Hydathode

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Section d’une feuille de Primula sinensis montrant des hydathodes.

Un hydathode (du grec hydat-, « eau » et hodos, « voie », terme créé en 1894 par le botaniste autrichien Gottlieb Haberlandt[1]) est un tissu secréteur qui rejette l'eau issue d'un parenchyme aquifère ou d'un vaisseau de xylème par des orifices aménagés entre des cellules épidermiques foliaires[2]. Cet orifice aquifère ou pore opère notamment lors du phénomène de guttation par exsudation de gouttelettes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) A. Fahn, Secretory tissues in plants, Academic Press, , p. 7.
  2. Pierre Meerts, Botanique I : Première partie - Histologie et anatomie des plantes à graines, Presses Universitaires de Bruxelles, 6e éd., 113 p., p. 43