Liane Mozère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Liane.
Liane Mozère
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Chine (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
Nationalité
Activité

Liane Mozère, née Tchang, est une sociologue et féministe française née en Chine le et morte le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Liane Mozère naît le 4 janvier 1939 à Pékin en Chine[1]. Elle effectue ses études primaires en anglais à l’école américaine (Peking American School) jusqu’en 1949[1]. Son père, M. Tchang, travaillait pour le Journal de Pékin. La prise du pouvoir par Mao en 1949 oblige la famille à rentrer en France. Elle est reçue au baccalauréat en sciences expérimentales à Paris en 1959[1].

En 1989, elle obtient le doctorat de sociologie, sous la direction de R. Castel, avec sa thèse « Émergence de groupes-sujet et changement : le cas des crèches », à l' Université de Paris VIII, puis l'Habilitation à diriger des recherches, sous la direction d’Eugène Enriquez, « Micropoliques et changement », à l'Université de Paris VII, en 1994[1].

Elle participe à l'aventure de la Clinique Psychiatrique de La Borde dès 1965. Signataire du Manifeste des 343, elle s'était illustrée dans l'activisme féministe durant les années 60-70. Elle était membre du Centre d'études, de recherches et de formation institutionnelles (CERFI) créé par Félix Guattari[2].

Liane Mozère est une professeure émérite de sociologie à l'université de Metz[1], ses axes de recherche tournent autour de la petite enfance[3], du travail informel, du travail au féminin[4]. Ses travaux ont été influencés notamment par le pensée de Deleuze et Guattari.

Elle meurt le des suites d'un cancer[5].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Babillages. Des crèches aux multiplicités d'enfants, revue Recherches (CERFI), n°27, 1977.
  • Le printemps des crèches : histoire et analyse d'un mouvement, L'Harmattan, 1992[6].
  • Intelligence des banlieues, L'Aube, 1999 (avec Michel Peraldi, Henri Rey eds.)
  • Travail au noir, informalité : liberté ou sujétion?, L'Harmattan, 1999.
  • Gilles Deleuze et Félix Guattari : Territoires et devenirs, revue Le Portique, n°20, 2007 (coordination du numéro)[7] .
  • Fleuves et rivières couleront toujours. Les nouvelles urbanités chinoises, éditions de l'Aube, 2010. (ISBN 978-2-8159-0055-3)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e « Liane Mozère, Professeure de sociologie - Université Paul Verlaine de Metz - membre du Centre de recherche universitaire lorrain d'Histoire », sur liane-mozere.com (consulté le 11 décembre 2017)
  2. (en-GB) Helen Penn, « Liane Mozère obituary », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne)
  3. « Liane Mozère », Trahir,‎ (lire en ligne)
  4. Liane Mozère, « Des domestiques philippines à Paris : un marché mondial de la domesticité ? », Tiers-Monde, vol. 43, no 170,‎ , p. 373–396 (DOI 10.3406/tiers.2002.1599, lire en ligne)
  5. Dominique Fougeyrollas-Schwebel et Jacqueline Heinen, « À la mémoire de Liane Mozère (1939-2013). Vivre et penser », Cahiers du Genre, no 56,‎ , p. 213–216 (ISSN 1298-6046, DOI 10.3917/cdge.056.0213, lire en ligne)
  6. Pinçon-Charlot, Monique, « Liane Mozère, Le Printemps des crèches. Histoire et analyse d'un mouvement. Paris, L'Harmattan (coll. », Genèses. Sciences sociales et histoire, vol. 14, no 1,‎ (lire en ligne)
  7. « http://journals.openedition.org/leportique/1350 »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]