Osque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne la langue osque. Pour le peuple osque, voir Osques.
Osque
Période origine inconnue jusqu'au Ier siècle ap. J.-C.
Pays Italie
Région Samnium, Campanie, Lucanie et Abruzzes
Typologie flexionnelle
accusative
à accent d'intensité
Classification par famille
Codes de langue
Étendue langue individuelle
Type ancienne
IETF osc
Carte
Tribus de langue osque ou de dialecte apparenté dans l'Italie de l'Âge du fer.
Tribus de langue osque ou de dialecte apparenté dans l'Italie de l'Âge du fer.

L'osque est une langue aujourd'hui disparue, appartenant au groupe sabellique des langues italiques, elles-même rattachées à la grande famille des langues indo-européennes. C'est une langue cousine du latin (qui appartient quant à lui à la branche latino-falisque des langues italiques), avec lequel elle partage une structure grammaticale commune.

La langue osque est sans doute la langue italique la mieux connue après le latin du fait de son importante diffusion à travers plusieurs régions de la péninsule. Comparativement aux autres langues italiques, de nombreux textes en osque nous sont parvenus, dont le fameux Cippus Abellanus, la Tabula Bantina et la Tabula Osca.

La zone d'implantation de la langue osque correspond aux parties intérieures de l'Italie centrale et méridionale à l'exclusion des régions actuelles des Pouilles et de la Calabre. Elle y était pratiquée par un certain nombre de tribus, dont les Samnites[1], Aurunces (Ausones) et Sidicini. Ces deux dernières tribus sont souvent regroupés sous le nom « Osci ».

On suppose que l'alphabet osque a été utilisé du VIIe siècle av. J.-C. au Ier siècle ap. J.-C.[2].

On emploie aussi le terme « osque » pour désigner le groupe linguistique auquel la langue osque appartient. Le groupe osque, qui appartient à la famille sabellique, comprend la langue osque ainsi que trois variantes (hernicain, marrucinien et pélignien) connues par les inscriptions laissées par les Herniques, Marrucins et Péligniens, tribus mineures de l'Italie centrale.

Histoire[modifier | modifier le code]

Diffusion des langues sur la péninsule italienne au VIe siècle av. J.-C..

On pense que le peuplement de la péninsule italienne par les Indo-Européens s'est fait en deux vagues : une première au IIe millénaire av. J.-C. (les Italiotes, qui fondent entre autres la civilisation des Terramares ou terramaricole) et une seconde vague vers -1000 (civilisation dite villanovienne). La première vague correspondrait linguistiquement au sous-groupe de langues italiques latin-falisque-sicule, la seconde au groupe osque-ombrien, ce qui explique les écarts constatés entre l'osque et le latin.

On possède peu d'informations concernant la formation de l'osque, mais l'on suppose que cette langue n'a plus été parlée après le Ier siècle av. J.-C. Du moins n'en trouve-t-on plus de trace, le latin dominant alors toute l'Italie. Les premières traces écrites de la langue osque remontent au Ve siècle av. J.-C.

Les atellanes, une catégorie de comédies du théâtre latin, étaient écrite à l'origine en osque[3].

La langue osque a longtemps résisté à la désintégration des diverses communautés autonomes et hostiles ainsi qu'à l'extension de la langue latine pendant la domination romaine. Elle a fini par succomber aux dévastations de la Guerre sociale et à la multiplication des colonies. En effet, on n'a trouvé aucune inscription en langue osque datant d'après la Guerre sociale[4].

Épigraphie[modifier | modifier le code]

Texte en osque sur une pierre de Pompei.

L'osque, qui s'écrit et se lit de droite vers la gauche, est connu par des inscriptions remontant au Ve siècle av. J.-C.. Les inscriptions en osque les plus importantes sont la Tabula Bantina[5], la « tablette osque » ou Tabula Osca[6] et le Cippus Abellanus[7].

Des inscriptions osques figurent encore sur quelques façades de maisons et d'édifices de Pompéi. Elles ont été mises au jour pendant les fouilles archéologiques de Pompéi. Dans cette ville, durant l'époque de la République romaine les habitants parlaient encore l'osque.

Une riche collection d'inscriptions osques est conservée dans la section épigraphie au Musée archéologique national de Naples.

Texte de la pierre de Pompei 

V. Aadirans. V. eeitiuvam. paam / vereiiaei. Pompaiianaei. treistaa / mentud. deded, eeisak. eeitiuvad. / V. Vieinikieis. Mr. kveisstur. Pomp / aiians. treieibom. ekak. komben / nieeis. tanginud opsannam deded, eiseidum. profatted.

— Cosmovisions.com - langue Osque

« Avec l'argent que Vibius Adiranus, fils de Vibius, a donné par testament à la ville de Pompéi, avec cet argent Vibius Vinicius, fils de Maron, questeur de Pompéi, a donné d'après un décret du Sénat ce portique à construire, le même l'a accepté. »

Lexique[modifier | modifier le code]

Gauche : Tête laurée de l'Italie (langue osque Víteliú)
Monnaie frappée à Teanum Sidicinum, portant le nom de la cité en alphabet osque.

Sur le plan du vocabulaire, si certains mots sont aisément identifiables à partir du latin (par exemple « citoyen » : cevs en osque se dit civis en latin), de nombreux mots sont propres à l'osque et probablement issus d'un substrat non indo-européen (par exemple « temple » : caila en osque, templum en latin).

Voici quelques mots[8] :

Osque Latin Italien Français
aamanaffed perfecit fece il a fait
acum agere fare faire
aesaí arae rifugio refuge
aeteis partis di una parte d'un côté
altrei alteri dell'altro de l'autre
aídil aedilis edile édile
aíkdafed aedificavit costruì il a construit
aiso sacrum cosa sacra sacré
allo alia altre cose autre chose
amfret ambiunt vanno intorno ils vont autour
Víteliú Italia Italia Italie

Phonétique[modifier | modifier le code]

Inventaire de consonnes reconstitué[9] 
Type labiale alvéolaire palatale vélaire lab.-vél. glottale
Occlusive sourde p t k
Occlusive sonore b d g
Fricative f s h
Nasale m n
Sonante (w) r, l j w
Inventaire des voyelles 
Type Bref Long
Antérieure Central Postérieure Antérieure Centrale Postérieure
Fermée i u (= ī) (= ū)
Mi-fermée e o
Mi-ouverte ɛ ɛː
Ouverte a

Dans les inscriptions, les signes í et ú transcrivent les lettres pour les phonèmes /e(ː)/ et /o/, tandis que les signes i et u se réfèrent à /i(ː)/ et /u(ː)/. Il y a aussi le signe e = /ɛ(ː)/. Occasionnellement, la quantité vocalique des voyelles longues se traduit par le doublement à l'écrit de la voyelle[9].

L'osque présente un certain nombre de changements réguliers par rapport au latin. Par exemple, le p en osque est utilisé à la place du qu latin : pis en osque, pour quis en latin. De même, on trouve b en osque là où l'on a v en latin, ou f à la place de b ou d (mefiai en osque, mediae en latin).

Grammaire et syntaxe[modifier | modifier le code]

La grammaire osque ressemble à celle du latin, les méthodes de déclinaison, de conjugaison, genre et syntaxe sont similaires. Les différences se situent essentiellement dans la phonologie, morphologie et orthographe[10].

La conjonction de coordination -kwe

kwe est attesté comme morphème lié, par exemple dans ne-kwe qui donne en osque : neip, nip. Ces formes ont trois fonctions : le renforcement de la négation (= non), la coordination d’une proposition négative (et non), la fonction de « particule focalisante » (ne… quidem)[11].

L'asyndète

L’asyndète à valeur copulative est employée pour coordonner des noms de personnes liées par des liens de parenté ou professionnels ainsi que dans les formules d’imprécation, obéissant à des critères phoniques comme l’allitération et l’ordre de succession croissante des syllabes, comme dans fangvam, biass, biítam, aftiím, anamúm, aitatúm, amirikum (« les actions, la langue, la force, l’esprit, l’âme, la vie, les relations personnelles »)[11].

