Madame Gonthier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Madame Gonthier
Madame Gonthier (cropped).jpg
Mme Gonthier, rôle de Perrette dans Fanfan et Colas (1822)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
Sépulture
Nom de naissance
CarpentierVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonymes
La bonne mère Gonthier
Maman Gonthier
La bonne GonthierVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Rose Françoise Carpentier dite Madame Gonthier, née le à Metz[1] et morte le à Paris, est une comédienne et artiste lyrique française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ses dispositions pour l'art théâtral se serait révélées dès l'enfance, et quelques succès de société prouvent son aptitude pour les rôles comiques[2]. Elle joue en province et à Bruxelles de 1771 à 1777[3], elle fait partie de la troupe du prince Charles de Lorraine[4] au théâtre de la Monnaie.

Elle débute en 1778, comme pensionnaire à la Comédie-Italienne[5], rue Mauconseil. À ces débuts, elle tient l'emploi des soubrettes[6], mais encore jeune, elle se consacre à l'emploi des duègnes[1] et des vieilles paysannes[2]. Elle joue le 18 mars de la même année, Simone dans Le Sorcier de Philidorv, ensuite la mère Bobi, dans Rose et Colas, Alix, dans Les Trois fermiers de Dezède[7].

En 1779, elle est admise comme sociétaire de la Comédie-Italienne. Elle joue successivement la comédie et l'opéra-comique. Son apparition au théâtre de la salle Favart, en 1783 est marquée par des triomphes. Elle quitte ce théâtre suite à un démêlé avec la direction et contracte, en 1793, un engagement avec le théâtre de la République mais madame Gonthier n'est pas là « dans sa sphère »[2]. Elle joue à Lille en 1798-1799[7].

En 1801, elle fait partie de la nouvelle société des acteurs de l’Opéra-Comique[1],[2].

Parmi les nombreuses créations qui marque sa carrière, Alix de Blaise et Babet de Dezède (1783), Perrette dans Fanfan et Colas (1784), Babet dans Philippe et Georgette (1791), la vieille paysanne dans Adèle et Dorsan (1795), madame Bernard dans Marianne, Mopsa du Jugement de Midas[8],[2].

En 1807, une représentation à son bénéfice est donnée à l'Opéra de Paris en présence de l'impératrice Joséphine de Beauharnais[9].

Elle fait ses adieux à l'Opéra-Comique en 1812[1].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Elle épouse en premières noces, Charles-Adrien Gontier, comédien à Bruxelles[3], puis à Versailles[10],[7], et en deuxièmes noces François Allaire (†1828[11]), coryphée de l'Opéra-Comique, en 1798[12],[2],[7].

Selon Sainte-Beuve, elle aurait eu une relation amoureuse avec Florian en 1778 et inspiré le personnage d'Estelle d'Estelle et Némorin (1788)[6].

