Luis Donaldo Colosio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Luis Donaldo Colosio
Illustration.
Monument à Luis Donaldo Colosio au Paseo de la Reforma à Mexico
Fonctions
Secrétaire du Développement Social du Mexique

(1 an, 7 mois et 20 jours)
Président Carlos Salinas de Gortari
Prédécesseur Patricio Chirinos Caleo
Successeur Carlos Rojas Gutiérrez
Président du Parti Révolutionnaire Institutionnel

(3 ans, 4 mois et 5 jours)
Prédécesseur Jorge de la Vega Domínguez
Successeur Rafael Rodríguez Barrera
Sénateur de Sonora au Sénat de la République

(3 mois et 1 jour)
Prédécesseur Fernando Mendoza Contreras
Successeur Armando Hopkins Durazo
Député du 6e district électoral fédéral de Sonora au Congrès du Mexique

(2 ans, 11 mois et 30 jours)
Prédécesseur Rubén Castro Oreja
Successeur Sergio Jesús Torres Serrano
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Magdalena de Kino, Sonora, Drapeau du Mexique Mexique
Date de décès (44 ans)
Lieu de décès Tijuana, Basse-Californie, Drapeau du Mexique Mexique
Nature du décès Assassinat
Nationalité Mexicain
Parti politique Parti révolutionnaire institutionnel
Père Luis Colosio Fernández
Mère Armida Ofelia Murrieta García
Conjoint Diana Laura Riojas
Enfants Luis Donaldo Colosio
Mariana Colosio
Diplômé de Institut de technologie et d'études supérieures de Monterrey
Profession Économiste

Luis Donaldo Colosio Murrieta (Magdalena de Kino, Sonora, - Tijuana, Basse Californie, ) est un politicien et un économiste mexicain, membre du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI), qui a occupé les fonctions de député, sénateur, président du PRI et de Secrétaire du Développement Social du Mexique. Il a été candidat à la présidence du Mexique sous l'étiquette PRI jusqu'à son assassinat le 23 mars 1994 à Tijuana, en Basse Californie.

Débuts et course politique[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Luis Colosio Fernández et d'Armida Ofelia Murrieta García, qui se sont installés dans l'actuel État de Sonora.

En 1967, il entame ses études à l'Institut Technologique et d'Études Supérieures de Monterrey, et obtient un diplôme d'économie en 1972. Il a également suivi des études de maîtrise en développement rural et économie urbaine, en 1975 et 1976 à l'Université de Pennsylvanie et, en 1979, a réalisé un séjour de recherche à l'IIASA, à Laxenburg, en Autriche. En 1980, il devient professeur d'économie au Collège du Mexique, à l'UNAM et à l'Université Anáhuac. C'est dans cette dernière institution qu'il rencontre Diana Laura Riojas, avec qui il se mariera en 1982. Du mariage sont nés deux fils : Luis Donaldo (1985) et Mariana (1993). Diana Laura est morte de cancer de pancréas le 18 novembre 1994.

Il s'engage au Parti Révolutionnaire Institutionnel en 1968, devient député en 1985 et ultérieurement sénateur en 1988. Il a été le président national du PRI de 1988 à 1992.  Sous son administration, le PRI connaît pour la première fois la défaite au cours de l'élection du gouverneur d'un État fédéré, en l'occurrence celui de l’État de Basse Californie en 1989 : Ernesto Ruffo Appel, le candidat du Parti Action Nationale (PAN), gagne et devient ainsi le premier gouverneur non-priista.

Appelé par le président Carlos Salinas de Gortari à faire partie du cabinet présidentiel le 13 avril 1992, Luis Donaldo Colosio devient Secrétaire au Développement Social, afin de remplacer le candidat au poste de gouverneur de Veracruz, Patricio Chirinos Calero. Colosio a concouru activement à la succession du président Salinas, aux côté de deux autres candidats influents : Pedro Aspe Armella, secrétaire au Trésor, et Manuel Camacho Solís, chef du Département de l'Arrondissement Fédéral. Ce-dernier a violé les normes écrites de la succession présidentielle au Mexique, en refusant d'exprimer publiquement son soutien à Colosio, qui s'était déclaré candidat à la Présidence de la République le 28 novembre 1993.

Discours du 6 mars 1994[modifier | modifier le code]

Le discours prononcé par Colosio face au Monument à la Révolution Mexicaine, à Mexico, le 6 mars 1994, à l'occasion de l'anniversaire du PRI, peut être aussi bien considéré comme une rupture avec le président du Mexique alors en poste, Carlos Salinas de Gortari, que comme une révision de la politique néolibérale. Le message de Colosio traduit un Mexique offensé et en crise, en proie aux problèmes causés par la faim et les profondes inégalités sociales, mais qui garde l'espoir du changement. Bien que Salinas de Gortari ait approuvé le contenu du discours, le journal Le Nord de Monterrey a découvert et révélé des pressions exercées par l'officiel le plus important au service de la présidence, le français naturalisé mexicain José María Córdoba Montoya, dans le but de pousser Colosio à abandonner sa candidature à la présidence. Córdoba Montoya a démenti la version des faits présentée par Le Nord et, après l'assassinat de Colosio, a obtenu un poste au siège de la Banque interaméricaine de développement, situé à Washington D.C., apparemment avec la bénédiction d'Ernesto Zedillo. Córdoba Montoya ne sera ni jugé ni recherché sous le sextennat de Zedillo, pour ses liens présumés avec le milieu du trafic de stupéfiants découverts au cours d'écoutes de conversations téléphoniques - qui ont filtrées dans la presse - avec Marcela Bodenstedt (avec laquelle Córdoba Montoya aurait eu une liaison), une ex-policière liée au cártel du Golfe de García Abrego.

