Lucien Papalu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Lucien Révolucien)
Lucien Papalu
Surnom Papalu
Nom de naissance Lucien M'baïdem
Naissance Drapeau de la France France
Activité principale Auteur-compositeur, directeur artistique, producteur
Genre musical Musique de film, electro, hip-hop
PAPALU.jpg

Lucien Papalu, ou Papalu, de son nom civil Lucien M'baïdem, est un auteur-compositeur, directeur artistique et producteur français. Il est le Directeur musical et compositeur de la série Platane, diffusée sur Canal+. Ainsi que Directeur musical et compositeur principal de la série d'animation Les Lascars, dont il est l'un des membres fondateurs.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né d'un père tchadien et d'une mère espagnole[1], il est le benjamin d'une famille de cinq enfants. Il grandit en banlieue sud de Paris, dans le Val-de-Marne. En 1988, après plusieurs séjours à Londres, il part vivre à New York pendant plusieurs années. En 1989, avec ses amis Jungle Brothers et Queen Latifah, rencontrés à Londres, il participe avec de nombreux autres artistes américains et sous l'égide d'Afrika Bambaataa et de Jazzy Jay, au concert et disque Hip Hop Against Apartheid, un projet collectif militant contre l'Apartheid et pour la libération de Nelson Mandela[2].

Revenu en France en 1995, il continue de travailler comme auteur-compositeur-interprète et collaborateur pour de nombreux artistes, en France comme aux États-Unis, mais aussi comme chroniqueur sur Radio Nova.

Il est membre des Native Tongues (Jungle Brothers, A Tribe Called Quest, De La Soul, Queen Latifah, Black Sheep, Mos Def) et proche compagnon du groupe Beatnuts. Le groupe A Tribe Called Quest lui consacre d'ailleurs un titre désormais mythique, Luck of Lucien, sur son premier LP, People's Instinctive Travels and the Paths of Rhythm. Le rappeur Common lui consacre lui aussi, plusieurs années après, un titre, Heaven Somewhere (avec Mary J.Blige, Erykah Badu, Jill Scott, Cee-Lo, Bilal, Omar), sur l'album Electric Circus. Il a également collaboré avec Joey Starr et Kool Shen, amis de longue date, du groupe NTM[3] ; son nom est d'ailleurs mentionné plus d'une fois dans leurs chansons, notamment dans un de leurs titres phare, Tout n'est pas si facile.

En , le musicien incendie le paillasson de l'appartement de son producteur dans le 3e arrondissement de Paris[1]. Un jeune couple périt dans sa chambre de bonne, sous les combles[4]. Pris de remords, il se dénonce tandis que l'enquête stagne[1]. En , aux assises de Paris, il écope de huit ans de détention, bien que le parquet en réclamait quinze[1]. À sa sortie, il devient directeur artistique chez Europacorp, studio de cinéma de Luc Besson, pour Stakes Music de 2008 à 2014.

Entre 2011 et 2016, il sillonne les boites de nuits et les festivals en tant que DJ aux côtés de ses amis Kavinsky, DJ Pone, ou encore Prince 85. Il met un terme à cette activité en 2016 afin de se consacrer à la musique à l'image.

Discographie[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Jacqueline Coignard, « Deux vies embrasées par le coup de colère du rappeur », sur Libération.fr, (consulté le 1er mai 2016).
  2. (en) Hip Hop Against Apartheid sur Discogs, (consulté le 14 février 2014).
  3. « Le différend commercial avait tourné au drame », sur 20minutes, (consulté le 1er mai 2016).
  4. « Avec Lucien M'Baidem, la justice se répète », sur Libération.fr, (consulté le 1er mai 2016).
  5. AlloCine, « Mission Pays Basque » (consulté le 24 mars 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]