Création[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
Références
  1. a b c et d Le Bas 1840-1845, p. 13.
  2. a b c d e et f Escudier et Escudier 1856.
  3. a et b Kim Bethume et Jean-Philippe Huys, Espace et parcours dans la ville, Bruxelles au XVIIIe siécle, Bruxelles, Editions de l'Université de Bruxelles, (lire en ligne), p. 109
  4. André Ernest Modeste Grétry, Ernest Closson et Lucien Solvay, Réflexions d'un solitaire, Bruxelles & Paris, G. van Oest & cie, (lire en ligne)
  5. Les Comediens Du Roi de la Troupe Italienne, Slatkine (lire en ligne)
  6. a et b Pilon 1925.
  7. a b c et d Lyonnet.
  8. Fabien Pillet, La Nouvelle lorgnette de spectacles, (lire en ligne), p. 117
  9. « Journal de l'Empire », sur Gallica, (consulté le 24 octobre 2020)
  10. Les Comediens Du Roi de la Troupe Italienne, Slatkine (lire en ligne)
  11. « Opera Cantatrices », sur www.artlyriquefr.fr (consulté le 24 octobre 2020)
  12. Fabien Pillet, La Nouvelle lorgnette de spectacles, (lire en ligne), p. 9
  13. Jacques-Marie Boutet de Monvel et Dezède, Blaise et Babet, ou la Suite des Trois Fermiers: Comédie en deux actes, mêlée d'ariettes, Chez Broulhiet, (lire en ligne)
  14. Jean-François de La Croix, Dictionnaire portatif des femmes célèbres, (lire en ligne)
  15. (en) « Pierre le Grand », dans Wikipedia en anglais, (lire en ligne)
  16. « Le Chêne patriotique ou la matinée du 14 juillet », sur theatre1789-1815.e-monsite.com (consulté le 23 octobre 2020)
  17. Jacques-Marie Boutet de Monvel, Philippe et Georgette , comédie en un acte, mêlée d'ariettes., (lire en ligne)
  18. Nicolas Dalayrac (1753-1809), Adèle et Dorsan, (lire en ligne)
  19. Étienne-Nicolas Méhul (1763-1817), Le jeune Henri, (lire en ligne)
  20. Almanach des muses, chez Delalain l'aîné (lire en ligne)
  21. Jacques Benoît Demautort, Vadé chez lui: comédie en un acte et en vaudevilles, mêlée de scènes du genre grivois, Louis, (lire en ligne)
  22. Charles-Guillaume Étienne, Oeuvres de C.-G. Étienne, Tome 1, Paris, Firmin-Didot frères, 1846-1853, 544 p. (lire en ligne), p. 219
  23. « Journal des débats et des décrets », sur Gallica, (consulté le 24 octobre 2020)
  24. « Journal des débats et des décrets », sur Gallica, (consulté le 24 octobre 2020)
  25. « Le Spectateur du Nord », sur Gallica, (consulté le 25 octobre 2020)
  26. François-Adrien Boïeldieu, « Ma tante Aurore ou le Roman impromptu. Opéra bouffon en 2 actes. Paroles de Longchamps. », sur Gallica (consulté le 24 octobre 2020)
  27. Fabien Pillet, « Année théâtrale », sur Gallica, (consulté le 24 octobre 2020)
  28. (OCLC 496558311)
  29. « Journal des débats et des décrets », sur Gallica, (consulté le 24 octobre 2020)
  30. « Un quart-d'heure de silence », sur theatre1789-1815.e-monsite.com (consulté le 24 octobre 2020)
  31. « Journal de l'Empire », sur Gallica, (consulté le 24 octobre 2020)
  32. « Journal de l'Empire », sur Gallica, (consulté le 24 octobre 2020)
  33. Pierre-David Lemazurier et Fabien Pillet, « L'Opinion du parterre, ou Censure des acteurs, auteurs et spectateurs du Théatre français », sur Gallica, (consulté le 24 octobre 2020)
  34. « La Sourde et Muette », sur theatre1789-1815.e-monsite.com (consulté le 25 octobre 2020)
  35. Louis Jadin (1768-1853), Fanfan et Colas ou les frères de lait, (lire en ligne)
  36. « Jadin Louis-Emmanuel (1768-1853) », sur www.musicologie.org (consulté le 24 octobre 2020)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François-Joseph Fétis, Biographie universelle des musiciens et bibliographie générale de la musique. Tome 4, Bruxelles, 1837-1844, 504 p. (lire en ligne), p. 371
  • Philippe Le Bas, L'Univers. France : dictionnaire encyclopédique, T. 9, Paris, 1840-1845 (lire en ligne), p. 13.
  • Marie Escudier et Léon Escudier, Vie et aventures des cantatrices célèbres, Paris, , 380 p. (lire en ligne), p. 115-118.
  • Henry Lyonnet, Dictionnaire des comédiens français, ceux d'hier,T. 2. E-Z, Genève (lire en ligne), p. 146.
  • Edmond Pilon, « L'Estelle de Florian, Madame Gonthier », Revue des deux mondes, vol. 26, no 4,‎ , p. 907-929 (lire en ligne, consulté le 25 octobre 2020).
  • Edmond Pilon, Amours mortes. Belles Amours. Un poète de Marie Stuart: M. de Maisonfleur. Maucroix et la marquise de Brosses. Au pays de Louise de La Vallière. L'"Estelle" de Florian : Madame Gonthier. Une figure d'Alsace : la baronne d'Oberkirch. Ondine Valmore, Impr.-libr.-éditeurs Plon-Nourrit et Cie, 8, rue Garancière (VIe), (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :