Les Frustrés

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la bande dessinée
Cet article est une ébauche concernant la bande dessinée.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Les Frustrés
Série
Auteur Claire Bretécher
Genre(s) Humour

Lieu de l’action France
Époque de l’action années 1970

Pays Drapeau de la France France
Langue originale française
Éditeur Bretécher
Première publication 15 octobre 1973[1]
Nb. d’albums 5 parus entre 1975 et 1980

Prépublication Le Nouvel Observateur

Les Frustrés est une série de bande dessinée humoristique de la Française Claire Bretécher publiée de 1973 à 1981 dans l'hebdomadaire généraliste de centre-gauche Le Nouvel Observateur, dans la lignée des Salades de saison publiées dans Pilote de 1971 à 1973.

Les « frustrés » sont des chroniques d'hommes et de femmes, souvent issus d'un milieu intellectuel aisé, confrontés à leurs petits tracas quotidiens. Soixante-huitards sur le déclin, bourgeois-bohème, cadres moyens ou encore femmes émancipées, échangent leurs idées sur de courtes histoires en noir et blanc et permettent à l'auteur d'exprimer diverses réflexion sur la société. Les thèmes traités sont très variés : méthodes et problèmes d´éducation, conflit entre les générations, émancipation des femmes, vie conjugale et ses crises, décadence de la société, politique, etc. Il n'y a pas de personnages récurrents.

Histoire de publication[modifier | modifier le code]

Après plusieurs années passées à travailler pour les hebdomadaires jeunesse de bande dessinée franco-belge, Claire Bretécher entre en 1969 à Pilote, plutôt destiné aux adolescents. Dès l'année suivante, elle réalise des pages pour les Actualité, série de récits courts souvent humoristiques où l'équipe du journal commente le temps présent, travail qu'elle apprécie peu[2]. Rapidement, elle traite de manière très satirique ses actualités pour mettre en scène les travers de ses contemporains, et particulièrement de ceux qu'elle connaît le mieux, les classes moyennes et supérieures urbaines de gauche, en des histoires d'une ou deux pages au format régulier. À partir de 1971, ces récits sont publiés indépendamment des actualités sous le titre Salades de saison, et font l'objet d'un album en 1973.

Lorsque Bretécher entre au Nouvel Observateur, elle reprend ce format dès sa première publication, dans le numéro du [3]. La quatrième histoire, publiée le , est intitulée « La Page des frustrés », titre qui figure au-dessus de chaque planche à partir du numéro du 29 octobre[3]. En 1975, elle publie à compte d'auteur un premier recueil de ses planches. Celui-ci, ainsi que les quatre suivants, connaît « un succès considérable » et est traduit en plusieurs langues[4]. En 1981, Bretécher décide de cesser de publier chaque semaine dans le Nouvel Obs.

Commentaires[modifier | modifier le code]

Valant à son auteur la qualification en 1976 de « meilleure sociologue de l’année » par Roland Barthes[5], sa page des Frustrés est, selon Jean Daniel, « en profondeur, et au second degré, l’une des chroniques les plus efficacement politisée de notre hebdomadaire »[6]. D’après Florence Montreynaud, les « conformistes de l’anticonformisme » dont les Frustrés de Brétecher font le portrait « sont aussi les lecteurs du Nouvel Observateur », à savoir « les snobs, les fils de bourgeois gauchisants, les mous, les durs, les sexistes, les féministes, les parents laxistes et leurs affreux jojos »[7].

Dans cette série, comme dans Salades de saison, Bretécher fait de la langue de ses personnages le meilleur moyen d'en faire des « archétypes sociaux[8] ». Tics de langage, maniérismes, langue de bois : la langage de la bourgeoisie intellectuelle urbaine française des années 1970 y est fidèlement retranscrit dans son évolution, ce qui permet à l'auteure de mieux montrer les contradictions, voire la vacuité, des interrogations permanentes de ses personnages[8].

Dans la lignée de Jules Feiffer, une de ses principales inspiration, Bretécher utilise généralement dans les Frustrés une disposition des cases extrêmement régulière (gaufrier) et des dessins qui se répètent beaucoup (itération iconique) ce qui permet mieux mettre en valeur les rares variations de postures des personnages et ainsi de maximiser l'effet humoristique porté par le texte[9].

Albums[modifier | modifier le code]

  1. Les Frustrés, 1975.
  2. Les Frustrés 2, 1976.
  3. Les Frustrés 3, 1978.
  4. Les Frustrés 4, 1979.
  5. Les Frustrés 5, 1980.
  • Les Frustrés, France Loisirs, 2 volumes, 1978-1979. Recueil reprenant les 4 premiers volumes.
  • Les Frustrés, Presses Pocket, 5 volumes, 1987. Édition poche
  • Les Frustrés, auto-édition, 1996. Recueil des 5 volumes.
  • Les Frustrés t. 1, Librio, coll. « Librio BD », 2005. Édition poche
  • Les Frustrés : Morceaux choisis, Dargaud, 2008. Édition spécialement réalisée pour Le Nouvel Observateur. (ISBN 978-2-505-00488-2)

Documentation[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Biographie de Claire Bretécher sur le site de L'Express.
  2. Bretécher 1974, p. 9.
  3. a et b Cance, Teller et Sadoul 1974, p. 43.
  4. Bastian-Dupleix 2015, p. 9.
  5. Les Frustrés de Bretécher : bobos des années 1970, Télérama, 21 mars 2012.
  6. Jean Daniel, préface à Les Frustrés 2, 1975, p. 5.
  7. Florence Montreynaud, Le XXe siècle des femmes, Nathan, 1992, p. 575.
  8. a et b Yaguello 1996, p. 23.
  9. Jeanne Puchol, « [SOB2012] Commentaire de planche : Claire Bretécher »,‎ (consulté le 19 octobre 2016).

Liens externes[modifier | modifier le code]