Le Plaisir de rompre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Plaisir de rompre (1897) est une comédie en un acte de Jules Renard, dédiée à Edmond Rostand. Cette pièce, à portée autobiographique, est souvent jouée avec une pièce ultérieure de l'auteur, Le Pain de ménage (1898).

Argument[modifier | modifier le code]

Maurice rend visite à Blanche, femme mûre qui est sa maîtresse, qu'il quitte alors qu'il prépare son mariage avec une jeune fille fortunée de sa génération. Cette visite de rupture leur permet d'évoquer les sentiments toujours forts qui les unissent.

Histoire de la pièce[modifier | modifier le code]

La pièce est créée le 16 mars 1897, au Cercle des Escholiers, avec Jeanne Granier et Henry Mayer. Elle entre au répertoire de la Comédie-Française en 1901, deux ans après que Jules Renard en a fait la demande, et est représentée le 12 mars 1902 (pour 18 représentations), avec Cécile Sorel et Henry Mayer.

Adaptations[modifier | modifier le code]

Adaptations théâtrales[modifier | modifier le code]

Comédie-Française[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Traductions[modifier | modifier le code]

  • 1916 : Good bye, traduction de Barrett H. Clarck (pièce jouée à New-York)
  • 1954 : Il Piacere di dirsi addio[1] - un atto / di Jules Renard ; traduzione di Jole Giannini, Milan (texte imprimé).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]