Représentation à bénéfice

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La représentation à bénéfice est une technique de rémunération des artistes en usage aux XVIIIe et XIXe siècles. Le contrat qui liait un comédien ou un chanteur à son théâtre pouvait prévoir de laisser à l'artiste, à la fin de ce contrat (généralement lors de ses adieux), le « bénéfice » de sa dernière représentation.

Cette technique pouvait être aussi totalement déconnectée d'un contrat avec un théâtre. Par exemple, en 1874, plusieurs personnalités du monde artistique (Olivier Halanzier, Victorien Sardou, Ismaël, Émile Blavet) s'associent pour organiser un « bénéfice » en faveur de Virginie Déjazet[1]. Celle-ci, déjà à la retraite depuis plusieurs années, remonta sur les planches à cette occasion.

Enfin, les artistes et les directeurs de théâtre pouvaient se mobiliser aussi pour toute cause qui leur paraissait utile, par exemple « au bénéfice des victimes de l'inondation », le 31 décembre 1872[2].

On pourra trouver d'autres descriptions humoristiques de cette pratique[3] ou plus sérieuses, mais faisant état de dérives, à propos de la représentation à bénéfice au Théâtre-Français[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]