Ligne de Metz-Ville à Château-Salins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ligne de
Metz-Ville à Château-Salins
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Metz, Château-Salins
Historique
Mise en service 1904
Fermeture 1972
Concessionnaires EL (1898 – 1919)
AL (Non concédée) (1919 – 1937)
SNCF (1938 – 1992)
Ligne déclassée (à partir de 1992)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 099 000
Longueur 58,20 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification

Non électrifiée

Nombre de voies Anciennement à voie unique

La ligne de Metz à Château-Salins est une ancienne ligne de chemin de fer française à écartement standard et à voie unique non électrifiée du département de la Moselle.

Elle constituait la ligne 099 000[1] du réseau ferré national. Auparavant elle comportait le numéro 118 du réseau de l'Est.

Historique[modifier | modifier le code]

Déclaration d'utilité publique :

  • De Metz à Château-Salins, le 31 mars 1898

Mise en service :

  • De Liocourt à Château-Salins, le 1er mai 1904 [2]
  • De Metz à Liocourt, le 1er décembre 1904 [3].

Fermeture au trafic voyageurs :

  • De Delme à Château-Salins, le 25 février 1953 (à la suite d'un éboulement à Fresnes-en-Saulnois).
  • De Metz à Delme, le 4 octobre 1953.

Fermeture aux trafic marchandises :

  • La section Delme - Augny a été fermée au trafic marchandises le 3 avril 1972[3].

Déclassement :

  • De Delme au km 57,750, le 26 juillet 1969
  • De Secourt-Solgne à Delme (km 29,000 à 42,630), le 26 juillet 1973[4]
  • Du km 57,750 à Château-Salins, le 20 mars 1978[5]
  • D'Augny à Pommerieux (km 6,200 à 17,780), le 11 décembre 1992[1]

Description de la ligne[modifier | modifier le code]

Tracé - Parcours[modifier | modifier le code]

La ligne se détache de la ligne de Champigneulles à Sarralbe au nord de la gare de Château-Salins. Elle franchit la Petite-Seille, puis gravit par une série de boucle très prononcées, entre les forêts de Gremcey et de Château-Salins, le plateau en rive droite de la Seille où elle serpente pendant 40 km. Entre Delme et Secourt elle longe la limite ouest de la côte de Delme, franchit la Seille à hauteur de Coin-sur-Seille et longe la rive gauche de la rivière sur 11 km, avant de rejoindre la ligne de Réding à Metz[6].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Construite le long de la frontière franco-allemande de 1870, elle avait un intérêt stratégique pour les autorités militaires. Elle adopte donc un tracé sinueux, à fond de vallée, qui lui permet de rester à l'abri des tirs ennemis[7]. Ces nombreuses courbes, dont certaines atteignaient 250m de rayon de courbure[6], empêchaient les vitesses élevées. Dans les années 1920 il fallait ainsi 2h30 pour parcourir les 58 km du trajet de Metz à Château-Salins[8]; à la même époque les trains circulant sur la ligne Paris-Bruxelles approchaient la vitesse moyenne de 90 km/h.

Son profil était médiocre, les déclivités maximum étaient de 16 mm/m. Elle passait de l'altitude 179 m à Metz-Ville à l'altitude de 206 m à Château-Salins. Elle a toujours été à voie unique avec des évitements dans les gares principales.

Infrastructure[modifier | modifier le code]

Cette ligne ne comportait pas d'ouvrages d'art significatifs en dehors du viaduc métallique de Secourt.

Superstructure[modifier | modifier le code]

Exploitation[modifier | modifier le code]

Dès 1936 elle est donc fortement concurrencée par les lignes d'autocar[9].

Des trains de fret ont continué à circuler entre Metz et Augny jusqu'à 2005 environ afin de desservir le service des essences de la BA 128 de Marly Frescaty ainsi qu'assurer la desserte de l'embranchement particulier de la casse de voiture à la ZAC des Garennes de Marly. Cette section est désormais non exploitée et la voie a été recouverte de bitume à certains passages à niveau à Montigny les Metz (quartier Saint Privat).

Réaménagement de la plateforme en piste cyclable[modifier | modifier le code]

La plateforme a été réaménagée en piste cyclable de Marly à Coin sur Seille et depuis plus récemment jusqu'à Pommérieux Gare.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Journal officiel de la république française du 11/12/1992 page 16899
  2. http://etienne.biellmann.free.fr/gare/fr/Chateau-Liocourt.htm
  3. a et b M. Gourlot, A. Felten, A. Schontz, Le Chemin de Fer en Lorraine, Éditions Serpenoise,
  4. Journal officiel de la république française du 22/08/1973 page 9121
  5. Journal officiel de la république française du 29/03/1978 page 2635
  6. a et b Notice descriptive et statistique sur la Lorraine 1907 p.197 État major des armées françaises 1907
  7. http://pagesperso-orange.fr/mairie.de.coin.les.cuvry/A1_visite/TEXTES/historique.htm#voie-ferree
  8. De Paris au Rhin et a la Mer du Nord p538 A. Dudeffand, Marcel Monmarché 1920
  9. http://elsassbahn.free.fr/ligne10b11g.htm#11d

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]