Mai 1940 (Seconde Guerre mondiale)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Chronologies
Années :
1937 1938 1939  1940  1941 1942 1943
Décennies :
1910 1920 1930  1940  1950 1960 1970
Siècles :
XIXe siècle  XXe siècle  XXIe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire
Chronologie de la Seconde Guerre mondiale
Jan - Fév - Mar - Avr - Mai - Jun
Jul - Aou - Sep - Oct - Nov - Déc
Chronologies géographiques
Chronologies thématiques
Aéronautique Architecture Arts plastiques Automobile Bande dessinée Chemins de fer Cinéma Dadaïsme et surréalisme Disney Droit Échecs Économie Fantasy Football Littérature Musique populaire Musique classique Numismatique Parcs de loisirs Photographie Radio Santé et médecine Science Science-fiction Sociologie Sport Télévision Terrorisme Théâtre
Calendriers
Romain · Chinois · Grégorien · Hébraïque · Hindou · Musulman · Persan · Républicain

Chronologie de la Seconde Guerre mondiale

Avril 1940 - Mai 1940 - Juin 1940

  • 1er mai :
    • Début de l'évacuation du corps expéditionnaire franco-britannique à Namsos. L'effort se concentre alors sur Narvik où les Français sont parvenus à prendre pied.
  • 5 mai :
    • Le gouvernement norvégien en exil s'installe à Londres.
  • 9 mai :
    • La conscription au Royaume-Uni est prolongée jusqu'à l'âge de 36 ans.
  • 10 mai :
    • Offensive générale allemande à l'Ouest contre les Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg et la France : les Alliés la nommeront la bataille de France. Dès le premier jour de combat, les armées et les places fortes belges et hollandaises sont submergées. La Belgique accepte, enfin mais trop tard, l'intervention des forces franco-britanniques : jusqu'au bout, et malgré les évidences, la Belgique s'était accrochée à l'espoir du respect de sa neutralité.
    • L'élite des forces franco-britannique, stationné sur la frontière belge, reçoit l'ordre de se porter en avant, avec comme objectif (déjà illusoire !) d'organiser la défense le long de l'Escaut et de la Meuse.
    • Winston Churchill devient Premier ministre, succédant à Arthur Neville Chamberlain, démissionnaire. Son programme : la guerre, rien que la guerre. Il promet aux Britanniques, dans un discours devenu célèbre « de la peine, du sang, de la sueur et des larmes ».
    • Mobilisation générale en Suisse (voir aussi incidents aériens).
  • 12 mai :
    • Les Allemands atteignent la Meuse française, et la franchissent. Toute la semaine suivante sera caractérisée par une consternante absence de réaction du haut commandement.
  • 13 mai :
    • Le gouvernement hollandais en exil s'installe à Londres.
    • Débarquement franco-britannique à Narvik (13 mai-7 juin). La Légion Étrangère prend pied sur les hauteurs de Bjerkvik.
    • Percée de Sedan des troupes blindées allemandes du général Guderian. Le général Rommel se distingue.
    • Effondrement du front belge.
    • Discours de Winston Churchill à la Chambre des communes
    • Bataille de Monthermé entre forces françaises et allemandes.
  • 14 mai :
    • Le front français est enfoncé à Sedan ;
    • La création des volontaires locaux de la défense (la Home Guard) est annoncée par Anthony Eden.
  • 21 mai :
    • Les villes d'Arras et d'Amiens sont prises. Les Allemands atteignent la Manche ; l'armée française est coupée en deux, ses meilleures unités encerclées en Belgique. Mais Hitler interdit aux Panzerdivisionen de compléter l'encerclement par la capture des ports et plages.
  • 28 mai :
    • Capitulation de l'armée belge.
    • Le gouvernement britannique décide d’accélérer la mise en place de la défense de Londres.
    • Des troupes norvégiennes et polonaises repoussent les Allemands jusqu'à la frontière suédoise.
  • 29 mai :
    • Les Alliés reprennent Narvik aux Allemands et détruisent les installations portuaires.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La France occupée de Bruno Kartheuser page 18
  2. Source.