Henri-Joseph Rigel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rigel (homonymie).

Henri-Joseph Rigel, né à Wertheim le et mort à Paris le , est un compositeur français d'origine allemande. Ses fils Louis Rigel (1769-1811) et Henri Jean Rigel (1772-1852) sont également compositeurs.

Biographie[modifier | modifier le code]

Rigel reçoit sa formation musicale d'abord auprès de son père, puis auprès de Niccolò Jommelli et François-Xavier Richter à Mannheim. En 1767, il s'installe à Paris, où il connaît rapidement le succès au Concert Spirituel, pour lequel il composa plusieurs oratorios et dont il est pour quelque temps le directeur. À partir de 1783, il est professeur de solfège à l'École royale de chant. Après la Révolution, il est professeur de piano de « première classe » au conservatoire de Paris.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Parmi ses œuvres, on trouve 15 symphonies, des concertos, six quatuors (op. 10, c. 1773) et sonates pour le clavecin, deux motets (regina coeli et ave verum corpus). Entre 1788 et 1799, il composa 16 opéras. Ses compositions sont influencées par Christoph Willibald Gluck et se rallient aux mouvements internationaux de l'époque.

Opéras
  • Rosanie, opéra-comique (Comédie italienne 1780)
  • Alix de Beaucaire, drame lyrique (Comédie italienne 1787)
  • Le bon fermier, opéra-comique (Théâtre des Beaujolais 1788)
  • Azélie, comédie-féérie (1790)
Oratorios
  • La Sortie d'Égypte (1774)
  • La Destruction de Jéricho (1778)
Clavecin
  • Six sonates pour clavecin op. 1

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marcelle Benoit (direction) (préf. Marcelle Benoit), Dictionnaire de la musique en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Fayard,‎ , 811 p. (ISBN 978-2-213-02824-8), p. 615

Liens externes[modifier | modifier le code]