Nefzaouas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Selon Ibn Khaldoun, les Nefzaouas ou Nefuzas ou Nefzawa sont une grande tribu nomade qui appartiendrait aux groupes des Zénètes[1],[2]originaire de l'Algérie. Tariq ibn Ziyad appartient à cette tribu, selon Ibn Khaldoun. La femme de Youssef Ibn Tachfin des Almoravides serait de cette tribu.

Il est à noter pour Ibn Khaldoun, tous les berbères sont directement ou indirectement d'origine Zénète originaire d'Algérie, point sur lequel des historiens anciens (comme Hérodote, Ibn Hazm, Salluste) et contemporains tels qu'entre autres Émile Félix Gautier ou Gabriel Camps divergent. D'une façon plus globale, les récits historiques d'Ibn Khaldoun font l'objet de désaccords ou de discussions.

Selon Ibn Hazm la confédération des Nefzaouas avait pour ancêtre un personnage originaire du Yémen dont l'épouse était berbère. Cet ancêtre appelé Luwata serait d'origine copte ; cette hypothèse fut reprise et démentie par Ibn Khaldoun[3]

Selon le bulletin de géographie de Toulouse, cette tribu est d'origine de Yafran en Libye et du Jérid en Tunisie[4]. les Nefzaouas auraient habité initialement le djebel Nefoussa dans la province de Yafran. Le Nefzaoua est aussi une région de l'actuelle Tunisie.

Histoire et Religion avant l'Islamisation[modifier | modifier le code]

Selon l'historien Ibn Khaldoun, à la veille de la conquête musulmane du Maghreb, plusieurs tribus berbères pratiquaient le judaïsme [5].

Il rapporte : « Une partie des Berbères professait le judaïsme, religion qu'ils avaient reçue de leurs puissants voisins, les Israélites de la Syrie. Parmi les Berbères juifs, on distinguait les Djeraoua, tribu qui habitait l'Auras et à laquelle appartenait la Kahena, femme qui fut tuée par les Arabes à l'époque des premières invasions. Les autres tribus juives étaient les Nefouça, Berbères de l'Ifrikïa, les Fendelaoua, les Medîouna, les Behloula, les Ghîatha et les Fazaz, Berbères du Maghreb-el-acsa [6] ».

Ibn Khaldoun distinguait donc :

  • les Djeraoua (ou Djerawa), tribu qui habitait les Aurès et à laquelle appartenait la Kahena, une reine guerrière berbère qui fut tuée par les Arabes à l'époque des premières invasions
  • les Nefousas (ou Nefzaouas), les berbères de l'Ifriqiya
  • les Fendelaoua, les Medîouna, les Behloula, les Ghîatha et les Fazaz, Berbères du Maghreb-el-acsa (nom arabe correspondant au Maroc).

Les tribus citées sont donc originaires de l'actuelle Tunisie, de l'actuel Algérie et de l'actuel Maroc. Mais Ibn Khaldoun ne donne pas plus de précisions sur ces tribus. Dans d'autres chapitres de son Histoire des Berbères, Ibn Khaldoun traite de la résistance de la Kahena à la conquête arabe ou de l'histoire des tribus citées mais sans plus mentionner leur religion.

Mais d'après Gabriel Camps, les deux tribus berbères, Dejrawa et Nefzaouas, étaient de confession chrétienne avant l'arrivée de l'Islam [7]. Ibn Khaldûn [histoire des Berbères], parle d’un « reste des chrétiens d’autrefois » dans le Nefzawa, qui provenait sans doute des communautés chrétiennes pourchassées par les Almohades triomphants.» [8]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire des Berbères et des dynasties musulmanes de l'Afrique Septentrionale De Ibn Khaldūn, William MacGuckin a Slane
  2. https://books.google.fr/books?id=JLQbAAAAIAAJ&q=nefzaoua&dq=nefzaoua&lr=&pgis=1
  3. Ibn Khaldoun, Histoire des Berbères
  4. Bulletin De Société de géographie de Toulouse. Publié par Impr. Lagarde et Sebille, 1890. Notes sur l'article : v.9. P. 411 version en ligne
  5. Ibn Khaldoun, Histoire des Berbères et des dynasties musulmanes de l'Afrique septentrionale, traduction de William McGuckin de Slane, éd. Paul Geuthner, Paris, 1978, tome 1, pp. 208-209
  6. Ibn Khaldoun, Histoire des Berbères et des dynasties musulmanes de l'Afrique septentrionale, traduction de William McGuckin de Slane, éd. Paul Geuthner, Paris, 1978, tome 1, pp. 208-209
  7. Gabriel Camps, Les Berbères – Aux marges de l'histoire.
  8. Joseph Cuoq, l’Eglise d’Afrique du Nord, du deuxième au douzième siècle, Paris, Le centurion, , 211 p., p172


Voir aussi[modifier | modifier le code]