perlez, New York Times, 27 avril 1986.
  11. Voir sur rkd.nl.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Julie Manet, Journal, 1893-1899 : sa jeunesse parmi les peintres impressionnistes et les hommes de lettres, Paris, Librairie C. Klincksieck, 1979, 292 p.
  • Georges d'Espagnat, Paule Gobillard, 1867-1946, Paris, Galerie Durand-Ruel, 1949

Liens externes[modifier | modifier le code]