Nocturnes, opus 9

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Nocturnes opus 9 de Chopin
Catalogue des œuvres de Frédéric Chopin
Image illustrative de l’article Nocturnes, opus 9
Frédéric Chopin dans les années 1830.

Genre Romantique
Nb. de mouvements No 1 en si bémol mineur
No 2 en mi bémol majeur
No 3 en si majeur
Musique Frédéric Chopin
Effectif Piano
Durée approximative 15 min
Dates de composition 1830-1832
Dédicataire Marie Pleyel (son élève)

Les nocturnes opus 9 de Chopin sont trois nocturnes lyriques romantiques pour piano de Frédéric Chopin. Composés entre 1830 et 1832, ils sont dédiés à son élève Marie Pleyel (une des plus célèbres pianistes virtuoses du XIXe siècle, épouse de son grand ami Camille Pleyel, héritier des pianos Pleyel, et fondateur de la salle Pleyel à Paris). Ils sont publiés à Leipzig en 1832, puis à Londres chez Wessel, et à Paris chez Schlesinger en 1833. Les nocturnes no 1 et 2 (parmi ses 21 nocturnes) font partie des œuvres les plus célèbres de ce maître de la musique romantique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Marie Pleyel, élève de Chopin et dédicataire des nocturnes.

Né en Pologne, Frédéric Chopin est un pianiste prodige dès l'âge de sept ans, et commence sa carrière de compositeur dès l'âge de 12 ans. À 20 ans, il s'installe définitivement à Paris en 1830, en pleine période romantique, où son immense talent lui vaut de devenir rapidement la coqueluche des salons parisiens mondains du Tout-Paris artistique, où il devient ami entre autres avec Hector Berlioz, Franz Liszt, Camille Pleyel (qui lui fourni ses pianos Pleyel), Eugène Delacroix, Honoré de Balzac, George Sand (dont il partage la vie durant 9 ans entre 1838 et 1847)...

Âgé de 20 ans, il compose avec succès ses nocturnes opus 9 en trois pièces entre 1830 et 1832 (composés d'alternances de gaieté et de mélancolie, inspirées des musiques slaves des polonaises et mazurkas de Chopins, et des souvenirs de musique traditionnelle de la Pologne de son enfance). Parmi son important catalogue de valses, préludes, mazurkas, et polonaises, ses célèbres nocturnes lui valent tout particulièrement d'être reconnu comme un des grands maîtres de la musique romantique du XIXe siècle[1].

Composition[modifier | modifier le code]

Fichiers audio
Nocturne en si bémol mineur, opus 9/1
Interprété par Florence Robineau.
Nocturne en mi bémol majeur, opus 9/2
Nocturne en si majeur, opus 9/3
Interprété par Patrizia Prati.

No 1 en si bémol mineur[modifier | modifier le code]

Sur un tempo larghetto, une large ligne mélodique dans le style du bel canto est accompagnée de grands accords arpégés à la main gauche, qui renvoient aux Nocturnes de John Field que Chopin appréciait particulièrement et dont il reprit le schéma formel.

No 2 en mi bémol majeur[modifier | modifier le code]

Les partitions musicales sont temporairement désactivées.

Andante à 12/8.

No 3 en si majeur[modifier | modifier le code]

Allegretto à 6/8.

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

  • François-René Tranchefort, Guide de la musique de piano et de clavecin, Fayard, , p. 223.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Frédéric Chopin Nocturne opus 9/2 », sur pedagogie.ac-toulouse.fr (consulté le 10 juillet 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]