Taougrite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Taougrite
Noms
Nom arabe تاوڨريت
Nom berbère ⵜⴰⵡⴳⵔⵉⵜ
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Chlef
Daïra Taougrite
Code postal 02012
Code ONS 0206
Indicatif 027
Démographie
Population 45 000 hab. (2008[1])
Géographie
Coordonnées 36° 14′ 39″ nord, 0° 55′ 22″ est
Localisation
Localisation de Taougrite
Localisation de la commune dans la wilaya de Chlef.
Géolocalisation sur la carte : Algérie
Voir sur la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Taougrite
Géolocalisation sur la carte : Algérie
Voir sur la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Taougrite

Taougrite est une commune de la wilaya de Chlef en Algérie, située dans le massif montagneux du Dahra, à l'ouest d'Alger. Elle s'étend sur 256 km² et compte environ 45 000 habitants. Son code postal est 02350.

Taougrite est le chef-lieu de la daïra dont elle est éponyme. Le nom est d'origine berbère.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Taougrite se situe dans la wilaya de Chlef. Proche de la mer, le village est situé à 35 km d'El Guelta (commune d'El Marsa). Le village le plus proche est Aïn Serdoune; Mazouna est à 22 kilomètres, Aïn Merane à 15 km, Dahra à 10 km, Sidi Moussa et Bordj El Baal à environ 20 km. La ville de Chlef se situe à 60 km.

Relief, géologie, hydrographie[modifier | modifier le code]

Taougrite est située au cœur des collines du massif du Dahra, dominé par le Mont Zaccar, qui constitue une ceinture montagneuse séparant la wilaya de Relizane, au sud, de la mer Méditerranée au nord. La relief développe des collines calcaires d'une hauteur moyenne de 600 mètres, profondément creusées par des ravines et truffées de grottes nombreuses.

Le climat est de type méditerranéen, mais marqué par l'altitude. L'hiver est froid, avec neige, pluies et brume. L'été est relativement frais, au point que les terres cultivées sont en retard pour les moissons par rapport aux normes.

Transports[modifier | modifier le code]

Les transports relèvent du secteur privé. Les véhicules de marques Peugeot, Karzan et J9 sont les plus communs dans les transports routiers algériens. Le HIGER est une marque de bus très utilisée pour les longs trajets.

Lieux-dits, quartiers et hameaux[modifier | modifier le code]

Les villages de Chaabnia, Sidi Aissa, El-Mkhalfia, Titaouine, Sadaoua et Elmalaab, situés à proximité, sont rattachés à Taougrite.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

C'est une commune dont l'habitat est en partie hérité de l'époque coloniale, mais largement renouvelé depuis l'indépendance: on trouve des habitats de l'époque française tels que la SAS, la Cave, la poste, l'école, et ceux réalisés depuis 1962.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Taougrite pourrait provenir du féminin du mot berbère "agri" : (t)-w-agri-(t) qui signifie "l'humidité"[2]; ainsi Taougrite pourrait signifier : "la terre humide" ou "l'endroit humide".

Histoire[modifier | modifier le code]

De nombreux vestiges romains sont présents aux alentours de Taougrite (Kalaa, Sidi Bou Chaïb...).

Fondé et peuplé en 1911, durant la colonisation française, le village de Taougrite prendra le nom de Paul-Robert le , en hommage au maire d'Orléansville de 1904 à 1910.

Démographie[modifier | modifier le code]

Administration et politique[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Pendant la colonisation française, Taougrite est un important centre viticole, dont la coopérative d'une capacité de 50 000 hl sera créée en 1920. Les coteaux produisaient un cru fort apprécié, également nommé Paul Robert. Il était reconnu en France et en Algérie et obtint des médailles d'argent au Concours Général Agricole pour son vin en 1951, 1953 et 1954.

Vie quotidienne[modifier | modifier le code]

L’électricité est introduite à Taougrite en 1945.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

El Kalaa comporte les restes d'une ville antique romaine datée du IVe siècle[3].

Personnalités[modifier | modifier le code]

Paul Robert, créateur du "Petit Robert", rend visite à Taougrite en 1932.

Marcel-Edmond Naegelen, ancien député socialiste, ministre et gouverneur général de l'Algérie, rend visite à Taougrite en 1950.

Philippe Lamour, rend visite à Taougrite en 1952.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources, notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Wilaya de Chlef : répartition de la population résidente des ménages ordinaires et collectifs, selon la commune de résidence et la dispersion ». Données du recensement général de la population et de l'habitat de 2008 sur le site de l'ONS.
  2. Kamal Naït-Zerrad, Dictionnaire des racines berbères : formes attestées. Ḍ-GEY. III, Peeters Publishers, , 946 p. (ISBN 978-90-429-1076-8, lire en ligne)
  3. « Castellum TINGITANUM, Association El Athar Chlef - Les sites historiques », sur castellum-tingitanum.org (consulté le ).