Je vois un Mexique de communautés indigènes, qui n'en peuvent plus d'attendre l'accomplissement de leurs exigences en matière de justice, de dignité et de progrès ; de communautés indigènes qui possèdent la force de leur cohésion, de leur culture, et qui sont prêtes à croire, à participer et à construire de nouveaux horizons.

Je vois un Mexique qui a faim et qui a soif de justice. Un Mexique lésé par ceux qui détournent la Loi qu'ils devraient servir. De femmes et d'hommes affligés par les abus des autorités ou par l'arrogance de l'administration gouvernementale.

Comme parti de la stabilité et de la justice sociale, nous avons honte de vous dire que nous n'avons pas été sensibles aux principales revendications de nos communautés ; que nous sommes passés à côté de leurs aspirations ; que nous n'avons pas été à la hauteur des engagements qu'elles attendaient de nous. Nous devons assumer cette autocritique et rompre avec les pratiques qui ont fait de nous une organisation rigide. Nous devons dépasser ces attitudes qui affaiblissent notre capacité d'innovation et de changement. [...] Nous commençons en affirmant notre identité, notre fierté militante et nous affirmons notre indépendance par rapport au gouvernement.

Colosio a été assassiné le 23 mars 1994[1].

Assassinat[modifier | modifier le code]

Après un début de campagne perturbé par le soulèvement de l'Armée zapatiste de libération nationale au Chiapas, le 1 janvier 1994, Luis Donaldo Colosio Murrieta arrive le 23 mars de cette même année, à environ 16h05, heure du Pacifique, à l'aéroport Abelardo L. Rodríguez de la ville de Tijuana, Basse Californie.

Le premier lieu qu'il visite est la colonie populaire de Lomas Taurinas, une des nombreuses colonies irrégulières dans la ville de Tijuana. En attendant sur une esplanade, sur la rue La Punta, il se lance dans un meeting improvisé, juché sur une camionnette.

Aux alentours de 17h00 (Temps du Pacifique), Colosio descend de la camionnette, entouré par une escorte personnelle réduite.

A 17h12, alors que Colosio avait avancé de treize mètres et se trouvait au milieu de l'esplanade, un des spectateurs du meeting pénètre dans le cercle formé par la sécurité, pose un revolver Taurus jaugez 38 près de l'oreille droite du candidat, et tire. Il tire un deuxième coup sur à l'abdomen sur Colosio à terre, qui était tombé au sol, inconscient et saignant de la tête. En pleine confusion, le groupe de sécurité capture à un homme de 25 ans, d'allure maigre, aux cheveux bruns et frisés, habillé d'un pantalon en jean et d'une veste noire.

Des membres du service de sécurité ont soulevé Colosio et l'ont porté jusqu'à la camionnette. A 17h20, le candidat arrive inconscient aux urgences de l'Hôpital Général de Tijuana. Ils «ont réalisés diverses manœuvres afin de sauver la vie du patient, mais c'était médicalement et cliniquement impossible à cause de la gravité de la lésion à la tête. Malgré tous les efforts humains et médicaux déployés, Luis Donaldo Colosio est mort», à 18h55, le 23 mars 1994.

L'auteur présumé des coups de feu, identifié comme étant Mario Aburto Martínez, âgé de 22 ans, originaire du Michoacán et résident depuis huit ans à Tijuana, a été arrêté immédiatement par les hommes qui entouraient le candidat lors de l'attentat, puis a été livré aux autorités. Mario Aburto sera interrogé par Manlio Fabio Beltrones la nuit suivant l'assassinat. Le Mario Aburto présenté à la presse les jours suivant l'événement avait une coupe de cheveux militaire plus courte, la peau plus claire, n'avait pas les hématomes au visage reçus le jour de l'assassinat, et faisait semblant d'être obèse, ce que a déchaîné une série de rumeurs sur l'authenticité et le possible remplacement du véritable assassin.

Diverses versions des événements signalent l'existence d'une conspiration d'État, pourtant, la version officielle mentionne uniquement la participation de Mario Aburto au meurtre[2],[3].

Après sa mort[modifier | modifier le code]

4 mois seulement avant l'élection présidentielle, le PRI s'est trouvé dans l'embarras, car il ne pouvait pas présenter de candidats respectant les exigences constitutionnelles, car un candidat déclaré ne doit pas occuper de poste public durant les 6 mois précédant l'élection présidentielle ; ceci a immédiatement disqualifié tout les membres du cabinet présidentiel, où se trouvaient la majeure partie des remplaçants potentiels. Parmi le peu de candidats potentiels disponibles, Carlos Salinas de Gortari, que beaucoup pensaient être le commanditaire de l'assassinat, a enfin choisi Ernesto Zedillo Ponce de León, qui avait renoncé à son poste de  secrétaire à l'Éducation Publique pour servir de coordinateur à la campagne de Colosio. Ce coup de chance pour Zedillo a provoqué encore plus de rumeurs portant sur l'existence d'une conspiration.

6 mois après, le 28 septembre 1994, le beau-frère de Salinas de Gortari, José Francisco Ruiz Massieu, ancien gouverneur de l’État de Guerrero et secrétaire général du PRI, est assassiné à son tour à Mexico, éliminant ainsi les deux chefs de file les plus visibles et les puissants à la tête du PRI au Mexique, Colosio et Ruiz Massieu. Enfin, Zedillo fut élu président, devenant le dernier président d'une séquence de 73 ans au cours desquels tous les présidents du Mexique ont été choisis par le PRI.

Quelques mois après l'assassinat de Colosio, son épouse, Diana Laura Riojas, est morte du cancer de pancréas.

Références[modifier | modifier le code]