Machézal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Machézal
Image illustrative de l'article Machézal
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Roanne
Canton Le Coteau
Intercommunalité Communauté de communes du Pays entre Loire et Rhône
Maire
Mandat
Béatrice Fournel
2014-2020
Code postal 42114
Code commune 42128
Démographie
Population
municipale
403 hab. (2014)
Densité 29 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 55′ 21″ nord, 4° 18′ 11″ est
Altitude Min. 470 m
Max. 882 m
Superficie 13,88 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte administrative de la Loire
City locator 14.svg
Machézal

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte topographique de la Loire
City locator 14.svg
Machézal

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Machézal

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Machézal

Machézal est une commune française située dans le département de la Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Fourneaux Amplepuis (Rhône) Rose des vents
Chirassimont N Les Sauvages (Rhône)
O    Machézal    E
S
Saint-Cyr-de-Valorges Joux (Rhône)

Histoire[modifier | modifier le code]

[1]

Machezal est une des plus anciennes paroisses connues de l'ancien canton de Saint-Symphorien-de-Lay puisqu’on en trouve la trace dans un document daté de 967 dans lequel un dénommé Milo donne à l'abbaye de Cluny l'église Saint-Julien dans le village de Machezal.

Jusqu'en 1846, Machezal était un hameau de Chirassimont.

Son histoire est étroitement liée à celle de l'ancienne route Royale rénovée vers 1750 qui allait de Paris à Lyon en traversant la montagne de Tarare par le col du Pin-Bouchain (885 mètres). Cette route jouait un important rôle de communication entre la Loire et le Rhône. Vers 1835, elle a été remplacée par l'actuelle route Nationale 7. Jusqu'en 1802, un relais de poste se trouvait à la Fontaine, à proximité du bourg. Il sera transféré par la suite au Pin Bouchain.

Stèle de la chapelle de Sienne.

Deux évènements historiques se situent à la Chapelle, hameau voisin du col :

Le premier est rapporté par Martin du Bellay dans ses mémoires de guerre : "En en haut de la Montagne de Tarare, où il y avait une chapelle appelée Sienne, le roi François Ier reçu Jacques V d'Écosse qui, après force civilités lui demanda la main de sa fille Madeleine". L'affaire ne se fit pas car quelques mois plus tard, Jacques V épousait Marie de Guise-Lorraine ; de cette union naquit la célèbre reine Marie Stuart. Il ne reste rien de cette chapelle (ruinée sous la Terreur) que le nom du hameau, où une stèle a été érigée en 1969 par la Société d'Archéologie et d'Histoire des Monts de Tarare pour commémorer l’événement.
La deuxième se situe pendant la Révolution, alors que la montagne de Tarare, hostile à certains principes révolutionnaires, abrite dans ses villages de nombreux prêtres réfractaires et constitue un véritable foyer insurrectionnel. Il s'agit de "l'affaire de La Chapelle", à laquelle ont participé, le 11 février 1798, plusieurs centaines de paysans des villages alentour. Il s'agissait de délivrer cinq prêtres réfractaires condamnés par le tribunal de Lyon et conduits en déportation sous la garde d'une vingtaine de gendarmes et soldats. Les prêtres réussirent à s'enfuir à l'exception de l'un d'entre eux, tué pendant l'échauffourée qui fit de surcroît trois victimes parmi les membres de l'escorte.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1954   Paul du Colombier    
2014 en cours Béatrice Fournel[2]    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1846. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 403 habitants, en diminution de -2,89 % par rapport à 2009 (Loire : 1,48 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1846 1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886
1 259 1 105 1 096 1 165 1 187 1 110 1 082 956 876
1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936
850 856 816 818 759 624 570 508 496
1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005
461 465 403 353 323 315 306 361 399
2010 2014 - - - - - - -
419 403 - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Sophie Vallier[1] :

Fille du maître de poste du relais du Pin Bouchain, elle est née en 1792. Elle succédera à son père puisqu'elle obtint le brevet royal de maître de poste en 1824. Elle y vivait encore en 1835 comme l'atteste un avis dans le Journal de Roanne faisant état d'un différend foncier avec son mari.

D'elle le curé de Machezal disait : "C'est une sacrée bonne femme. Elle vaut bien deux hommes et pas n'importe lesquels !".

Elle s'est rendue célèbre par la répartie qu'elle aurait donné à Napoléon. Il s'étonnait de la cherté des œufs qu'elle lui avait servi en lui demandant s'ils étaient si rares que cela. Elle aurait rétorqué : "Ce ne sont pas les œufs qui sont rares, Sire, ce sont les empereurs".

Il n'a pas du lui en tenir rigueur, puisqu'on raconte aussi qu'à la fin de son règne, Napoléon qui se rendait à Lyon, a été dépanné par elle : sa berline abordait le col du Pin-Bouchain sous une neige épaisse et en plein brouillard. Il n'était pas question d'entreprendre la périlleuse descente vers Tarare. C'est Sophie Vallier qui, connaissant les moindres détails du chemin, conduisit les chevaux. Quelques semaines plus tard, l'une des malles-poste impériales assurant le trajet régulier de Paris à Lyon déposait au Pin Bouchain un paquet contenant six tasses en argent gravées à son nom.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Grande encyclopédie des communes du Forez et de la Loire sous la direction de JP Houssel Editions Horvath 1984, et documentation de l'association "Les Chemins du Passé".[réf. nécessaire]
  2. « MACHEZAL », sur le site de l'association des maires de France (consulté le 31 mai 2015).
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :