Ziusudra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ziusudra (« Vie de jours lointains/prolongés » en sumérien) ou Zin-Suddu, en grec Xisouthros ou Xisuthre, est, selon les listes royales sumériennes, le dernier des rois antédiluviens de Sumer.

Ziusudra était dans la tradition sumérienne un antique roi de la cité de Shuruppak, le fils et successeur d'Ubara-Tutu selon la Liste royale sumérienne qui en fait le dernier souverain avant le Déluge. Il apparaît comme une figure illustre et vénérable de la tradition sumérienne.

Dans les Instructions de Shuruppak, connu par des versions dont certaines remontent aux alentours de 2500 av. J.-C., il reçoit les conseils de sagesse de son père, dans ce cas Shuruppak fils d'Ubara-Tutu et non ce dernier, enseignements relatifs à la conduite des affaires du royaume, de sa famille et de lui-même.

Dans le récit de création surnommé « Genèse d'Eridu », il est le héros du récit du Déluge. Ayant été informé en songe par un dieu que le genre humain allait périr du fait d'un déluge, il construisit un grand navire, y fit entrer sa famille, des oiseaux, des animaux de chaque espèce. Puis, quand les eaux baissèrent, il débarqua sur une montagne et l'immortalité lui fut accordée. Plus tard, les Hébreux transposèrent l'histoire de Ziusudra à leur patriarche Noé. Le nom hellénisé Xisouthros, n'est connu que par le témoignage de Bérose cité par Georges le Syncelle, qui donne à son règne une durée de plusieurs milliers d'années[1]. Le récit de Ziusudra n'est connu que par une unique tablette fragmentaire, écrite en sumérien, qui remonte probablement à l'époque paléo-babylonienne, au XVIIe siècle av. J.-C., étant donnée sa typographie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Bottéro, La plus vieille religion : En Mésopotamie, Gallimard, , 443 p. (ISBN 978-2-07-032863-5), p. 207

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Jacques Glassner, « « Noé » dans les sources mésopotamiennes », Revue de l’histoire des religions, vol. 4 / 2015,‎ , p. 487-498 (lire en ligne)