Abraham Serfaty

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Serfaty.

Abraham Serfaty

Naissance 16 janvier 1926
Casablanca, Maroc
Décès 18 novembre 2010 (à 84 ans)
Marrakech, Maroc
Nationalité Drapeau du Maroc Marocaine
Profession
Formation

Abraham Serfaty né le 16 janvier 1926 à Casablanca et mort le 18 novembre 2010 à Marrakech, est un indépendantiste et militant politique marocain. Opposant au régime du roi Hassan II, il passe plus de 17 ans en prison et témoigne de ce qu'il y a vécu. Il a été parfois surnommé « le Mandela marocain »[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille juive tangéroise, militant communiste marocain dès 1944 et lors de son séjour en métropole dans les rangs du PCF de 1945 à 1949, il s'engage ardemment pour l'indépendance de son pays, ce qui lui vaut d'être emprisonné en 1950, et placé en résidence surveillée en 1956.

Ingénieur des mines de formation[2], il participe ensuite à la mise en place des institutions de l'État marocain, à des postes plus techniques que politiques, dont celle de l'enseignement à l'École Mohammadia d'Ingénieurs[3]. En 1970, il rompt avec un Parti communiste marocain (actuel PPS Parti du progrès et du socialisme) qu'il considère comme trop sclérosé et contribue à la fondation de l'organisation d'extrême gauche Ila Al Amame (En avant, actuellement La Voie démocratique, An-nahj Ad-dimoukrati). Arrêté et torturé par le régime de Hassan II en 1972, il entre ensuite dans la clandestinité. Arrêté de nouveau en 1974, il restera emprisonné dix-sept ans, jusqu'en septembre 1991. Il est alors privé de sa nationalité marocaine à cause de sa position à l'égard de la « marocanité » du Sahara occidental et son soutien à l'autodétermination du peuple sahraoui lui vaut d'être expulsé du territoire marocain. En septembre 1999, il est autorisé par le nouveau roi Mohammed VI à rentrer au pays, et sa nationalité marocaine est reconnue officiellement et sans contestation possible.

Abraham Serfaty, comme d'autres Juifs séfarades, par exemple Ilan Halévy ou Henri Curiel, se veut antisioniste. Dans Écrits de prison sur la Palestine, il écrit « Le sionisme est avant tout une idéologie raciste. Elle est l'envers juif de l'hitlérisme [...] Elle proclame l'État d'Israël "État juif avant tout", tout comme Hitler proclamait une Allemagne aryenne. »[4]

Il meurt le 18 novembre 2010, à l'âge de 84 ans dans une clinique de Marrakech[5].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marianne, 19 novembre 2010
  2. École des mines de Paris, promotion 1945.
  3. Abraham Serfaty sur Bibliomonde
  4. Abraham Serfaty, Écrits de prison sur la Palestine, éd. Arcantère, 1992, p. 35
  5. Mort d'Abraham Serfaty, l'un des plus célèbres opposants marocains à Hassan II AFP, 18 novembre 2010

Sources[modifier | modifier le code]

  • Lotfi Chawqui, Abraham Serfati. Itinéraires politiques d'un militant révolutionnaire, La courte échelle-Édition Transit, 2001