Manuscrit trouvé à Saragosse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la littérature <adjF> image illustrant un livre
Cet article est une ébauche concernant la littérature et un livre.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Manuscrit trouvé à Saragosse
Image illustrative de l'article Manuscrit trouvé à Saragosse

Auteur Jan Potocki
Pays Pologne
Genre Roman
Version originale
Langue français

Manuscrit trouvé à Saragosse est un roman fantastique de l'écrivain polonais francophone Jean Potocki, composé initialement sur le modèle du Décaméron. Potocki en a écrit trois versions différentes : une de 1794, une autre en 1804, composée de quarante-cinq journées et abandonnée, puis une dernière en 1810, composée de soixante-et-une journées achevées se terminant par un épilogue.

Le roman[modifier | modifier le code]

Personnages[modifier | modifier le code]

  • Alphonse van Worden, le narrateur
  • Cheik Gomelez, mystérieux conspirateur
  • Émina et Zibeddé, sœurs jumelles et princesses mauresques.
  • L’ermite
  • Pascheco, domestique démoniaque de l’ermite
  • Don Pedro Uzeda, cabaliste
  • Donna Rébecca Uzeda, sœur du cabaliste
  • Ahasuerus, Juif errant
  • Don Pedro Velasquez, géomètre
  • Don Avadoro, chef gitan
  • Don Toledo, chevalier amoureux
  • Busqueros, méchant
  • Les frères de Zoto, bandits à la potence. Zoto lui-même se cache quelque part dans les montagnes voisines.

Sujet[modifier | modifier le code]

Sur fond de Guerres napoléoniennes et du siège de Saragosse (1809), le jeune Alphonse Van Worden arrive en Espagne avec le grade de capitaine des Gardes wallonnes. Après avoir découvert un livre dans une maison abandonnée, il se voit entraîné dans une étrange aventure, qui prendra l’allure d’une épreuve initiatique. Pendant les deux mois qu’il va passer dans la chaîne des Alpujarras de la Sierra Morena plusieurs personnes vont ainsi lui raconter l’histoire de leur vie. À l'intérieur de ces récits, d'autres narrations faites par d’autres personnes qui relatent à leur tour des histoires qu’elles ont entendues, survenues des années auparavant, viendront s'intercaler, jusqu'à créer une quintuple mise en abîme.

Le texte comprend soixante-six « journées », à la manière de L'Heptaméron de Marguerite de Navarre ou du Décaméron de Boccace, chacune d'entre elles renfermant plusieurs nouvelles qui s'emboîtent les unes dans les autres.

Sort du texte et révélation tardive[modifier | modifier le code]

Le texte du Manuscrit demeura presque inconnu au XIXe siècle. Seule une traduction en polonais, faite en 1847, donnait le texte dans son intégralité. Ce n'est qu'en 1958 que Roger Caillois fit redécouvrir ce livre et publia une première édition en français (langue originale du roman), mais qui ne représentait qu'un quart du texte environ. Il faut attendre 1989 pour que René Radrizzini donne une version complète de ce roman baroque, une des merveilles de la littérature de langue française des années 1750-1850.

Commentaires[modifier | modifier le code]

Dans la dixième journée de la vie d'Alphonse van Worden, le héros trouve sur la table un gros volume, écrit en caractères gothiques, dont le titre était Relations curieuses de Hapelius et ouvert au début d'un chapitre où est relatée l'Histoire de Thibaud de la Jacquière. Or, en 1822, Charles Nodier publia un récit dans Infernaliana (Éd. Sanson) sous le titre Les Aventures de Thibaud de la Jacquière. Dans ses notes accompagnant l'édition des Contes de Charles Nodier aux Éditions Garnier, Pierre-Georges Castex observe que la formulation « publié par Ch. N. » ne signifie nullement que Charles Nodier en soit, à proprement parler, l'auteur. En fait on retrouve l'origine de cette histoire dans Les Histoires tragiques de nostre temps de François de Rosset, qui avaient connu dès leur publication, en 1614, un succès exceptionnel (Histoire X : D'un démon qui apparaissait en forme de damoiselle au lieutenant du chevalier du guet de la ville de Lyon. De leur accointance charnelle, et de la fin malheureuse qui en succéda).

Éditions[modifier | modifier le code]

Adaptations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  • Jan Herman, Le "Manuscrit trouvé à Saragosse" et ses intertextes, actes du colloque, Peeters, Louvain 2001 (ISBN 90-429-0989-7)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La Duchesse d'Avila (Manuscrit trouvé à Saragosse), Gallimard, coll. « Folio », 1972.

Lire aussi[modifier | modifier le code]