Les noms des magistrats sont unis par l’asyndète, mais parfois le coordonnant inim est utilisé. Sa valeur de base est additive et il exprime souvent la coordination connective. Si par exemple, dans la mention des magistrats, d’autres exerçant des fonctions différentes sont ajoutés, leurs noms sont coordonnés par la particule íním : Min.Heii(s) M.V. íním M.X ekík pavmentum úpsannúm dedens (« M. Heius en tant que Magistrat de la Vereia et le collegium de 10 magistrats ont fait réaliser cette mosaïque »)[11].

Alphabet[modifier | modifier le code]

Inscription en osque trouvée dans la porte de Nola à Pompéi, conservée au British Museum à Londres. Se lit de droite à gauche : « Vibius Popidius, fils de Vibius, magistrat principal, était responsable de cet ouvrage et l'a approuvé ». Entre 300 et 100 av. J.-C.

Les Osques avaient leur propre alphabet inspiré de l'alphabet étrusque, lui-même inspiré de l'alphabet grec. On a aussi retrouvé des documents en osque écrits en alphabet latin et en alphabet grec.

L'alphabet osque dans sa forme la plus évoluée au IIIe siècle av. J.-C. comporte 21 lettres. Les voyelles à l'origine étaient au nombre de 4 : a, e, i, u[10]. Par la suite, deux autre ont été ajoutées : í et ú afin d'indiquer un son intermédiaire ente i-e pour la première et o-u pour la seconde.

L'écriture s'effectue de la droite vers la gauche. Il est possible de lier deux lettres dans un même mot quand les traits verticaux des deux lettres sont côte à côte. Les mots qui sont sur la même ligne sont séparés par un point ou deux points superposés. Les prénoms sont abrégés, plus rarement les gentilices pour le nom de personnes. Les termes qui définissent une charge publique sont aussi abrégés (M.T. pour Meddix Tuticus)[10].

Même si la langue était parlée de la même façon sur le territoire, l'alphabet n'était pas homogène. En effet, les écritures découvertes à divers endroits montrent que les lettres de l'alphabet classique n'étaient pas toujours utilisées. En Lucanie et dans le Bruttium l'alphabet grec était utilisé. les Sabins, Péligniens, Marses entre autres, par leur proximité avec les Romains, utilisaient l'alphabet latin[10].

Alphabet osque[9] 

Oscan alphabet.svg

Postérité[modifier | modifier le code]

Une riche collection de pièces archéologiques avec des inscriptions osques est conservée dans divers musées nationaux et étrangers (British Museum), dont une importante à la section épigraphie au Musée archéologique national de Naples.

Un rare témoignage de la littérature osque est constitué par les Fabulae atellane, à l'origine Ludi osci qui deviennent populaires à Rome. Néanmoins aucune écriture ne nous en est parvenue. Tite Live cite des personnages osques Gavio Ponzio et son père Ennio qui figurent parmi les auteurs littéraires, mais ici aussi aucun texte ne nous est parvenu[10].

De nombreuses expressions dialectales, encore aujourd'hui utilisées dans certaines zones de la Campanie sont de source osque ou grecque.

Ces traces de l'osque dans le dialecte se trouvent surtout dans le champ de la phonétique où le B des mots latins correspondait au F osque. De la même façon, les groupes de consonnes latines MB et ND étaient remplacées respectivement par MM et NN, phénomène appelé « assimilation progressive »[12]. Ainsi, à Corigliano Calabro en Calabre[12] :

  • scrufə = truie, en latin scroba ;
  • frùofficə = ciseaux, en latin forbices ;
  • gammə = jambe, à comparer au latin gamba, jarret ;
  • quannə = quand, en latin quando.

