Sierra Morena

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Morena.
Sierra Morena
Carte de l'Espagne montrant la Sierra Morena dans le Sud.
Carte de l'Espagne montrant la Sierra Morena dans le Sud.
Géographie
Altitude 1 324 m, Pic Bañuelas
Longueur 450 km
Largeur 75 km
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communautés autonomes Estrémadure
Andalousie
Castille-La Manche
Provinces Badajoz
Huelva, Séville, Cordoue, Jaén
Ciudad Real
Géologie
Âge 300 millions d'années
Roches Granite, quartzite, schiste, gneiss

La sierra Morena est une chaîne de montagne dans le Sud de l'Espagne, au nord de Cordoue. Bien qu'elle soit peu peuplée, elle reste relativement isolée et sauvage. Elle abrite ainsi plusieurs zones naturelles protégées.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom Sierra Morena signifie littéralement « chaîne de montagnes brune », probablement en raison de la nature de ses roches et de la végétation. Elle est également mentionnée sous le nom de Sierra Mariánica.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue dans le Despeñaperros.

La sierra Morena s'étend sur 450 kilomètres d'ouest en est dans le Sud de l'Espagne, séparant la Meseta au nord-est et la vallée du Guadiana du nord à l'ouest de la vallée du Guadalquivir au sud. La communication entre ses deux versants se fait principalement par le défilé de Despeñaperros. Elle culmine à 1 324 mètres d'altitude au pic Bañuelas ; le Corral de Borros s'élève à 1 312 m et le cerro de la Estrella à 1 298 m d'altitude. Si son altitude moyenne est relativement faible, elle présente un relief homogène. Le dénivelé est négligeable depuis la Meseta mais plus important depuis la dépression bétique.

La chaîne se compose de granite, de quartzite, de schiste et de gneiss d'âge paléozoïque. Elle s'est soulevée par le rapprochement de la plaque africaine[1].

Elle abrite un des derniers habitats naturels du Lynx pardelle, une espèce en danger. Le Pleurodèle de Waltl est un amphibien quasi-menacé peuplant les sources et les mares. Parmi les autres espèces figurent le Loup ibérique, le sanglier, le Cerf élaphe, l'Aigle ibérique et l'Aigle royal.

Histoire[modifier | modifier le code]

Durant l'Antiquité romaine, tout ou partie de la sierra Morena est connue sous le nom de Marianus Mons. Le géographe Ptolémée[2] indique que Marianus Mons se trouve en Bétique. Son existence est rapportée par Tacite[3], à propos de l'exécution de Sextus Marius sur ordre de Tibère. Marius, l'homme le plus riche d'Espagne, y exploite des mines d'or comme concessionnaire du peuple romain. Faussement accusé d'inceste avec sa fille unique, il est jeté au bas de la roche Tarpéienne en 33 et sa fortune confisquée au profit de l'empereur.

Le plomb, l'argent et le mercure ont également été exploités.

Jusqu'au XVIIIe siècle, la sierra Morena est un repaire de bandits de grand chemin[4]. Sous le règne de Charles III, Pedro Rodríguez de Campomanes élabore un plan afin de peupler les montagnes. Le but est d'offrir autant de haltes potentielles pour les voyageurs et les mettre à l'abri des pillages. La région de La Carolina est alors colonisée par des fermiers allemands, suisses ou encore flamands[5].

Durant la guerre d'Espagne, la sierra Morena est le théâtre de plusieurs batailles. Celle de Cerro Muriano, au cours de l'offensive de Cordoue en , est devenue célèbre pour la photographie Mort d'un soldat républicain prise par Robert Capa, en tant que symbole du destin tragique de la Seconde République espagnole[6],[7]. La bataille de Valsequillo, ou bataille de Peñarroya, s'est déroulée dans la partie occidentale de la chaîne, sur la ligne de front estrémègne, entre le et le , vers la fin du conflit[8].

Protection environnementale[modifier | modifier le code]

Vue de la sierra de Andújar.

La sierra Morena abrite plusieurs parcs et sites naturels :

Une partie de cette chaîne montagneuse, en particulier pouvant être pâturée par le bétail, est reconnue réserve de biosphère par l'UNESCO depuis 2002, sous le nom de « pâturages de la sierra Morena »[9].

Dans la culture[modifier | modifier le code]

La sierra Morena apparaît dans le roman Don Quichote (début du XVIIe siècle. Après que Sancho Panza et Don Quichotte ont libéré des forçats enchaînés par la Sainte-Hermandad en route pour les galères, l'écuyer suggère que son maître et lui se réfugient dans les montagnes. Là, Don Quichotte médite sur les fardeaux de la chevalerie[10]. Dans la satire Candide (chapitres 9 et 10), Voltaire y fait s'arrêter les deux personnages durant leur fuite de Lisbonne.

La nouvelle Sierra-Morena (1793), où l'écrivain russe Nikolaï Karamzine raconte l'histoire son amour avec la jeune Elvira, est dédiée à la chaîne de montagnes.

Ses paysages sont également le cadre de la plupart des événements mystérieux et surnaturels du Manuscrit trouvé à Saragosse, roman de Jan Potocki écrit à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle.

La sierre Morena jouit d'une forte réputation dans le folklore espagnol, avec des mythes sur les bandits (Los bandidos de Sierra Morena), un serpent géant (El Saetón de Sierra Morena), un enfant sauvage élevé par les loups, Marcos Rodríguez Pantoja[11], et bien d'autres[12].

Elle est mentionnée dans la chanson mexicaine Cielito lindo (1882) et dans une des plus célèbres chansons traditionnelles espagnoles, Soy Minero (littéralement « Je suis mineur »), interprétée par Antonio Molina.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Wes Gibbons, Teresa Moreno, The geology of Spain, Geological Society of London, 2003.
  2. Ptolémée, liv.II, c.IV.
  3. Tacite, annales, 6.10.
  4. (es) De Bandidos y Bandoleros Sorianos en la Berlanga del XVIII
  5. (es) Cayetano Alcázar Molina, Las colonias alemanas de Sierra Morena. Notas y documentos para su historia, Université de Murcie, Madrid, 1930
  6. (es) El combate de Cerro Muriano y la foto de robert capa
  7. (es) La identidad de "Taino" en una foto atribuida a Robert Capa
  8. (en) Antony Beevor, The Battle for Spain. The Spanish Civil War, 1936-1939, Penguin Books, 2006, Londres, page 375.
  9. (en) « Biosphere Reserve Information LAS DEHESAS DE SIERRA MORENA », sur UNESCO (consulté le 23 mars 2015)
  10. (en) [PDF] José C. Nieto, Don Quixote's Penance in Sierra Morena, Juniata College, 2006.
  11. (es) La historia del niño lobo de Sierra Morena, 26 mai 2010
  12. (es) Leyendas vivientes de Sierra Morena

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]