Mourad Medelci

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mourad Medelci
Illustration.
Mourad Medelci en 2012.
Fonctions
Président du Conseil constitutionnel d'Algérie

(5 ans, 4 mois et 16 jours)
Président Abdelaziz Bouteflika
Prédécesseur Tayeb Belaiz
Successeur Mohamed Habchi (intérim)
Tayeb Belaiz
Ministre des Affaires étrangères

(6 ans, 3 mois et 7 jours)
Président Abdelaziz Bouteflika
Premier ministre Ahmed Ouyahia
Abdelmalek Sellal
Chef du gouvernement Abdelaziz Belkhadem
Ahmed Ouyahia
Gouvernement Belkhadem II
Ouyahia VI, VII, VIII et IX
Sellal I
Prédécesseur Mohamed Bedjaoui
Successeur Ramtane Lamamra
Ministre des Finances

(2 ans, 1 mois et 3 jours)
Président Abdelaziz Bouteflika
Chef du gouvernement Ahmed Ouyahia
Abdelaziz Belkhadem
Gouvernement Ouyahia V
Belkhadem I
Prédécesseur Abdelatif Benachenhou
Successeur Karim Djoudi

(1 an et 4 jours)
Président Abdelaziz Bouteflika
Gouvernement Benflis II
Prédécesseur Abdelatif Benachenhou
Successeur Karim Djoudi
Ministre du Commerce

(10 mois)
Président Chadli Bendjedid
Chef du gouvernement Kasdi Merbah
Gouvernement Merbah
Prédécesseur Mohand Amokrane Cherifi
Successeur Smaïl Goumeziane
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Tlemcen (Algérie)
Date de décès (à 75 ans)
Lieu de décès Alger (Algérie)
Nationalité Algérienne
Parti politique Front de libération nationale (FLN)
Diplômé de Université d'Alger

Mourad Medelci, né le à Tlemcen et mort le à Alger, est un homme politique algérien.

Ministre des Finances à deux reprises entre 2001 et 2007, ministre des Affaires étrangères de 2007 à 2013, il préside le Conseil constitutionnel de 2013 à sa mort.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mourad Medelci est né le 30 avril 1943 à Tlemcen (Algérie)[1].

Licencié en sciences économiques de l'université d'Alger en 1966, il occupera des postes de direction dans plusieurs groupes publics avant de devenir directeur général de la SNTA. À partir de 1980, il entre dans la fonction publique avant d'occuper des postes ministériels ou institutionnels depuis 1988 jusqu'à sa mort.

Entre 1999 et 2001, il est ministre du Commerce. De 2001 à 2002, il occupe les fonctions de ministre des Finances en plein scandale de l’affaire Khalifa. De 2002 à 2005, il est conseiller à la présidence de la République. Il est à nouveau ministre des Finances de 2005 à 2007.

De 2007 à 2013, il occupe le portefeuille de ministres des Affaires étrangères.

En septembre 2013, il est nommé à la tête du Conseil constitutionnel algérien. Il remplace Tayeb Belaiz[2].

Il meurt le 28 janvier 2019 à Alger, moins de trois mois avant la tenue de l'élection présidentielle[3]. Il est inhumé au cimetière Zedek de Ben Aknoun[4].

Détail des mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :