Liste des erreurs judiciaires en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sommaire : Haut - A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Une erreur judiciaire est une « erreur de fait commise par une juridiction de jugement dans son appréciation de la culpabilité d'une personne poursuivie[1] ». Cette définition suppose qu'une juridiction, qui a eu, à la suite de cette erreur, connaissance de l'affaire, puisse trouver cette erreur et la neutraliser. C'est l'autorité judiciaire elle-même qui reconnaît l'existence d'une erreur judiciaire.

La Cour de révision est une formation spéciale de la Chambre criminelle de la Cour de cassation française, chargée d'examiner les demandes de révision émises depuis 1989 par la Commission de révision des condamnations pénales.

Chaque année, environ 150 condamnés[2] saisissent la Cour de révision pour obtenir l'invalidation de leur jugement. mais depuis 1945 seules neuf décisions ont été ordonnées[3].

A[modifier | modifier le code]

  • Roland Agret : condamné en 1973, Paris. Rejugé en révision de procès et acquitté en 1985 réhabilité.
  • Abdelkader Azzimani et Abderrahim el-Jabri : révision ordonnée le , acquittés le 3 juillet 2014[4],[5].

C[modifier | modifier le code]

D[modifier | modifier le code]

L[modifier | modifier le code]

M[modifier | modifier le code]

O[modifier | modifier le code]

  • Affaire d'Outreau : considérée par l'opinion publique comme un exemple d'erreur judiciaire, elle ne peut recevoir cette qualification puisque si des personnes accusées à tort et placées, pour certaines, en détention provisoire, ont été finalement acquittées devant la cour d'assises de première instance en 2004 ou en appel quelques mois plus tard, en 2005, quatre ont effectivement été condamnées et douze enfants reconnus victimes.

S[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Gérard Cornu, Vocabulaire juridique, 7e édition, Presses universitaires de France, Paris, 2005 (ISBN 2130550975), p. 363.
  2. Flore, « L'annulation d'un jugement, une décision exceptionnelle », Cour de révision, sur Le Figaro.fr, Le figaro, (consulté le 19 mai 2013) : « FOCUS - Chaque année, environ 150 condamnés saisissent la Cour de révision pour obtenir l'invalidation de leur jugement. En 20 ans, seules cinq grandes affaires criminelles ont été rejugées. »
  3. « Le Figaro.fr », Cour de révision (consulté le 19 mai 2013)
  4. Arrêt no 2455 du 15 mai 2013 (12-84.818) - Cour de cassation - Chambre criminelle -Demandeur(s) : M. Abdelkader X… ; M. Abdelrrahim Y… - A lire :Lire sur le site de la Cour de cassation
  5. De parfaits coupables, résumé Agence TV, Spécial Investigation, épisode 43, Canal+, Pôle Télé - Prisma Média
  6. arrêt de cassation - cour de révision - A lire:[1]
  7. Page 529- Galerie Douaisienne ou Biographie de la Ville de Douai par Hippolyte-Romain-Joseph Duthillœul - imprimé par Adam Aubers à Douai en 1884 - archivé à la Bibliotheca Bodletana numérisé par Google Books
  8. Cour de Cassation − Chambre criminelle − cour de révision − arrêt de révision. À lire : [2]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]