Bojan Z

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Bojan Zulfikarpašić

Description de cette image, également commentée ci-après

Bojan Z au Moers Festival 2006, Allemagne

Informations générales
Surnom Bojan Z
Naissance (47 ans)
Belgrade
Activité principale Pianiste, compositeur
Genre musical Jazz
Instruments Piano, Fender Rhodes
Labels Label Bleu, EmArcy - Universal
Site officiel www.bojanz.com

Bojan Zulfikarpašić, plus connu sous le nom de Bojan Z, est un pianiste de jazz franco-serbe né le à Belgrade.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bojan Zulfikarpašić apprend le piano dès l'âge de cinq ans. Tout d'abord familier du folklore yougoslave, il découvre, avec l'adolescence, les Beatles, Bach Claude Debussy et Maurice Ravel[1].

Il devient pianiste dans de petites formations de jazz de Belgrade. Après un passage à New York, au cours duquel il suit la classe de maître de piano de Clare Fisher, puis un retour en Yougoslavie le temps de son service militaire. Il s'installe en France en 1988, où il suit les cours du CIM.

À Paris, il devient, en quelques années, un musicien incontournable de la scène jazz, grâce à ses collaborations avec Michel Portal, Noël Akchoté, Henri Texier (Azur Quartet), Tony Rabeson ou Julien Lourau dont il fait la connaissance par hasard au cours du festival Jazz à La Défense en 1990, et qui devient l'un des musiciens avec lesquels il se produit le plus.

En 1992, le quartet qu'il forme avec Julien Lourau, François Merville et Marc Buronfosse remporte le premier prix de groupe au concours national de jazz de la Défense.

Il joue dans le « AZUR quintet » de Henri Texier. Le nom du groupe a été trouvé par Henri Texier qui, à l'époque, jouait dans plusieurs groupes. Le groupe avec Bojan Z était le groupe « à ZUlfikarpašić », et « RAbeson » (Tony Rabeson, le batteur du groupe), qui devint « ZU-RA » puis, par érosion de langage et rapprochement à des mots courants « AZUR ».

Comme son nom n'était pas très facile à retenir ni à prononcer par les francophones, Bojan l'a réduit lui-même à Bojan Z (prononcer « BoY-ane Zed ») et a enregistré son premier album sous ce nom dès 1993.

Il sort Koreni (1998) et son premier disque en solo, intitulé Solobsession (2001), album enregistré pendant sa résidence au théâtre de Coutances[2]).

Il part dans une aventure new-yorkaise avec son album Transpacifik, en 2003 où il abandonne ses partenaires habituels pour deux des musiciens de sessions d'enregistrement américains parmi les plus talentueux : Scott Colley et Nasheet Waits.

Il remporte le prix Hans Koller en 2005 comme meilleur artiste européen de jazz[3].

L'année suivante (2006) sort l'album Xenophonia, dont le nom, construit à partir de « xenos », « l'étranger » en grec, est une référence à sa situation en tant que franco-serbe[4]. Sur cet album Bojan Z joue du « xénophone », instrument de son invention, sorte de Fender Rhodes trafiqué, avec un tempérament différent de celui du piano, proche de celui de la musique « arabe ». Bojan ajoute à cet instrument de nombreuses pédales d'effet (distorsion, phaser...) ce qui finit par le rapprocher d'une guitare électrique[4]. Cet album est « meilleur album de l'année » aux Victoires du jazz 2007.

En 2009 sort Humus chez Universal Jazz, avec les musiciens londoniens Sebastian Rochford, Ruth Goller ainsi que le tromboniste américain Josh Roseman.

Enregistré en Italie, Soul Shelter, deuxième album en solo solo après Solobsession, sort le 27 février 2012 chez EmArcy.

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

En tant que leader[modifier | modifier le code]

En tant que musicien de sessions d'enregistrement[modifier | modifier le code]

Avec Henri Texier
  • 1993 : « Azur quartet », An Indian's Week (Label Bleu)
  • 1995 : « Sonjal septet », Mad Nomad(s) (Label Bleu)
  • 1998 : « Azur quintet », Mosaïc Man (Label Bleu)
  • 2002 : « Azur quintet », String Spirit (Label Bleu)
Avec Michel Portal
Avec Nguyên Lê
  • 1997 : Maghreb Friends (ACT)
  • 2002 : Purple-celebrating Jimi Hendrix (ACT)
Avec Julien Lourau
  • 2001 : The Rise (Label Bleu)
  • 2005 : Fire and Forget (Label Bleu)
Autres

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Biographie de Bojan Z », sur bojanz.com (consulté le 10 novembre 2013).
  2. Voir les notes de la pochette de l'album.
  3. a et b (en) « European Jazzprice, Hans Koller award », sur hanskollerpreis.at (consulté le 10 novembre 2013).
  4. a et b Vincent Bessières, « Bojan Z, le xénophile et le xénophone, Jazzman no 124 », sur musiquefrancaise.net,‎ (consulté le 10 novembre 2013).
  5. « Les lauréats du prix Django Reinhardt (meilleur musicien français de l'année) décerné par l'Académie du Jazz, depuis 1955. », sur academiedujazz.com (consulté le 10 novembre 2013).
  6. Communiqué de l'Agence France-Presse, « Victoires du Jazz : Bojan Z et Sandra Nkake consacrés », sur fipradio.fr,‎ (consulté le 10 novembre 2013).

Liens externes[modifier | modifier le code]