Musiques Métisses

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Musiques Métisses est un festival de musiques du monde créé en 1976 à Angoulême par Christian Mousset et présidé par Olivier Cazenave. Le festival a lieu tous les ans pendant le week-end de la Pentecôte, au mois de mai. Chaque année des artistes du monde entier viennent présenter leurs concerts, et plus de 60 000 spectateurs viennent partager l’ambiance des concerts comme celle du village du Festival.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Festival Musiques Métisses d'Angoulême, organisé par l'association du même nom, a été créé en 1976 sous l'impulsion de Christian Mousset. Son projet artistique a depuis lors considérablement évolué[1].

Nommé à l'origine « Jazz en France »[2] et consacré à l'origine au jazz et aux musiques improvisées françaises et européennes, il commence rapidement à intégrer les musiques populaires et urbaines d'Afrique, de la Caraïbe, d'Amérique latine et de l'Océan Indien. C'est alors la première manifestation à mettre en valeur les artistes des départements d'Outre-Mer dont l'audience se limitait jusqu'alors aux publics des DOM-TOM[1]. Le terme « Musiques Métisses » fait son apparition sur les affiches du festival en 1985[2].

Jouant un rôle de pionnier, le festival fait découvrir la richesse et la diversité des musiques actuelles du Sud et leur importance dans la « sono mondiale », et combat l'idée que seuls les Européens, notamment les Anglo-saxons, et les Américains, ont le monopole de la modernité. De nombreux musiciens, aujourd'hui internationalement reconnus, ont fait leur première grande scène française à Angoulême, parmi tant d'autres Salif Keïta, Johnny Clegg, Bonga, Khaled, Cheb Mami, Compay Segundo, Celia Cruz, Tito Puente, Danyel Waro, Rokia Traoré, Kassav, Doudou N'diaye Rose, Ismaël Lo[1], Fal Frett, Elida Almeida,...

Musiques Métisses met également en valeur tous les courants nés en France - et pas seulement dans les banlieues - de la rencontre et de la confrontation enrichissantes entre les musiciens de l'hexagone et ceux issus des pays d'immigration. Il est le premier à faire découvrir les grands musiciens du Sud et ceux des diasporas[1].

Accompagnant les mutations de la société française, le festival illustre et défend la diversité et le métissage culturel. Il facilite la circulation des artistes, contribue à l'enrichissement des couleurs musicales en favorisant l'échange, la rencontre, la création et soutient et développe les carrières de jeunes musiciens émergents[1].

Du point de vue des professionnels, Musiques Métisses est à l'origine de la création du premier réseau européen de festivals et de professionnels spécialistes des Musiques du monde ("Zone franche"), et a accompagné l'émergence des professionnels du Sud. Il a exporté son savoir-faire au Japon, aux USA, au Canada, en Afrique et maintenant au Brésil (Musicas Mestiças à Salvador de Bahia en 2010), et a fait bénéficier de son expertise des festivals, tourneurs, producteurs, musiciens, auxquels il a permis de s'intégrer dans le milieu professionnel[1].

En 36 ans, Musiques Métisses est devenu un évènement incontournable pour les artistes du Sud et les professionnels du monde entier. Chaque année, de nombreux programmateurs français et étrangers viennent découvrir de nouveaux talents, un nombre conséquent de contrats et de tournées nationales et internationales a d'ailleurs été signé à Angoulême[1].

Le 22 décembre 2015, le festival manque de disparaître à cause d'un déficit de 140 000 € et du désengagement de la ville d'Angoulême et du département dans l'organisation et le financement de l'événement[3].

Finalement, le festival survit notamment grâce à La Nef[4], un complexe culturel spécialisé dans la musique situé à Angoulême, qui lui fournit un nouveau lieu pour se dérouler. Depuis 2016, le festival a lieu autour de ce complexe.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g Une brève histoire de Musiques Métisses
  2. a et b [PDF] Programmation et affiches des festivals
  3. Mathilde Doiezie, Angoulême : le festival Musiques Métisses meurt à 40 ans, Le Figaro, 23 décembre 2015 (consulté le 29 décembre 2015).
  4. Damien Lechopier, « Accueil », sur www.lanef-musiques.com (consulté le 16 janvier 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]