Louise Élisabeth Gontier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Louise Elisabeth Gontier)
Louise Elisabeth Gontier
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Marie Louise Elisabeth BosquierVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonymes
Rosette Gavaudan
Gonthier-Gavaudan
Rosette Bosquier-GavaudanVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Fratrie
Conjoint
Tonon Gontier (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle
Autres informations
A travaillé pour

Marie Louise Elisabeth Gontier née Bosquier dite Rosette Gavaudan, ou Madame Gonthier (Gonthier-Gavaudan)[note 1], née en et morte le à Fontainebleau, est une artiste lyrique et dramatique française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Membre de la famille Gavaudan[1], qui règne à l'Opéra-Comique; fille de Pierre Joseph Bosquier, fabricant de bas de soie de Nîmes et de Jeanne Marie Emilie Gavaudan[2]. Elle est la sœur de Jean-Sébastien-Fulchran Bosquier, dit Bosquier-Gavaudan[3].

Elle débute sous le nom de Rosette Gavaudan. Engagée dans la troupe française de Mademoiselle Raucourt, en Italie, elle épouse à Milan, le 8 décembre 1809, Tonon Georges Belloste dit Gontier[4]. Rentrée en France avec son mari, elle se présente à la Comédie-Française[3].

En 1812, elle retourne à l'Opéra-Comique, où elle joue sous le nom de Mme Gonthier. Son mari passe au Vaudeville. Elle va chez son frère, codirecteur des Variétés. Elle y fait sa place et devient un des soutiens de ce théâtre, dans les rôles de poissardes et de petites bourgeoises[3].

Elle se retire du théâtre après 1825, et meurt à Fontainebleau; peu de temps après son mari, le 10 avril 1844, dans sa 60 année

Carrière[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Opéra[modifier | modifier le code]

  • 1812 : Ma tante Aurore, ou le Roman impromptu, opera buffa en deux actes, livret de Longchamps et musique de Boieldieu, à l'Opéra-Comique, le 20 avril[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. qu'on écrit toujours Gonthier-Gavaudan, pour la différencier de Madame Gonthier

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Le Ménestrel », sur Gallica, (consulté le 26 octobre 2020)
  2. (en) « Family tree of Marie Louise Elisabeth Bosquier », sur Geneanet (consulté le 25 octobre 2020)
  3. a b et c Lyonnet.
  4. « Tonon Gontier (1785-1841) », sur data.bnf.fr (consulté le 25 octobre 2020)
  5. « Journal général des théâtres », sur Gallica, (consulté le 24 octobre 2020)
  6. « Le Camp-volant : journal des spectacles de tous les pays », sur Gallica, (consulté le 24 octobre 2020)
  7. « Journal de l'Empire », sur Gallica, (consulté le 25 octobre 2020)
  8. « Journal de l'Empire », sur Gallica, (consulté le 26 octobre 2020)
  9. « Journal de l'Empire », sur Gallica, (consulté le 26 octobre 2020)
  10. a et b Journal de Paris, Journal de Paris, (lire en ligne)
  11. Journal des débats politiques et littéraires, Journal des débats politiques et littéraires, (lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : documents utilisés comme source pour la rédaction de cet article :

  • Henry Lyonnet, Dictionnaire des comédiens français, ceux d'hier, T. 2. E-Z / par Henry Lyonnet..., Genève, 720 p. (lire en ligne), p. 148.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :