Lugalbanda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

D'après la liste royale sumérienne, Lugalbanda le berger est le troisième roi d'Uruk dont le règne dura 1200 ans et qui succéda au roi Enmerkar.

Mythologie[modifier | modifier le code]

La mythologie sumérienne le présente comme une divinité, père du héros Gilgamesh et époux de la déesse Ninsun.

Son nom signifie Roi furieux en sumérien[1], ou petit seigneur selon les sources[2].

Lugalbanda est le personnage central de deux épopées : Lugalbanda dans la grotte de la montagne[3] et sa suite Lugalbanda et l'oiseau Anzu[4].

Lugalbanda dans la grotte de la montagne[modifier | modifier le code]

Lugalbanda et ses huit frères partent en expédition pour vaincre la montagne rebelle du royaume d'Aratta. En arrivant dans les montagnes, Lugalbanda tombe malade, ne peut plus suivre ses frères. Souffrant, il est abandonné dans une grotte. Après plusieurs jours de suffocation, Lugalbanda prie le Dieu Utu de le guérir et son vœu est exaucé. Lugalbanda cherche alors à rejoindre ses frères, en vain. Perdu, il survit dans les montagnes grâce à la chasse, la cueillette, le feu et les sacrifices aux dieux[5].

Lugalbanda et l'oiseau Anzû[modifier | modifier le code]

L'histoire avec l'oiseau Anzû démarre de manière similaire à l'histoire de la grotte dans la montagne. Alors que Lugalbanda est en direction d'Aratta avec son armée, il se retrouve seul dans les montagnes Zabu. Il décide alors de trouver Anzû pour solliciter son aide à retrouver son chemin. Il ne trouve que le nid d'Anzû avec ses petits dedans. Pour gagner sa faveur, Lugalbanda nourrit les oisillons et les maquille. De retour au nid, Anzû est charmé par le soin apporté à ses enfants et accorde à Lugalbanda son souhait de courir vite et avec endurance. Lugalbanda retrouve ainsi son armée et surprend tous les soldats qui ne comprennent pas comment il est parvenu à traverser tant de terre en si peu de temps.

Alors que le siège d'Aratta dure depuis plus d'un an, le roi Enmerkar demande à Lugalbanda de se rendre à Uruk pour solliciter l'aide de la déesse Inanna. Grâce aux pouvoir concédés par Anzû, Lugalbanda traverse les 7 montagnes et rejoint Uruk en une journée. Inanna lui confie la stratégie pour vaincre Aratta[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Bottéro, L'Epopée de Gilgameš : Le grand homme qui ne voulait pas mourir, Gallimard, , 295 p. (ISBN 2-07-072583-9), p. 23
  2. (en) Robin Jarrell, Fallen Angels and Fallen Women : The Mother of the Son of Man, Wipf and Stock Publishers, , 206 p. (ISBN 9781608994052, lire en ligne), p.13
  3. Également appelée Lugalbanda et le mont Hurum.
  4. Également appelée Lugalbanda et Enmerkar.
  5. a et b (en) Josepha Sherman, Storytelling: An Encyclopedia of Mythology and Folklore, Routledge, , 910 p. (ISBN 9781317459385, lire en ligne), p.289

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Kathy Henderson, Lugalbanda: The Boy Who Got Caught Up in a War, Walker Books Ltd, , 80 p. (ISBN 978-1406305340)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]