En ce qui concerne le lexique, on trouve par exemple des termes osques :

  • dans le dialecte de Guardia Sanframondi en Campanie[13] :
    • péuzə = petite masse utilisée dans le « jeu de lippa  », issu de l'osque pilso ;
    • màfarə = petit bâton utilisé comme bouchon de citerne issu de mamphar = bâton ;
    • pjésqwə = pierre et ses dérivés pəskònə = gros caillou et pəskunàta = coup de pierre, dérivent de persclum = caillou.
  • dans celui de San Salvo dans les Abruzzes[14] :
    • ciarciàvai = branche basse de l'olivier ;
    • mandéle = nappe ;
    • pàttile = feuille de pâte fine ;
    • sciòsce = sœur ;
    • tàte = père ;
    • tràgne = seau ;
    • = tante ;
    • zòca = corde.
  • à Frosolone, dans la Molise[15] :
    • dedicàtt = dédier, issu de l'osque dedícatted.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Davide Monaco, « Samnites The People », Sanniti.info (consulté le 12 octobre 2015)
  2. (en) « Oscan », Ancient Scripts (consulté le 12 octobre 2015)
  3. Strabon, Geografia, V, 3,6.
  4. (it) Giacomo Devoto, « Osci », sur Treccani.it
  5. (it) Dinu Adamesteanu et Mario Torelli, Il nuovo frammento della Tabula Bantina » in Archeologia classica, 21, p. 1-17
  6. (it) « Notice », sur Sanniti.it
  7. (it) Ministero per i Beni culturali e ambientali - Soprintendenza archeologica di Roma, Studi sull'Italia dei Sanniti, Milan, Electa,‎ (lire en ligne), « Il Cippo abellano. Il trattato tra Abella e Nola per l'uso comune del santuario di Ercole e di un fondo adiacente »
  8. (en) I. Tsvetaev, The Corpus of Oscan Inscriptions, Kiev,‎
  9. a, b et c (en) Carl Darling Buck, A Grammar of Oscan and Umbrian with a Collection of Inscriptions and a Glossary, Kessinger Publishing,‎ (1re éd. 1904) (ISBN 1432691325, lire en ligne), p. 22-42
  10. a, b, c, d et e (it) « La lingua Osca », sur Sanniti.info
  11. a, b et c Rédaction : Anna Orlandini & Paolo Poccetti ; Révision : Michèle Fruyt, Peggy Lecaudé, « linguistique:notions », sur dhell.paris,‎
  12. a et b (it) Dino De Luca, « Il Dialetto da ricordare », sur Coriglianocal.it (consulté le 13 octobre 2015)
  13. (it) « L'osco nel dialetto di Guardia Sanframondi, in Campania », sur Softwareparadiso.it (consulté le 13 octobre 2015)
  14. (it) « L'osco nel dialetto di San Salvo, in Abruzzo », sur Softwareparadiso.it (consulté le 13 octobre 2015)
  15. (it) « L'osco nei dialetti molisani », sur Softwareparadiso.it (consulté le 13 octobre 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (la) Wilhelm Paul Corssen, De volscorum lingua commentatio, Naumburg, Heinrich Sieling,‎ (lire en ligne).
  • (en) H. H. Janssen, Oscan and Umbrian Inscriptions, Leiden,‎ .
  • (de) Jürgen Untermann, Wörterbuch des Oskisch-Umbrischen, Heidelberg, Winter,‎ (ISBN 3-8253-0963-0).
  • (de) E. Vetter, Handbuch der italischen Dialekte, Heidelberg,‎ .
  • (en) Rex E. Wallace, The Sabellic Languages of Ancient Italy. Languages of the World/Materials. Bd 371, Munich, Lincom Europa,‎ (ISBN 3-89586-990-2)
  • (en) Carl Darling Buck, A Grammar of Oscan and Umbrian with a Collection of Inscriptions and a Glossary, Kessinger Publishing,‎ (1re éd. 1904) (ISBN 1432691325, lire en ligne)
  • (en) Claudio R Salvucci, A Vocabulary of Oscan Including the Oscan and Samnite Glosses, Southampton, Pennsylvania, Evolution Publishing and Manufacturing Co,‎

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]