Mansonia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Les Mansonia forment un genre de moustiques de la famille des Culicidae, de la sous-famille des Culicinae. Ce genre regroupe 24 espèces de moustiques plutôt grands et foncés (bruns ou noirs) classés en 2 sous-genres : Mansonia et Mansonioides.

Taxonomie[modifier | modifier le code]

Les Mansonia sont proches des Coquillettidia avec lesquels ils sont regroupés dans la tribu des Mansoniini, mais les larves des seconds vivent le plus souvent en parasitant les racines de plantes au niveau de la vase dans un milieu anoxique, alors que celles des Mansonia vivent plutôt sous la surface, protégée sous les feuilles de plantes flottantes (Pistia stratiotes et jacinthe d'eau le plus souvent).

Description[modifier | modifier le code]

Morphologie : Chez les adultes, les ailes possèdent de larges écailles en forme de cœur, noires ou blanches donnant un aspect poivre et sel à l’aile. Les adultes se caractérisent également par la présence de 6 anneaux blancs sur les tarses de la patte III.

D'autres espèces de Culicidae possèdent de telles écailles : Mimomyia mediolineata, Aedes furcifer, Aedes taylori, Aedeomyia africana, Aedeomyia furfurea.

Les soies acrosticales sont peu développées et les soies postspiraculaires sont présentes. Les palpes du mâle sont un peu plus longs que le proboscis, l’avant-dernier palpomère créant un « cassure » sur le palpe.

Biologie[modifier | modifier le code]

Comme chez les Culicinae (mais c'est un fait rare chez les moustiques), la larve respire en parasitant la tige d'un végétal dans lequel elle insère son siphon. Cette espèce est de ce fait peu accessible à tout traitement de contrôle chimique des populations.

Les végétaux-hôtes de la larve peuvent être variés, mais il s'agit surtout de Pistia ou de grandes plantes flottantes.

La plupart des espèces au stade adulte ont une activité nocturne, les femelles étant très agressives pour l'homme au moment où elles recherchent leur repas de sang.

Aire de répartition[modifier | modifier le code]

Deux espèces seules sont présentes en Afrique : Mansonia africana qui est confinée à l’Afrique mais y est abondante, et Mansonia uniformis s'étendant de plus aux régions orientale et australasienne. Les autres espèces se rencontrent en région néotropicale, orientale et asiatique.

Intérêt écoépidémiologique et épidémiologique[modifier | modifier le code]

Certaines espèces sont de redoutables nuisants de par les piqûres qu'elles infligent en masse. Plusieurs espèces sont anthropophiles.

Certaines ont été trouvées infectées naturellement par des arbovirus ou microfilaires, qu'elles peuvent transmettre à l'Homme ou à des animaux.

  • Des espèces du genre Mansonia transmettent une filariose lymphatique : la filariose de Malaisie (Brugia malayi). Des espèces vivant dans des marécages ouverts (Mansonia uniformis, M. annulifera, M. indiana) sont vectrices de l’Inde jusqu’en Asie de l’est. Des espèces zoophiles et rurales, Mansonia bonneae, M. dives et M. uniformis sont vectrices en Thaïlande, Malaisie et aux Philippines.
  • La filariose de Malaisie (ou filariose lymphatique orientale) due à Brugia malayi, est exclusivement asiatique (Asie du Sud-Est, Inde, Sri Lanka, Corée et Chine).

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Mansonia est le nouveau de Panoplites Theobald 1901 préoccupé par Gould 1853 (Aves).

Liste des espèces mondiales[modifier | modifier le code]

Selon Harbach (2007)[2]

  • Sous genre Mansonia Blanchard, 1901
    • Mansonia (Mansonia) amazonensis (Theobald, 1901)
    • Mansonia (Mansonia) cerqueirai (Barreto & Coutinho, 1944)
    • Mansonia (Mansonia) chagasi (da Costa Lima, 1935)
    • Mansonia (Mansonia) dyari Belkin, Heinemann & Page, 1970
    • Mansonia (Mansonia) flaveola (Coquillett, 1906)
    • Mansonia (Mansonia) humeralis Dyar & Knab, 1916
    • Mansonia (Mansonia) iguassuensis Barbosa, da Silva & Sallum, 2007
    • Mansonia (Mansonia) indubitans Dyar & Shannon, 1925
    • Mansonia (Mansonia) leberi Boreham, 1970
    • Mansonia (Mansonia) pessoai (Barreto & Coutinho, 1944)
    • Mansonia (Mansonia) pseudotitillans (Theobald, 1901)
    • Mansonia (Mansonia) suarezi Cova Garcia & Sutil Oramas, 1976
    • Mansonia (Mansonia) titillans (Walker, 1848)
    • Mansonia (Mansonia) wilsoni (Barreto & Coutinho, 1944)
    • Mansonia (Mansonioides) africana (Theobald, 1901)
    • Mansonia (Mansonioides) annulata Leicester, 1908
    • Mansonia (Mansonioides) annulifera (Theobald, 1901)
    • Mansonia (Mansonioides) bonneae Edwards, 1930
    • Mansonia (Mansonioides) dives (Schiner, 1868)
    • Mansonia (Mansonioides) indiana Edwards, 1930
    • Mansonia (Mansonioides) melanesiensis Belkin, 1962
    • Mansonia (Mansonioides) papuensis (Taylor, 1914)
    • Mansonia (Mansonioides) septempunctata Theobald, 1905
    • Mansonia (Mansonioides) uniformis (Theobald, 1901)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ralph Harbach, « Genus Mansonia Blanchard, 1901 », Mosquito Taxonomic Inventory, (consulté le 29 novembre 2012)
  2. Référence : Harbach, 2007

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gozhenko VA (1982) Fertility of the female Mansonia richiardii (Culicidae) in the area surrounding the Kakhovka reservoir.Parazitologiia, 16(2): 131-135
  • Turell, Michael J.; Britch, Seth C.; Aldridge, Robert L.; Kline, Daniel L.; Boohene, Carl; Linthicum, Kenneth J. (2013) Potential for Mosquitoes (Diptera: Culicidae) From Florida to Transmit Rift Valley Fever Virus. Journal of Medical Entomology 50(5): 1111-1117