Paul Robert (lexicographe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Paul Robert
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction
Paul Robert (lexicographer).jpg
Vue de la sépulture.

Paul Charles Jules Robert, né le à Orléansville (Algérie) et mort le à Mougins (Alpes-Maritimes, France), est un lexicographe et éditeur français. Il est inhumé au cimetière du Bois-de-Vaux à Lausanne (Suisse).

En créant un nouveau type de dictionnaire de la langue, type abandonné depuis au profit du modèle encyclopédique, grâce à l'analogie, Paul Robert a joué un rôle majeur dans l'histoire des dictionnaires français[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et jeunesse[modifier | modifier le code]

Paul Robert nait le à Orléansville en Algérie (aujourd'hui Chlef). Il est le fils de Joseph Robert, propriétaire d'une vaste exploitation agrumicole et membre de la délégation financière qui jouait à Alger le rôle d'assemblée défendant les intérêts des Français d'Algérie[1].

Son grand-père paternel, Martial Robert, meunier de profession, s'était installé près d'Orléansville en .

Paul Robert porte le prénom de son oncle, nommé comme lui Paul Robert. Ce dernier est devenu maire d'Orléansville en 1904 et président du conseil général d'Alger. Candidat aux élections législatives de 1910 dans la deuxième circonscription d'Alger, il est tué durant sa campagne lors d'un duel au pistolet par André-Paul Houbé, six mois avant la naissance de son neveu[2].

Formation[modifier | modifier le code]

Paul Robert effectue ses études primaires dans sa ville natale. Il poursuit ses études secondaires au lycée Bugeaud d'Alger jusqu'au baccalauréat[2].Afin de suivre la carrière politique de son oncle, et de son père qui reprit les mandats électifs de son oncle, il entreprend des études de droit (il est reçu avocat au barreau d'Alger).

Il est porté par ses condisciples au rôle de président de l'Association générale des étudiants d'Algérie de à [3]. Après un voyage en Californie, "la Mecque des producteurs d'agrumes", en 1932 avec son père, à qui il sert d'interprète, Paul Robert revient en Algérie. Il se marie et s'établit à Paris à partir de où il poursuit ses études de droit jusqu'à l'agrégation en 1939[1].

Mobilisé dans l'armée comme chiffreur en lors du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, il élabore un dictionnaire du chiffre à usage militaire. Démobilisé en , il rentre à Alger en où il prépare une thèse d'économie politique intitulée Les agrumes dans le monde qu'il soutiendra à la fin de la guerre en [4],[1].

Le Dictionnaire[modifier | modifier le code]

Genèse[modifier | modifier le code]

Lors de la rédaction de sa thèse, Paul Robert est confronté au problème de la traduction de nombreux termes anglais et espagnols courants en agronomie. Il ressent alors le besoin d'un « nouveau dictionnaire qui, par analogie, permettrait de regrouper les mots selon les notions et les idées[5] ». Il se plonge dans la consultation de dictionnaires et se constitue un répertoire dans lequel il classe les mots par association d'idées, ce qui le conduit naturellement vers un projet de lexicographie.

De retour à Paris entre et , Paul Robert en profite pour fixer ses idées[1]. Il présente ce projet à des hommes politiques, dont le général de Gaulle, André Malraux et Georges Pompidou, qui l'encouragent à poursuivre ses travaux. L'académicien Georges Duhamel le pousse à se mettre sous le patronage de Littré.

Pour mener à bien son projet, Paul Robert fonde sa propre maison d'édition, les Dictionnaires Le Robert, en à Casablanca, et réunit autour de lui une équipe de collaborateurs, parmi lesquels Roger-Georges Morvan, Alain Rey, Josette Rey-Debove et Henri Cottez. La petite société d'édition est financée par la part d'héritage de Paul Robert, grâce à un actionnariat d'amis et à plusieurs souscripteurs, tous établis en Afrique du Nord.

Rédigé à Alger, au Maroc puis en France, le Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française est publié de à en six volumes et un supplément, que l'Académie française choisit de primer dès le en lui décernant le prix Saintour sur présentation du premier fascicule.

Editions[modifier | modifier le code]

Son dictionnaire fait désormais l'objet d'éditions de formats différents, toutes sous-titrées Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française :

  • Grand Robert de la langue française (), en six volumes et un supplément ()
  • Le Petit Robert 1 (), condensé du précédent

Par ailleurs, la même équipe a publié :

  • le Robert méthodique (Dictionnaire méthodique du français actuel)
  • le Micro-Robert (Dictionnaire du français primordial) ()
  • le Grand Robert des noms propres (Dictionnaire universel des noms propres) (-), en cinq volumes
  • le Petit Robert 2 (Dictionnaire des noms propres) (), condensé du précédent. À noter une innovation de taille dans l'édition  : l'apparition de 10 000 références étymologiques, qui semble être une première dans un dictionnaire des noms propres en langue française
  • le Dictionnaire universel de la peinture, en six volumes
  • plusieurs dictionnaires bilingues
  • divers dictionnaires thématiques
  • réédition anastatique du Dictionnaire universel d'Antoine Furetière ([) en trois volumes

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Paul Robert, La politique d'isolement économique : causes, modalités, conséquences de l'autarcie, Paris, Domat-Montchrestien,
  • Paul Robert, Les agrumes dans le monde et le développement de leur culture en Algérie (Thèse de doctorat), Paris, Université de Paris, Faculté de droit et des sciences économiques, .
  • 1949, Divertissement sur l'amour, Paris, SNL Le Robert
  • 1964, Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, Paris, SNL Le Robert
  • 1965, Aventures et mésaventure d'un dictionnaire, Paris, SNL Le Robert
  • 1967, Le Petit Robert, Paris, SNL Le Robert
  • 1980, Au fil des ans et des mots, Paris, Robert Laffont [deux volumes : tome 1, Les semailles ; tome 2 : Le grain et le chaume]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

Le , Paul Robert est le lauréat du prix Saintour attribué par l'Académie française pour son fascicule Dictionnaire. Les mots et les associations d'idées.

Il reçoit le le prix de la "Route du Succès" par la fondation Simca[2].

Décoration[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jérôme Robert, Paul Robert : l'aventure du dictionnaire Robert, Éditions du Palio, , 189 p. (ISBN 9782354490782)
  • Jean-Claude Boulanger, Monique C. Cornier et Aline Francoeur, Les dictionnaires Le Robert, Genèse et évolution, Montréal, Les Presses de l'Université de Montréal, , 302 pp. (ISBN 978-2-7606-1942-5, lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Alain Rey, « Paul Robert », sur France Archives (consulté le )
  2. a b c et d Yves Marthot, « Paul Robert "l'homme du dictionnaire" », sur Centre de documentation historique sur l'Algérie (consulté le )
  3. « D'Alger à Paris, ils tiennent le haut de l'affiche. Les lettres de noblesse de Paul Robert », Historia,‎ (lire en ligne)
  4. Monsieur Robert par Noël Chevauchez, Études Villeneuviennes no 41, printemps 2010.
  5. Aventures et mésaventures d'un dictionnaire : Paul Robert, Éditions SNL - Le Robert.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]