Ninsun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Fragment d'un relief dédié à la déesse Ninsun, période néo-sumérienne, musée du Louvre

Ninsun (ou Ninsuna), dont le nom signifie en sumérien « Dame-bufflesse » est une divinité mineure de la mythologie sumérienne. Il est possible que son culte soit à l'origine associé au bétail sauvage (en référence à sa coiffe munie de cornes). Dans un texte de la période des Dynasties archaïques découvert à Abu Salabikh , Lugalbanda et Ninsun, elle est considérée comme l'épouse du roi déifié de la ville d'Uruk, Lugalbanda[1],[2].

L'épithète akkadien rīmatu, « bufflesse », apparaît à plusieurs reprises dans l’Épopée de Gilgamesh[3],[4]. Dans cette épopée, elle joue principalement un rôle maternel : elle soigne, nourrit et aide son fils Gilgamesh[5] au point même d'en adopter le compagnon Enkidu. Représentée comme un personnage sage, elle est « omnisciente » (mudāt kalāma) et spécialisée dans l'interprétation des rêves (l'oniromancie), fonction souvent exercée par des femmes dans la Mésopotamie ancienne[1],[6].

Son culte est rendu à Kullab un quartier d'Uruk.[réf. souhaitée]

Ninsun est également connue pour être la mère du dieu Dumuzi[7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Jeremy A. Black et Anthony Green, « Ninsun », dans Jeremy A. Black Anthony Green, Gods, Demons and Symbols of Ancient Mesopotamia, Leiden Boston Cologne, University of Texas Press, (ISBN 978-0-292-70794-8), p. 141.
  2. (en) Thorkild Jacobsen, « Lugalbanda and Ninsuna », Journal of Cuneiform Studies, vol. 41, no 1,‎ , p. 69–86 (ISSN 0022-0256, DOI 10.2307/1359743, JSTOR 1359743, lire en ligne)
  3. George 2003, p. 147-148. La traduction du terme Sun/rīmatu, qui désigne un bovin sauvage femelle par « bufflesse » est reprise de J. Bottéro Bottéro 1992, p. 81.
  4. Francis Joannès (dir.), Dictionnaire de la civilisation mésopotamienne, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », , 974 p. (ISBN 2-221-09207-4), p. 480
  5. Georges Roux (préf. Jean Bottéro), La Mésopotamie, Paris, Le Seuil, coll. « Points Histoire », , 327 p. (ISBN 2-02-023636-2, notice BnF no FRBNF35743363), p. 143.
  6. (en) Rivkah Harris, Gender and Aging in Mesopotamia : the Gilgamesh Epic and Other Ancient Literature, Norman, University of Oklahoma Press, , p. 121.
  7. Francis Joannès (dir.), Dictionnaire de la civilisation mésopotamienne, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », , 974 p. (ISBN 2-221-09207-4), p. 426

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Bottéro, L'Épopée de Gilgamesh : Le grand homme qui ne voulait pas mourir, Paris, Gallimard, (ISBN 9782070725830) ;
  • (en) Andrew R. George, The Babylonian Gilgamesh Epic : Introduction, Critical Edition and Cuneiform Texts, Oxford, Oxford University Press, (2 volumes).